Santé / Sciences

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Temps de lecture : 5 min

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les populations de tiques sont en augmentation, favorisant la propagation des maladies. À quoi est due cette situation?

Toutes les pratiques qui conduisent à augmenter le couvert forestier favorisent la prolifération de la tique Ixodes ricinus. | Erik Karits via Pixabay
Toutes les pratiques qui conduisent à augmenter le couvert forestier favorisent la prolifération de la tique Ixodes ricinus. | Erik Karits via Pixabay

Depuis plus de cinquante ans, on constate une augmentation des populations de tiques en Europe, qui s'accompagne d'une propagation plus importante des maladies qu'elles véhiculent.

Changement climatique, activités humaines, modifications des écosystèmes… Plusieurs facteurs ont été avancés pour expliquer les raisons de cette situation. Plus précisément, quelles en sont les causes et quel est le rôle de l'être humain dans ce phénomène?

Des tiques essentiellement forestières

En Europe, les tiques les plus concernées par cette augmentation de population sont Ixodes ricinus et, à un degré moindre, la tique Dermacentor reticulatus. Ixodes ricinus est la tique la plus abondante de l'hémisphère Nord. Elle se nourrit exclusivement de sang sur des hôtes très variés: petits et grands mammifères, oiseaux et même reptiles… Plus de 300 espèces animales sont susceptibles d'être piquées! L'être humain, en revanche, est un hôte accidentel.

Après l'éclosion, le développement de cette tique suit plusieurs étapes (appelées «stases»): larve, nymphe, puis adulte. Les nymphes de petite taille sont particulièrement impliquées dans la transmission de bactéries (comme celle responsable de la maladie de Lyme), de virus, voire de parasites à l'être humain.

Ixodes ricinus a besoin d'une forte hygrométrie (l'humidité contenue dans l'atmosphère) et d'une température d'au moins 5°C pour être active. Elle se développe dans la végétation, principalement dans les forêts (même si sa présence en ville est de plus en plus signalée, souvent dans des espaces fortement végétalisés). Elle vit dans l'humus et les litières de feuilles, passant son temps à monter sur les herbes pour chasser à l'affût, puis à redescendre au sol pour se réhydrater. En hiver, elle entre en diapause, cessant toute activité.

Cette tique évoluant surtout dans les bois, toutes les pratiques qui conduisent à augmenter le couvert forestier favorisent sa prolifération. Or, celles-ci ont quelque peu changé au cours des dernières années.

Le bois laissé au sol, un abri idéal

Autrefois, après une coupe de bois, toutes les parties des arbres étaient exploitées: les grumes étaient utilisées pour la fabrication de meubles, le houppier fournissait du bois de chauffage ou de la matière pour la production de copeaux ou de pâte à papier.

En revanche, à l'heure actuelle, une quantité importante de bois est laissée au sol. Rongeurs et oiseaux peuvent s'y abriter, y nicher, tandis que les tiques y trouvent une protection adaptée (et de quoi se nourrir). Critiquables sur un plan écologique, l'écobuage (défrichage par brûlage) et les coupes à blanc, qui rendaient l'environnement peu propice aux tiques, ont été largement abandonnés.

La présence des scolytes sur certaines essences d'arbre a conduit à l'utilisation d'insecticides par poudrage des arbres atteints dans les années 1950 (et plus récemment par aspersion de pyréthrines), ce qui a probablement aussi indirectement touché les tiques dans l'environnement forestier.

Les modifications des pratiques de sylviculture entraînent une accumulation de bois mort. | Nathalie Boulanger

Pas ailleurs, dans notre pays, la prolifération des tiques a pu être favorisée par la modification des paysages: la forêt occupe aujourd'hui 31% du territoire métropolitain (67% des peuplements sont constitués de feuillus). Or, le développement des infrastructures routières, de l'agriculture intensive (nouvelles dimensions des exploitations agricoles) et de l'urbanisation ont conduit à une fragmentation du paysage. Dans certaines régions, les massifs forestiers sont désormais des parcelles isolées, dans lesquelles prolifère une faune favorable aux populations de tiques et aux pathogènes associés, (rongeurs, chevreuils...).

En sauvant l'environnement des tiques, on sauve... les tiques

Les tiques sont strictement hématophages: elles se nourrissent uniquement de sang. De beaucoup de sang: les tiques femelles ont besoin de 100 fois leur poids en sang! Pour se le procurer, elles doivent avoir à disposition une faune variée. Leurs hôtes privilégiés sont les cervidés, notamment les chevreuils, et les suidés, comme le sanglier.

Or au cours des quarante dernières années, les populations de ces deux espèces ont globalement augmenté d'un facteur 10, même s'il existe des disparités régionales. Résultat: chevreuils et sangliers sont de plus en plus souvent retrouvés dans les zones urbaines et périurbaines, où ils se nourrissent dans les jardins.

Si la chasse des cervidés et des suidés pourrait participer à la régulation de leurs populations, certaines pratiques telles que l'agrainage (le nourrissage artificiel du gibier) favorisent au contraire leur prolifération. En effet, si l'agrainage de dissuasion a pour objectif de maintenir les suidés au cœur des forêts, les lieux d'agrainage attirent non seulement les sangliers, mais aussi toute une faune porteuse de tiques: rongeurs, oiseaux et leurs prédateurs, blaireaux, voire chevreuils et cerfs.

En concentrant davantage d'animaux sur une surface restreinte, les agrainages fixes créent des espaces favorisant non seulement le développement des tiques, mais aussi celui d'autres maladies véhiculées par la faune sauvage.

Un certain nombre de transformations socioéconomiques ont également pu favoriser l'augmentation des populations de tiques en France. Dans de nombreuses régions, la désertification rurale et l'abandon de parcelles dédiées à l'agriculture ont favorisé la plantation d'arbres (ou afforestation), le plus souvent des épicéas. Des friches se sont également développées, habitats de choix pour les petits et grands mammifères, qui sont les hôtes privilégiés des tiques Ixodes.

S'ajoute à cela le fait que certaines pratiques humaines qui altéraient l'environnement des tiques et maintenaient probablement leurs populations à bas bruit ont aussi disparu. On consomme aujourd'hui moins de gibier, on ne collecte plus le bois de houppier résiduel après les coupes forestières, les feuilles mortes ne sont plus utilisées pour la fumure des jardins…

Un changement climatique
à double tranchant

Les conséquences des modifications climatiques sont souvent mentionnées, en particulier dans la diminution éventuelle des populations de tiques Ixodes ricinus. Cette tique a en effet besoin d'une forte hygrométrie ambiante (au moins 80% d'humidité). Si la fréquence et l'intensité des canicules augmentent, les tiques pourraient disparaître de certaines régions. Toutefois, cet effet sur les populations d'Ixodes est pour l'instant limité.

À l'inverse, les changements climatiques pourraient aussi créer des conditions favorables à la colonisation d'autres lieux par les tiques, notamment en altitude si des modifications de végétation survenaient. Elles pourraient aussi devenir actives toute l'année en cas de saison hivernale moins marquée.

Un grand nombre de ces phénomènes sont bien documentés aux États-Unis. Si le contexte européen n'est pas tout à fait identique, on peut s'attendre aux mêmes observations sur notre continent.

Mener des actions coordonnées

Compte tenu de leur large répartition dans l'environnement, il est illusoire d'espérer parvenir à éradiquer les tiques. Les raisons de l'augmentation de leurs populations étant multifactorielles, réduire leur nombre et maîtriser leur propagation passe par des actions coordonnées impliquant de nombreux acteurs: forestiers, chasseurs, agriculteurs, autorités compétentes, etc.

En parallèle, nous devons également réfléchir à la définition d'une biodiversité favorable à la cohabitation êtres humains-tiques. En quelques années, nous sommes passés d'un extrême à l'autre en matière «d'environnement à tiques». Nous devons à présent nous demander comment végétaliser correctement notre environnement sans le rendre propice à la prolifération de ces ectoparasites.

Quelques mesures simples peuvent d'ores et déjà être appliquées par tout un chacun pour y parvenir: installation de barrières pour empêcher les suidés et les cervidés de s'approcher des habitations, fauchage des herbes à leurs abords (les tiques n'aiment pas la sécheresse), élimination des zones d'humidité, déparasitage des animaux domestiques…

La lutte contre les tiques est de plus en plus médiatisée, mais peine encore à s'inscrire, en France, dans une réelle problématique de santé publique. En attendant que la situation s'améliore, il faudra donc continuer à procéder à un minutieux examen corporel après chaque promenade en «zones à tiques».

Article écrit en collaboration avec Catherine Bertaux, présidente de l'association de chasse Artémi55.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Aux États-Unis, la consommation de champignons hallucinogènes dépénalisée pour ses vertus thérapeutiques

Aux États-Unis, la consommation de champignons hallucinogènes dépénalisée pour ses vertus thérapeutiques

De la drogue récréative illicite au traitement prometteur pour la santé mentale, le statut de ces champignons magiques semble amené à évoluer.

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

Une décision confirmée en appel malgré les réticences de l'un des juges.

La pratique du sexe anal peut entraîner de nombreux problèmes de santé chez les femmes

La pratique du sexe anal peut entraîner de nombreux problèmes de santé chez les femmes

Si la sodomie est de plus en plus pratiquée, surtout par la jeune génération, on en sous-estime encore trop les risques.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio