Santé / Sciences

Les émissions de gaz à effet de serre réchauffent les nuits plus vite que les journées

Temps de lecture : 2 min

La conclusion des scientifiques est sans appel: si nous ne réduisons pas suffisamment nos émissions, l'écart entre les températures diurnes et nocturnes ne va cesser de rétrécir.

Les nuits chaudes et humides peuvent être dangereuses, car la sueur s'évapore difficilement, expliquent les scientifiques. | Joyce Romero via Unsplash
Les nuits chaudes et humides peuvent être dangereuses, car la sueur s'évapore difficilement, expliquent les scientifiques. | Joyce Romero via Unsplash

Si, au fil des étés, vous avez l'impression d'avoir de plus en plus chaud au moment de vous endormir, vous avez malheureusement raison. La semaine du 18 juillet par exemple, les habitants du Royaume-Uni ont vécu la nuit la plus chaude jamais enregistrée, avec des températures avoisinant les 25,9°C dans certaines régions, habituées à des climats bien plus doux.

Toutefois, si la hausse des températures nocturnes est un phénomène qui devient de plus en plus commun à travers le globe, les scientifiques n'avaient jusqu'à présent pas été en mesure de déterminer pourquoi les nuits semblaient se réchauffer plus vite que les journées, rapporte le magazine New Scientist.

Une récente analyse des températures de ces soixante-dix dernières années menée par des chercheurs de la China University of Geosciences de Wuhan pourrait néanmoins apporter quelques éléments de réponse. Leur étude publiée le 29 juin dernier dans la revue Geophysical Research Letters a en effet révélé que depuis 1951, «l'écart entre les températures nocturnes et diurnes s'est réduit de 0,41°C».

Après avoir examiné un certain nombre de scénarios, «dont un monde sans influence humaine, un autre avec des gaz à effet de serre provenant d'activités humaines et un autre avec de la pollution atmosphérique», les scientifiques sont arrivés à la conclusion que l'essentiel de ce réchauffement était dû aux émissions de gaz à effet de serre. En cause: «L'air plus chaud contient plus d'humidité, ce qui augmente les chances d'avoir un ciel nuageux, qui reflète les rayons du soleil pendant la journée mais retient la chaleur pendant la nuit.»

Une aggravation de la situation

«En raison des lois sur la pureté de l'air, les émissions d'aérosols ont considérablement diminué en Europe depuis les années 1980, ce qui a entraîné un renversement de la tendance à l'obscurcissement solaire (les particules de pollution réfléchissent la lumière du soleil vers l'espace) en faveur d'un éclaircissement», explique Xihui Gu, membre de l'équipe de chercheurs à l'origine de l'étude.

Les scientifiques rappellent par ailleurs que les nuits chaudes et humides peuvent être dangereuses, car la sueur s'évapore alors difficilement. Ceci peut, entre autres, mettre à rude épreuve certains de nos organes, comme le cœur.

L'étude précise également que ce phénomène pourrait s'aggraver au fil des années. Les simulations ont en effet révélé que l'écart entre les températures nocturnes et diurnes allait continuer à se réduire et ne pourrait être stabilisé «que si nous réduisions suffisamment les émissions de gaz à effet de serre».

Newsletters

Les effets pervers du congé menstruel

Les effets pervers du congé menstruel

Alors que l'idée progresse dans le débat public, on peut s'interroger sur le réel impact d'une telle mesure sur la vie des personnes concernées au travail.

L'eau pétillante désaltère-t-elle plus que l'eau plate?

L'eau pétillante désaltère-t-elle plus que l'eau plate?

[L'Explication #72] Bulles ou pas bulles, telle est la question.

Pourquoi réfléchir intensément fatigue notre cerveau

Pourquoi réfléchir intensément fatigue notre cerveau

Se concentrer pendant de longues périodes entraîne l'accumulation de neurotransmetteurs qui empêche le cerveau de fonctionner normalement. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio