Culture

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la vie sexuelle de la famille Hulk

Temps de lecture : 7 min

Hulk et She-Hulk ne sont pas de bois. Et ça ne date pas d'hier.

She-Hulk est beaucoup moins torturée par le sexe que Hulk et montre généralement un meilleur goût en matière de partenaires. | big-ashb via Flickr
She-Hulk est beaucoup moins torturée par le sexe que Hulk et montre généralement un meilleur goût en matière de partenaires. | big-ashb via Flickr

À la fin de la bande-annonce de la prochaine mini-série Marvel She-Hulk: Avocate, on voit un montage en rafale de maître She-Hulk faisant défiler les soupirants sur une appli, puis se rendre à plusieurs rendez-vous pour finir par ramener un type dans sa chambre à coucher en faisant tomber une lampe au passage.

Cette scène est une innovation notable pour le Marvel Cinematic Universel (MCU), largement asexuel, et tout particulièrement pour ses Hulk. Après tout, dans Avengers: l'Ère d'Ultron, Bruce Banner (Mark Ruffalo) laisse entendre à Natasha Romanoff (Scarlett Johansson) qu'il ne peut pas avoir de relation sexuelle parce que quand il devient trop excité, il se transforme en monstre d'une demi-tonne à la violence incontrôlable: «Je ne peux avoir ça –des enfants. Réfléchis. Physiquement, je ne peux pas.»

C'est une variation du problème exposé par Larry Niven dans son essai de 1969 Man of Steel, Woman of Kleenex: les spasmes musculaires involontaires d'un être surpuissant pourraient vraiment faire très mal à un partenaire bêtement mortel. Le succès de She-Hulk sur Tinder pose donc une question importante: comment ça fait, un Hulk, pour forniquer?

Une somme de sources

Heureusement pour nous, nous avons à notre disposition soixante ans de bandes dessinées de Hulk pour trouver des réponses possibles et quelques ragots croustillants, et je les ai toutes lues. Le moment est donc venu pour moi de vous dévoiler mes trouvailles (avertissement: je ne prends en compte ici que l'univers principal de Marvel Comics, pas un univers alternatif ou des versions d'un futur possible de Hulk. Toutes mes excuses aux fans de l'accouplement semi-incestueux de Hulk et de Miss Hulk, qui sont cousins, dans l'univers d'Old Man Logan).

Avant d'entrer dans l'histoire relationnelle de Hulk, il est essentiel de souligner que le concept de base du Hulk du MCU et du vieux feuilleton télévisé L'incroyable Hulk –le fait que Bruce Banner soit un scientifique génial mais nerveux qui se transforme en gros abruti vert quand il se fâche– apparaît rarement dans les BD des quarante dernières années. Et quand Banner a des liaisons avec des femmes, c'est presque toujours à des moments où sa propre conscience est capable de contrôler Hulk– un peu dans l'esprit du «Professeur Hulk» zen et binoclard qui apparaît dans Avengers: Endgame.

Le grand bonhomme vert butine à droite et à gauche, et il est particulièrement populaire auprès des aristocrates et des aliens.

Dans les comics, c'est bien plus bizarre. Bruce y est atteint de la variation compliquée d'un trouble dissociatif de l'identité, et beaucoup de ses alter egos sont des Hulk: certains puérils, d'autres brutaux, d'autres encore rusés. À partir de 1988-1990, son identité dominante est une forme grise futée mais malfaisante, plus petite que la verte de d'habitude, qui se donne le nom de «Joe Fixit» et travaille comme homme de main dans un casino de Las Vegas. Et il a une petite amie: Marlo Chandler, prof d'aérobic (devenue par la suite l'hôte humain de la personnification de la Mort parce que dans les comics, ça se passe comme ça).

À LIRE AUSSI

Mario a-t-il un pénis?

Son côté Banner semble être attiré par les femmes dangereuses. Son ex-femme Betty Ross est désormais une créature sauvage boostée aux rayons gamma, appelée Harpie. Il a une liaison maudite avec la tout aussi maudite Nadia Dornova, ex-femme de son ennemi l'Abomination. Et il revient à sa brève liaison de fac avec la biochimiste Monica Rappaccini après qu'elle est devenue la cheffe de l'organisation scientifique terroriste Advanced Idea Mechanics (AIM). Soit dit en passant, l'Abomination et AIM s'allient pour transformer Kate Waynesboro, espionne du SHIELD et petite copine de Banner vers 1983, en un monstrueux cyborg, Miss MODOK.

L'exception Dawn Michaels

La seule femme sans super-pouvoirs et non extraterrestre qui couche avec Banner à une époque où la colère le transforme en géant vert bas de plafond se trouve être Dawn Michaels, une journaliste infiltrée du Daily Bugle qui n'apparaît que dans un seul et unique numéro, en 1978: dans The Hulk! n°10.

Elle meurt, mais pas à cause de ces galipettes: elle est assassinée par des propriétaires de mines corrompus après avoir passé une seule nuit avec Banner. Dans cette histoire, on voit Bruce et Dawn qui commencent à s'embrasser devant la cheminée dans le chalet de la dame, puis on passe directement aux deux personnages en train d'explorer la mine le lendemain matin. Plus tard, il est surpris lorsqu'elle insinue qu'elle sait qu'il est aussi Hulk, donc apparemment, l'accélération de son rythme cardiaque ne suffit pas à le faire verdir.

L'histoire de cœur la plus tristement célèbre de Hulk est incontestablement celle qu'il noue avec Umar l'Implacable.

D'un autre côté, le grand bonhomme vert butine à droite et à gauche, et il est particulièrement populaire auprès des aristocrates et des aliens. Non que les amours de Hulk et de ses amantes soient moins placées sous des étoiles contraires. Il sort avec Jarella, princesse d'un royaume subatomique du genre épées et sorcellerie, dans les années 1970, avant qu'elle ne trépasse dans des circonstances tragiques.

Une autre extraterrestre, Bereet, «techno-artiste» de la planète Krylor, réalise un documentaire sur Hulk au début des années 1980 et, fidèle à l'éternel cliché sexiste sur les femmes journalistes de fiction, couche avec son sujet –ou en tout cas, elle essaie: à peine arrivent-ils dans la chambre d'hôtel de Banner qu'elle est kidnappée par son vieil ennemi, le Leader.

Le documentaire est un gros succès, peut-être même trop gros: tragiquement, elle cède aux sirènes de Hollywood. Et, dans la séquence de 2006-2007 Planet Hulk, Hulk devient roi de la planète Sakaar et prend comme reine une femme nommée Caiera. Elle lui donne deux fils mais connaît également une fin dramatique.

Hulk est-il endurant?

L'histoire de cœur la plus tristement célèbre de Hulk est incontestablement celle qu'il noue avec Umar l'Implacable, dirigeante occasionnelle de la Dimension Noire et sœur jumelle de Dormammu, ennemi juré du Doctor Strange. Après avoir séduit cet abruti de Hulk dans la mini-série de 2005 The Defenders, elle fait preuve d'une franchise oratoire peu courante en disant de lui qu'il est «excessivement bien pourvu».

Avant que les lecteurs n'aient le temps de s'exciter, elle précise qu'il est «bien comme les autres. Six minutes et il n'y a plus personne.» Ceci dit, l'alter de Hulk qui remet le couvert avec Umar dans le n°633 de Incredible Hulks paru en 2011 a apparemment davantage d'endurance: «Il a déjà tenu trois heures», observe un démon à l'oreille fine.

Nous n'obtenons pas le catalogue complet de ses amants, mais on voit le greffier de la cour aux prises avec un très long rouleau de papier.

She-Hulk, alias Jennifer Walters, qui fait son apparition dans les comics en 1979, est beaucoup moins torturée par le sexe et montre généralement un meilleur goût en matière de partenaires. Cette avocate a acquis des pouvoirs gamma grâce à une transfusion du sang de son cousin, Bruce, qui lui a sauvé la vie. Elle peut passer de Jen à She-Hulk à son gré, bien qu'elle préfère presque toujours rester verte et maousse. Elle se préfère comme ça, et elle a considérablement plus de succès auprès des hommes sous cette forme d'ailleurs.

Dans le She-Hulk n°19 de 2007, Jennifer Walters doit faire la liste sous serment de tous ceux avec qui elle a couché sous ses différentes formes. Au grand regret des historiens indiscrets, nous n'obtenons pas le catalogue complet de ses amants en tant que She-Hulk, mais on voit le greffier de la cour aux prises avec un très long rouleau de papier. En revanche, la liste sous son apparence humaine est plus succincte: «Le colonel John Jameson, Richard Rory et un certain Gary, à la fac.»

