Société

Qui sont ces salariés qui regardent du porno au boulot?

Temps de lecture : 2 min

La pratique serait plus répandue qu'on ne le pense.

Le salarié risque sa place avec une telle pratique. | Cookie the Pom via Unsplash
Le salarié risque sa place avec une telle pratique. | Cookie the Pom via Unsplash

Beaucoup de travailleurs admettront volontiers qu'ils ont déjà pris une pause au boulot pour jeter un coup d'œil à Instagram, acheter une paire de baskets ou même parcourir une application de rencontres. Mais combien diront qu'ils ont déjà regardé du porno sur leur lieu de travail? Probablement bien peu. Pourtant, un article de la BBC rapporte que cette pratique n'est pas si rare qu'on pourrait le penser.

Le média britannique se base sur des enquêtes qui ont été réalisées ces dernières années sur la consommation pornographique au travail –même si les travaux universitaires sur le sujet sont aujourd'hui peu nombreux. Ainsi, une enquête mondiale menée auprès de 2.000 personnes pour Sugarcookie, un magazine lifestyle en ligne, révèle que plus de 60% des personnes interrogées ont déjà regardé du porno au travail.

Une autre enquête, menée en 2020 pour le géant de la sécurité Kaspersky, indiquait que plus de la moitié des travailleurs à distance admettaient avoir regardé du contenu pour adultes sur des appareils qu'ils utilisaient également pour des tâches liées au travail.

Enfin, une recherche mondiale menée en 2021 pour la plateforme Pornhub soutient la thèse selon laquelle des salariés regardent aussi du contenu pornographique pendant les heures de travail: d'après ces données, si le porno est généralement consommé entre 22h et 1h du matin, il l'est également au moment de la pause de 16h.

Des motivations diverses

Une question se pose: pourquoi? Les recherches psychologiques suggèrent que les raisons les plus courantes pour lesquelles les gens regardent du porno sur leur lieu de travail sont l'ennui et la recherche d'émotions.

Selon Craig Jackson, professeur de psychologie de la santé au travail à la Birmingham City University, certains employés mécontents utilisent ainsi le porno pour se «soulage[r] du stress, ou comme un mécanisme d'adaptation». Cette pratique participe à créer un sentiment de victoire ou de rébellion contre un employeur jugé insatisfaisant.

D'autres employés, qui, au contraire, apprécient leur travail, utilisent la pornographie comme un «système de récompense», analyse Paula Hall, thérapeute spécialisée dans les addictions. «Ils viennent de réaliser une vente, d'enregistrer une victoire, de terminer un travail en ligne et c'est leur récompense», indique-t-elle.

Mais la plupart des employeurs considéreront le fait de regarder du porno sur le lieu de travail ou sur des appareils de l'entreprise comme une faute grave. Dans la majorité des cas, le fautif sera probablement licencié ou invité à partir discrètement. Après avoir étudié de nombreux cas de figure dans les tribunaux du travail au Royaume-Uni et participé à des conférences internationales sur l'utilisation de la pornographie, Craig Jackson affirme ainsi n'avoir été confronté à aucun cas où une sanction professionnelle n'a pas été prononcée.

La psychologue Wendy Patrick estime par ailleurs que la consommation pornographique pendant les heures de bureau peut contribuer à des cultures de travail toxiques. «La pornographie comprend souvent des scripts sexuels déshumanisants», explique-t-elle. Cette pratique peut donc conduire «à des interactions insensibles et inappropriées». Les recherches de Craig Jackson ont en effet révélé qu'il existe un nombre croissant de cas où l'expérience des femmes sur le lieu de travail a été affectée par l'attitude des hommes à l'égard du porno.

Newsletters

Retours difficiles

Retours difficiles

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Accidents ou vandalisme: les fleuves deviennent des cimetières aquatiques pour bicyclettes.

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Pas toujours évident de s'amuser par plus de 40 degrés... Mais ce serait tout de même dommage de s'en passer. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio