Égalités / Santé

Conduire enceinte, est-ce faire du covoiturage?

Temps de lecture : 2 min

La justice américaine devra trancher.

«Il est tout à fait possible qu'elle tombe sur un juge qui souhaite récompenser sa créativité.» | Robin Edqvist via Unsplash
«Il est tout à fait possible qu'elle tombe sur un juge qui souhaite récompenser sa créativité.» | Robin Edqvist via Unsplash

Aux États-Unis, il existe de nombreuses routes sur lesquelles existe une voie réservée aux véhicules à occupation multiple, c'est-à-dire non seulement aux bus, mais également aux voitures comprenant plusieurs occupant·es. Plus rapides car moins chargées, les voies en question doivent donner envie aux citoyens et citoyennes d'emprunter davantage les transports en commun et et de pratiquer plus fréquemment le covoiturage.

Récemment, une conductrice texane a été arrêtée par la police de Dallas parce qu'elle roulait sur ce genre de voie alors qu'il n'y avait visiblement personne d'autre qu'elle sans sa voiture. Invitée à se ranger sur le bas côté, Brandy Bottone a alors laissé l'agent responsable de l'arrestation inspecter son véhicule, raconte le Washington Post. Pour être certain de n'avoir rien raté, l'officier a alors interrogé la jeune femme: «N'y a-t-il que vous, ou quelqu'un fait-il la route avec vous?»

La réponse de l'intéressée semble presque avoir été préméditée. «Je lui ai dit: “Oh, il y a juste nous deux.” Et il a répondu: «Où ça?”» Enceinte de trente-quatre semaines, Brandy Bottone a alors pointé son ventre du doigt pour indiquer la localisation de sa passagère. Le code pénal texan reconnaissant les fœtus comme des personnes, il y avait techniquement deux individus dans le véhicule.

«J'ai affirmé que c'était un enfant vivant, et c'est le cas si on en croit tout ce qui s'est dit autour de l'abrogation de Roe v. Wade», explique la conductrice en référence à l'arrêt qui autorisait encore récemment l'IVG aux États-Unis.

Problème: le code des transports de l'État ne considère pas le fœtus comme une personne. Comme cela a été affirmé un peu plus tard à Brandy Bottone, il doit y avoir dans la voiture «deux corps en dehors d'un corps». Elle a donc reçu une amende de 215 dollars (soit 211 euros) pour avoir utilisé seule la voie réservée aux véhicules à occupation multiple.

Pas vraiment une militante pro-IVG

Mais l'histoire ne va pas en rester là: Brandy Bottone a en effet décidé de contester son amende devant la justice. Les spécialistes estiment que sa demande a cependant peu de chances d'aller jusqu'au bout, le code des transports étant ici le seul à faire foi. «Cela étant dit, il est tout à fait possible qu'elle tombe sur un juge qui souhaite récompenser sa créativité», explique Chad Ruback, avocat d'appel.

Brandy Bottone pense sincèrement avoir été victime d'injustice: «Les lois ne parlent pas toutes la même langue, c'est très confus», explique-t-elle à propos de ce qu'elle estime être des incohérences entre le code pénal et le code des transports. Sa réaction pourrait être interprétée comme une réaction militante face à l'interdiction progressive de l'IVG aux États-Unis, mais est-ce vraiment le cas? Pas vraiment.

La Texane a en effet expliqué à la presse qu'elle pensait que les femmes devraient pouvoir choisir ce qu'elles fond de leurs corps, tout en précisant: «Ça ne veut pas dire que je suis pro-choixAvant d'ajouter: «Je ne conduisais pas dans cette voie à cause de Roe v. Wade, mais juste parce qu'il s'agissait de moi et d'une autre personne.»

Le procès est prévu pour le 20 juillet, soit deux semaines avant le terme de sa grossesse.

Newsletters

Stéréotypes de genre: le monde du surf a du pain sur la planche

Stéréotypes de genre: le monde du surf a du pain sur la planche

Les fantasmes liés à l'imaginaire du surf transforment la pratique en compétition, contraignent les corps et reconduisent des stéréotypes souvent caricaturaux.

Les découvertes sur l'orgasme n'en sont qu'à leurs préliminaires 

Les découvertes sur l'orgasme n'en sont qu'à leurs préliminaires 

[TRIBUNE] Certaines modalités de jouissance semblent être en train de changer.

Un procès pour viol sur une enfant de 12 ans pousse la justice néo-zélandaise à interroger sa législation

Un procès pour viol sur une enfant de 12 ans pousse la justice néo-zélandaise à interroger sa législation

Les lois sur le consentement actuellement en vigueur soumettent les enfants victimes de violences sexuelles à une maltraitance institutionnelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio