Culture

Chère Jane Austen, on a trouvé votre héritière: elle s'appelle Sally Rooney

Temps de lecture : 4 min

Entre l'œuvre de l'écrivaine irlandaise contemporaine et celle de la romancière anglaise disparue en 1817, les similitudes sont nombreuses.

Le lectorat de Rooney et le vôtre, j'en suis sûre, s'arrachent les cheveux en voyant les enchevêtrements auxquels mène le silence. | Erik Voake / Getty Images North America / Getty Images via AFP
Le lectorat de Rooney et le vôtre, j'en suis sûre, s'arrachent les cheveux en voyant les enchevêtrements auxquels mène le silence. | Erik Voake / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Chère Jane,

J'espère que vous allez bien. Je vous écris aujourd'hui pour vous parler d'une autrice irlandaise à laquelle on vous compare. Je suis sûr que vous avez entendu parler d'elle, elle s'appelle Sally Rooney.

Bien que plus connue pour ses trois romans Conversations entre amis (2018), Normal People (2019) et Où es-tu, monde admirable (2021), Rooney est également l'autrice d'essais et de nouvelles. Comme vous, elle inspire le monde de l'audiovisuel. Ses deux premiers romans ont été adaptés sur le petit écran avec un grand succès par Lenny Abrahamson.

Elle a également été comparée à Mary Wollstonecraft, et son propre éditeur l'a qualifiée de «Salinger pour la génération Snapchat».

Alors, qu'est-ce que Sally Rooney, née en 1991, a vraiment à voir avec la grande Jane Austen?

Amour et famille

La plus fondamentale des similitudes entre vous est le thème de vos romans. Rooney elle-même reconnaît que «les relations amoureuses sont le principal moteur» de son travail, et on pourrait dire la même chose à propos de vous.

Ce qui l'intéresse le plus, c'est la dynamique entre les personnages, la façon dont ils sont liés les uns aux autres et ce que cela signifie pour chacun d'eux. De même, dans votre cas, que seraient Elizabeth sans Darcy ou Emma sans Knightley? Par ailleurs, vous serez flattée d'apprendre que Connell, l'un des personnages principaux de Normal People, lit et apprécie votre Emma.

Cependant, la passion et la sensualité prennent des formes différentes dans vos œuvres. Chez Rooney, on trouve des scènes explicites et directes qui contrastent fortement avec la chasteté de vos héroïnes. Rooney écrit aussi pour la génération Tinder.

D'un autre côté, pour vous deux, les relations entre les personnages ne se limitent pas à l'amour, et les liens entre les amis et la famille, en particulier les parents dans le cas de Rooney, sont très importants.

Dans les romans de Rooney, la figure du père n'est généralement pas positive. Dans Conversations entre amis, Frances semble traumatisée par une enfance marquée par l'abandon de son père alcoolique, dont elle reste financièrement dépendante. Dans Normal People, Marianne (oui, Marianne, comme dans Raison et sentiments…) porte le traumatisme de la violence domestique, subie d'abord de la part de son père, et ensuite de son frère.

La présence des pères est également très présente dans votre travail. Cependant, vous les traitez de manière plus affectueuse. Dans Raison et sentiments, la figure paternelle est très importante, même si elle apparaît peu, et on se souvient de l'ironie de M. Bennet dans Orgueil et préjugés ou des manies de M. Woodhouse dans Emma.

Statut social

Le thème de l'importance de la classe sociale dans les relations humaines est un autre point commun entre vos œuvres et vos époques. M. Darcy, par exemple, n'envisage pas au départ d'être attiré par Elizabeth Bennet, qui appartient à une classe sociale inférieure et dont la mère et les sœurs lui semblent peu recommandables. Dans Raison et sentiments, la mort du père laisse les sœurs Dashwood avec un héritage minimal, puisque le patrimoine familial passe au fils, ce qui rend leur avenir dépendant de l'homme qu'elles épouseront.

Ironiquement, dans Conversations entre amis, il s'agit plus de ce qui n'est pas dit que de ce qui l'est, de ce qui est caché que de ce qui est montré.

