Culture

Lady Gaga: Quelles cochonnes, ces nonnes

Troy Patterson , mis à jour le 16.06.2010 à 11 h 40

Le dernier clip de Lady Gaga s'inscrit dans une longue tradition artistique de religieuses dévergondées.

Capture d'écran du vidéo clip Alejandro de Lady Gaga

Capture d'écran du vidéo clip Alejandro de Lady Gaga

Le walrus, c'était Paul. Lady Gaga, elle, est une prêtresse pornographique. Dans le clip licencieux de sa chanson Alejandro, Lady Gaga (assistée du réalisateur Steven Klein et d'un paquet d'éphèbes glabrissimes) explore quelques comportements fétichistes que je n'aurais jamais songé à tenter par moi-même. Les plus interessants sont ceux où la star apparaît revêtue d'habits de nonne plutôt inhabituels. Elle dégouline de robes en latex, ouvre grand la bouche pour avaler les perles de son chapelet et patin-couffin —en gros, une farce coquine destinée à faire enrager la Catholic League.

Si l'on veut aller par là, on peut trouver bien pire que ce divin petit blasphème. Lors d'une précédente incursion à Gagaland, j'ai tenté de souligner l'importance du fait que Lady Gaga ait été «formée pour son métier d'artiste du spectacle sur des scènes de strip-tease...mais également au Couvent du Sacré-Cœur». C'est une catholique qui a mal tourné, mais c'était également une bonne élève. En l'honneur de sa dernière mini-épopée pop-art en date —et en remerciant au passage les auteurs du guide de référence TV Tropes et de l'essai «Convent Erotica»— j'ai composé pour vous une petite chronologie.

Voici donc les 10 meilleures occurrences de nonnes délurées de notre civilisation:

La première lettre d'Héloïse à Abélard (vers 1133). Lui était «le philosophe et théologien le plus éminent de son époque.» Elle, c'était l'ado sexy la plus érudite qu'on ait jamais vue. Ils se rencontrèrent dans un genre de club littéraire. Lorsqu'il lui colla un polichinelle dans le tiroir, l'oncle de la belle devint furax. Châtré, Abélard se fit moine, et Héloïse prit le voile. Abbesse de l'oratoire du Paraclet, elle entreprit une correspondance qu'il vaudra la peine de plagier le 14 février prochain: «J'en prends Dieu à témoin: Auguste même, le maître du monde, eût‑il daigné demander ma main et m'assurer à jamais l'empire de l'univers, j'aurais trouvé plus doux et plus noble de conserver le nom de putain auprès de toi que de prendre celui d'impératrice avec lui».

Le Décaméron (1353). Des cent récits présentés par Boccace —des histoires racontées par des personnages en vacances à la campagne pour échapper à Florence dévastée par la peste— deux évoquent des fiancées de Jésus. Dans la meilleure d'entre elles, un jeune homme bien bâti se fait passer pour sourd, muet et stupide pour être engagé comme homme à tout faire dans un couvent —car il semble ne pas représenter de menace pour la chasteté de ces demoiselles. Ca commence à chauffer quand deux nonnes, travaillant en tandem, décident de tirer parti de cette commodité pour essayer cette histoire de sexe dont elles avait entendu parler: «Pour quoi, avant qu'elles s'en allassent, elles voulurent éprouver chacune plus d'une fois comment le muet savait chevaucher. Et depuis, causant souvent entre elles, elles disaient que c'était bien la plus douce chose dont elles eussent entendu parler.»

La Religieuse (1796). Le Guardian applaudit le roman épistolaire de Denis Diderot, qui rapporte l'histoire d'une «jeune femme forcée par ses parents à entrer au couvent. Suzanne essaie de se conduire en bonne chrétienne mais elle est torturée par ses camarades et se retrouve à la merci d'une mère supérieure sexuellement prédatrice. Impasse!» Comme on le voit, Jacques Rivette fit scandale en l'adaptant à l'écran en 1966.

Les épouvantables révélations de Maria Monk, telles qu'elles sont présentées dans un récit de ses souffrances endurées lors d'un séjour de cinq années comme novice et de deux ans comme nonne noire au couvent de l'Hôtel Dieu de Montréal (1836). Une fausse autobiographie. En voici une belle et savante analyse: «Les épouvantables révélations s'inspirent de toutes les craintes populaires et des incompréhensions du catholicisme prévalant à l'époque. Rédigé dans le style d'un roman gothique, ce récit parle de sexe et de violence sans sombrer dans la pornographie». Maria Monk prétendait s'être échappée de l'Hôtel-Dieu de Montréal, où elle aurait subi des outrages, notamment de la part de trois prêtres pendant une orgie. Il semblerait en fait que l'auteur habitait alors un Couvent de la Madeleine pour filles perdues.

Religieuse Italienne Fumant la Cigarette (1944). Une vilaine habitude. Cette huile figure parmi les plus réussies de Clovis Trouille, artiste adopté par André Breton et son cercle mais totalement parti dans sa bulle, et qui représentait parfois des nonnes coquines surréalistes assez soft. Regardez bien l'attention que Trouille porte aux paires ici-les jambes osées, les croix austères, les glands suspendus, les volutes de fumées évoquant l'encens...

Le narcisse noir (1947). Des sœurs anglicanes dans l'Himalaya. «Elles ont renoncé au monde des hommes mais ont découvert que le monde ne se laisserait pas rejeter.». Kathleen Byron joue le rôle de la bombe sous les traits de sœur Ruth. Éthérée, Ruth arbore une pâleur poudrée névrosée qui fait exploser une bouche écarlate.

Les diables (1971). Ce premier triomphe du mouvement de nonnesploitation —on craint que Tarantino ne décide de rendre hommage au genre en réalisant un film long comme Autant en emporte le vent— est une épopée médiévale dirigée par Ken Russell (Love, Tommy) et adaptée d'un roman d'Aldous Huxley. Vanessa Redgrave, Oliver Reed, et une utilisation enthousiaste d'un crucifix comme d'un jouet masturbatoire. La bande annonce:

Entre Tinieblas (1983). [Dans les ténèbres], ce film d'Almodóvar raconte l'histoire d'une chanteuse de discothèque qui fuit la police après la mort par overdose d'héroïne de son petit ami. Elle se réfugie dans un couvent, où les vrais ennuis commencent. Ne manquez pas la joueuse de bongo à la fin de la bande annonce.

Warrior Nun Areala (1994). Nous savons de source sûre que la nonnesploitation marche très fort au Japon. Wikipedia cite la Japanese Cinema Encyclopedia: «Bien que le christianisme n'eût jamais été une religion dominante au Japon, le Japon est entré en contact avec des missionnaires chrétiens. Parce qu'ils prenaient pour sujet une religion minoritaire, il a été dit que ces "films de nonnes catholiques d'une perversité choquante et horriblement blasphématoires" sont une manière de "faire un pied de nez à la religion organisée sans attaquer les croyances plus sacrés de la société dans son ensemble" ». Areala, aussi connue sous le nom de sœur Shannon Masters, lutte contre le mal et a des cuisses en béton armé.

S'habiller en cochonne au prochain Halloween (2010). Plus que 143 jours pour acheter le costume. Évidemment, il y a tout un tas de moyens de s'habiller en allumeuse pour Halloween —vilaine infirmière, chatte sexy, SDF dévergondée— mais faire la traînée dans une mini-robe noire à 30 dollars avec guimpe assortie est un peu plus piquant: on sera sans doute déjà le 1er novembre, le jour de la Toussaint, quand celle qui la portera s'écroulera pleine de vodka aromatisée pour faire des avances aux plantes vertes. Vous en trouverez chez Ricky's ou Amazon, où cette petite robe, ensorceleuse et écolière à la fois, est souvent en stock. La publicité s'exclame: «Sûrement pas le genre de nonne qui vous faisait l'école! Assortissez la nonne sexy à l'un de nos costumes de prêtre pour former le couple idéal. Bas non inclus».

Troy Patterson

Traduit par Bérengère Viennot

À LIRE EGALEMENT SUR LADY GAGA: Lady Gaga=Lady Warhol; Pop: Lady Gaga est-elle vraiment futée?

VOIR LE DIAPORAMA GRAND FORMAT Gagatuesque

Photo: capture d'écran du clip d'Alejandro de Lady Gaga, réalisé par Steven Klein

Troy Patterson
Troy Patterson (17 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte