Culture

Le 9-3 doit annuler des événements culturels

Temps de lecture : 2 min

La Biennale d'art contemporain de Seine-Saint-Denis n'aura pas lieu. C'est la première victime collatérale de la réforme des collectivités territoriales en cours de vote au Parlement, selon Les Inrockuptibles. Le département dirigé par le socialiste Claude Bartolone est en proie à de grandes difficultés financières et confronté à la probable réduction de l'autonomie culturelle des collectivités locales annoncée par la réforme.

Emmanuel Constant, vice-président chargé de la culture au conseil général de Seine-Saint-Denis, interrogé par Les Inrocks, se défend de laisser tomber l'art contemporain:

Nous avons limité les dégâts par rapport à d’autres départements avec une baisse du budget de la culture de seulement 7%. Il n’y a aucun acharnement particulier contre l’art contemporain. Mais je ne vais pas vous mentir, si la Biennale a dû être supprimée cette année, l’environnement budgétaire de 2011 est au moins aussi inquiétant que celui de 2010, ce qui ne laisse rien présager de bon.

Claude Bartolone avait fait sensation en faisant voter en avril un «budget de révolte» déficitaire de 75 millions d’euros, ce qui est interdit par la loi.

[Lire l'article sur lesinrocks.com]

Photo: Claude Bartolone, site de la Seine-Saint-Denis

Newsletters

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Trente ans après la chute du mur de Berlin, les odes à la RDA rencontrent un surprenant succès auprès d'une génération qui n'a jamais connu son pays scindé en deux.

«Koko-di Koko-da»: même cauchemar, joue encore

«Koko-di Koko-da»: même cauchemar, joue encore

Le deuxième film du Suédois Johannes Nyholm répète en boucle l'enfer vécu par un couple –«Un jour sans fin» version massacre.

Netflix, Disney+... le renouveau du soft power américain?

Netflix, Disney+... le renouveau du soft power américain?

Après Netflix, Hulu et Amazon Prime Video... Ce 12 novembre, aux États-Unis, Disney a lancé Disney+, sa nouvelle plateforme de vidéo à la demande –composée des classiques de Disney, de séries TV mais aussi des franchises...

Newsletters