Dans le cas de Rooney, c'est un peu la même chose, car ses personnages ont une conscience aiguë de l'importance de l'argent au XXIe siècle. Frances, dans Conversations entre amis, compte sur l'argent que son père lui envoie de temps en temps pour survivre, jusqu'à ce qu'elle se retrouve avec un compte bancaire à zéro et le besoin réel de vendre ses histoires les plus personnelles pour subvenir à ses besoins.

On retrouve aussi ce thème dans Normal People et Où es-tu, monde admirable. Les relations entre Marianne et Connell ou entre Alice et Felix sont fondées sur cette différence sociale: les hommes se sentent inférieurs aux femmes en raison de leur statut économique inférieur.

Silence et malentendus

Le silence joue également un rôle de premier plan dans les deux œuvres. Ironiquement, dans Conversations entre amis, il s'agit plus de ce qui n'est pas dit que de ce qui l'est, de ce qui est caché que de ce qui est montré.

Frances a appris dès son plus jeune âge à réprimer ses sentiments, à se cacher des accès de colère de son père, et utilise son corps comme un lieu de punition. En fait, dans Normal People, Marianne et elle s'auto-mutilent et se perçoivent comme des êtres sans valeur et sans intérêt. Cela les éloigne respectivement de Nick et de Connell, à qui elles sont incapables de transmettre l'intensité de ce qu'ils ressentent. Dans Normal People, cela conduit à des malentendus (présentés par l'auteur selon les deux points de vue) qui aboutissent à la rupture (momentanée) du couple.

J'aimerais beaucoup, chère Jane, savoir comment tu aurais géré dans tes livres la communication sur internet…

Le silence apparaît également dans vos romans. Le meilleur exemple se trouve dans Raison et sentiments. Elinor, la sœur aînée, réprime ses sentiments (contrairement à sa jeune sœur Marianne), probablement pour éviter la douleur. Le fait de cacher son amour conduit, une fois de plus, à des malentendus, et M. Ferrars, son prétendant, croit qu'Elinor n'est pas intéressée.

De la même manière, Elizabeth et M. Darcy auraient également évité bien des désagréments s'ils s'étaient avoué leurs sentiments. Le lectorat de Rooney et le vôtre, j'en suis sûre, s'arrachent les cheveux en voyant les enchevêtrements auxquels mène le silence.

Moins de corsets et plus d'internet

Sally Rooney va jusqu'à mimer votre style épistolaire, par le biais du courrier électronique et des messages Facebook –une substitution nécessaire, incorporée au texte avec le naturel que ce type de communication a aujourd'hui. Sally Rooney est donc bien une autrice du XXIe siècle, ce qui est pleinement visible dans son œuvre. Snapchat, Tinder, e-mails, stories Instagram… rien n'est superflu. J'aimerais beaucoup, chère Jane, savoir comment tu aurais géré dans tes livres la communication sur internet…

Aucun doute en en tous cas, l'essence de vos histoires, à Sally Rooney et à vous, reste inchangée depuis 200 ans.

Avec amour,

Alicia

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Un Picasso présumé, estimé à plusieurs millions de dollars, retrouvé lors d'une saisie de drogue en Irak

Un Picasso présumé, estimé à plusieurs millions de dollars, retrouvé lors d'une saisie de drogue en Irak

Une histoire digne d'un scénario hollywoodien.

«Hommes», le grand roman de la rentrée littéraire 2022 (et sept autres livres à ne pas rater)

«Hommes», le grand roman de la rentrée littéraire 2022 (et sept autres livres à ne pas rater)

Ça commence par un très grand livre.

Jeanne d'Arc, icône LGBT+

Jeanne d'Arc, icône LGBT+

Depuis le XVe siècle, la paysanne devenue chevalière puis sainte, fascine. On ne compte plus celles et ceux qui la considèrent comme défenseuse de leurs valeurs. Après l'extrême droite, la communauté LGBT+ tient à le dire: Jeanne est à elle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio