Culture

Le Caravage tué par sa peinture

Temps de lecture : 2 min

Sa mort demeurait un mystère... les hypothèses allaient d'une fièvre soudaine à la syphilis. Des chercheurs viennent de retrouver des os qui pourraient appartenir à Michelangelo Merisi, surnommé Le Caravage (ils disent en être sûrs à 85%). Une découverte qui pourrait enfin éclaircir, 400 ans plus tard les circonstances de la disparition du célèbre peintre italien en 1610: la peinture de ses tableaux l'aurait tué, explique le Guardian.

Les scientifiques avaient été alertés par un document qui suggérait que le peintre avait été enterré dans un petit cimetière de Porto Ercole. En décembre, ils avaient ouvert l'ossuaire et dû examiner les restes d'environ 200 personnes, avant de finalement trouver les restes osseux attribués au peintre, car ils appartenaient à un homme d'environ 38-40 ans (Le Caravage est mort à 39 ans) et décédé dans une période englobant l'année de sa mort.

Une datation au carbone 14 et des analyses ADN effectuées sur les os trouvés a permis de découvrir une teneur anormalement élevée en plomb. Or à l'époque, la céruse de plomb et d'autres peintures au plomb étaient très utilisées, d'où le surnom du saturnisme: «Maladie des peintres».

Des historiens de l'art avaient déjà supposé que Goya et Van Gogh aient pour mourir à cause du plomb de leur peinture, le plomb pouvant engendrer une dépression, de la douleur ou des changements de personnalité.

«Au cours de ses recherches, le comité a retenu vraisemblable que le peintre était atteint d'une intoxication chronique au plomb et de la syphilis. Pour ce qui concerne les causes de sa mort nous retenons comme tout à fait dignes de foi les hypothèses d'infection générale et surtout de coup de chaleur», souligne le communiqué.

Le Caravage était le pionnier du chiaroscuro (clair-obscur), une technique de peinture misant sur le contraste entre la luminosité et la noirceur qui influença de nombreux grands peintres après lui. Le Guardian s'était d'ailleurs déjà demandé si cette technique ne faisait pas du Caravage le premier photographe de l'histoire. Le peintre a fait l'objet cette année d'une grande exposition à Rome, qui s'est achevée le week-end dernier après avoir attiré un nombre record de 580.000 visiteurs.

[Lire l'article du Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo Une: Michelangelo Caravaggio, Wikicommons

 

Slate.fr

Newsletters

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le troisième film de Mikhaël Hers accompagne avec délicatesse la traversée d’une tragédie par un couple enfant-adulte qui y trouve comment s’inventer.

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

Johnny chante comme un dieu, le batteur est un dieu, tous les musiciens sont des dieux. Je transpire comme un sumo tellement le disque me donne chaud.

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

Vivre éternellement jeune? On en rêvait déjà à l'époque médiévale, tout en craignant que l'immortalité ne soit finalement une malédiction.

Newsletters