Noyer sa colère dans le plaisir

Si le premier nom vous dit quelque chose, c'est normal. Le colonel John Jameson est le fils de J. Jonah Jameson, l'ennemi de Spider-Man. C'est un astronaute et aussi un loup-garou parce que (encore une fois), dans les comics, ça se passe comme ça.

Il est aussi marié à Jennifer Walters pendant un moment –ils s'enfuient ensemble dans le She-Hulk n°9 de 2006–, mariage annulé dans l'année lorsqu'elle découvre que Starfox a utilisé ses pouvoirs pour la faire tomber amoureuse de Jameson.

She-Hulk préfère généralement sortir avec des membres de la communauté surhumaine ou ses affiliés.

Attendez: Starfox? Eh oui: le super-héros par intermittence, également connu sous le nom d'Éros, frère de Thanos, interprété par Harry Styles dans le film Les Éternels, doté de ce que l'on ne peut que qualifier de pouvoirs extrêmement lubriques. She-Hulk a une relation avec lui également, en 1983, lorsqu'ils sont tous les deux dans les Avengers, et plus tard elle le défend devant la justice alors qu'il est accusé d'agression sexuelle (l'accusatrice de Starfox, Christina Garvey, se plaint qu'il ait fait en sorte qu'elle soit irrésistiblement attirée par lui contre sa volonté). Anecdote intéressante, Starfox essaie également d'utiliser ses pouvoirs contre un Hulk déchaîné dans l'Incredible Hulk n°300 de 1984, «en noyant sa colère dans des vagues de... plaisir!» (ça ne marche pas).

Outre le Richard Rory susmentionné (un DJ de radio qui a débuté dans la série Man-Thing, moins coquine qu'elle n'en a l'air) et un hématologue appelé Zapper qui apparaît dans ses premières aventures, She-Hulk préfère généralement sortir avec des membres de la communauté surhumaine ou ses affiliés.

Sa relation la plus durable se déroule avec Wyatt Wingfoot, le colocataire de fac d'un mètre quatre-vingt-quinze de la Torche humaine, mais elle a également des liaisons avec l'agent du SHIELD Clay Quartermain, Tony Stark (alias Iron Man), Hercule et Luke Cage, qui a apparemment couché avec tant de super-héroïnes qu'il a une réputation de «coureur de capes».

Dans les comics Avengers des deux dernières années, She-Hulk se retrouve souvent entre les bras également musclés de Thor (version masculine). Et sa série solo actuelle, écrite par l'autrice de littérature pour jeunes adultes Rainbow Rowell, laisse entendre la naissance d'une histoire romantique avec un super-héros de second ordre, le Valet de cœur.

Le désir n'est pas un danger

Les tentatives les plus récentes de Jennifer Walters de sortir avec un humain normal, ou en tant qu'humaine normale, figurent dans le Hulk n°11 de 2017, à un moment où elle est confrontée à un grave traumatisme et où elle évite de devenir She-Hulk, avatar gris déclenché par la rage.

À l'intention d'un horrible rendez-vous Tinder qui lui propose un dernier verre, elle jappe: «Disons que je suis à une époque de ma vie où le fait que je sois agacée par un type comme toi pourrait s'avérer fatal. Et je ne veux pas risquer de me retrouver derrière les barreaux.»

En d'autres termes, dans le comics, ce n'est pas le désir de Hulk, la vraie source du danger. Pour paraphraser ce qui pourrait bien être la réplique la plus célèbre de Banner dans le film, ça n'a jamais cessé d'être la colère.

Newsletters

Un Picasso présumé, estimé à plusieurs millions de dollars, retrouvé lors d'une saisie de drogue en Irak

Un Picasso présumé, estimé à plusieurs millions de dollars, retrouvé lors d'une saisie de drogue en Irak

Une histoire digne d'un scénario hollywoodien.

«Hommes», le grand roman de la rentrée littéraire 2022 (et sept autres livres à ne pas rater)

«Hommes», le grand roman de la rentrée littéraire 2022 (et sept autres livres à ne pas rater)

Ça commence par un très grand livre.

Jeanne d'Arc, icône LGBT+

Jeanne d'Arc, icône LGBT+

Depuis le XVe siècle, la paysanne devenue chevalière puis sainte, fascine. On ne compte plus celles et ceux qui la considèrent comme défenseuse de leurs valeurs. Après l'extrême droite, la communauté LGBT+ tient à le dire: Jeanne est à elle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio