Monde

Une épée et un pistolet pour chasser Ben Laden

Slate.fr, mis à jour le 16.06.2010 à 11 h 56

Gary Brooks Faulkner, photo prise en 2006 dans le bureau du shérif du comté de Larimer à Port Collins dans le Colorado/REUTERS/H

Gary Brooks Faulkner, photo prise en 2006 dans le bureau du shérif du comté de Larimer à Port Collins dans le Colorado/REUTERS/H

Gary Brooks Faulkner, 51 ans est un aventurier des temps modernes. Un aventurier qui fait déjà la risée du web. Le Telegraph explique que les blogueurs américains le surnomme déjà Rambo ou le «Ninja américain». Parti à la chasse à Ben Laden, l'homme a été arrêté lundi 14 juin dans les montagnes du Nord de Pakistan, près de la frontière afghane. Le nouveau Rambo se rendait pour la troisième fois au Pakistan. Une première, dans la chasse au numéro un d'al-Qaida, il était seul, avec son équipement rudimentaire. Il avait en sa possession un pistolet, une épée de samouraï et des lunettes à infrarouge pour voir de nuit.
Seulement, comme le rappelle le Telegraph, l'homme n'a pas la résistance d'un Rambo. Il est en effet très malade. Hormis son épée, il transportait également ses médicaments pour soigner sa déficience rénale. Selon sa soeur, cette épopée était sa manière à lui de s'accomplir une dernière fois:

Il ne possède que 9% des fonctions rénales mais la seule chose qui peut le guérir c'est une transplantation. J'imagine qu'il voulait servir son pays une dernière fois avant de mourir.

Peut-être une des raisons de cette entreprise insolite, mais d'après un porte-parole de la police au Pakistan, Faulkner serait parti à la chasse à Ben Laden parce qu'il avait subi personnellement des pertes durant les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Une revanche personnelle donc?

Le New York Times joue lui la carte de l'humour et recense les points communs entre le chasseur et sa proie. Et les deux hommes n'ont pas moins de quatre point communs. Tous deux sont religieux. Faulkner a en effet été retrouvé en possession d'une bible. Tous deux travaillent dans le bâtiment. Ironie du sort, Faulkner a les reins en mauvais état, tout comme Ben Laden. Et enfin, ils portent une longue barbe. Faulkner voulait en effet ressembler au maximum à un guerrier taliban.

Le Christian Science Monitor pose une question plus technique: Faulkner avait-il pris la bonne direction? Retrouvé dans les montagnes du secteur de Chitral, un lieu très reculé, il cherchait au bon endroit selon plusieurs analystes. Le journal rappelle qu'en 2002, il avait interrogé le président Pervez Musharraf au sujet des rapports des services des renseignements qui situaient le leader d'al-Qaida dans le Chitral. En 2009, le New York Daily News rapportait que les drones américains survolaient cette partie du Pakistan.

Après avoir été intercepté à 14 kilomètres de la frontière afghane, il s'est finalement rendu. Si la démarche est contestable, et périlleuse, Faulkner n'était en tout cas pas si loin de la gagnotte de 25 millions de dollars (20 millions d'euros), promise à celui qui retrouvera le leader d'al-Qaida.

[Lire l'article du Telegraph, du New York Times et du Christian Science Monitor ]

Photo: Gary Brooks Faulkner, photo prise en 2006 dans le bureau du shérif du comté de Larimer à Port Collins dans le Colorado/REUTERS/Ho New

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

À LIRE ÉGALEMENT: Le vade-mecum d'al-Qaida et Pourquoi la théorie des réseaux sociaux ne nous aide pas à retrouver Ben Laden

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte