Économie

Son entreprise lui verse 330 fois le montant de son salaire, il démissionne et disparaît sans laisser de traces

Temps de lecture : 2 min

Au Chili, un employé a été payé par erreur 165.398.851 pesos chiliens, soit à peu près 170.000 euros. L'entreprise, qui est sans nouvelle, a porté plainte contre lui.

Depuis le 2 juin, l'entreprise est sans nouvelle de l'employé qui s'est volatisé. | Mika Baumeister via Unsplash
Depuis le 2 juin, l'entreprise est sans nouvelle de l'employé qui s'est volatisé. | Mika Baumeister via Unsplash

Il s'est évaporé, sans laisser de traces. Au Chili, un homme qui travaillait en tant qu'assistant de répartition dans une grande entreprise spécialisée dans le secteur agroalimentaire a démissionné de sa boîte après avoir été payé 330 fois le montant de son salaire mensuel, a rapporté le journal financier Diario Financiero, et comme le relate Business Insider. Depuis, personne ne parvient à entrer en contact avec l'employé.

Selon le journal basé à Santiago, l'assistant de répartition a reçu le 30 mai la coquette somme de 165.398.851 pesos chiliens sur son compte en banque, soit à peu près 170.000 euros. Or, son salaire mensuel n'était que d'environ 500.000 pesos chiliens, soit 500 euros.

Après avoir pris connaissance de la somme sur son compte en banque, le travailleur a contacté le directeur adjoint de son centre de distribution pour l'informer de la situation. Le message a ensuite été transmis au service des ressources humaines du Consorcio Industrial de Alimentos (Cial), qui gère plusieurs grandes marques du secteur agroalimentaire au Chili. Après avoir bien constaté l'erreur, le service des ressources humaines a demandé à l'employé de se rendre dès que possible à sa banque pour rembourser l'argent excédentaire, comme l'explique le journal. Celui-ci aurait promis de le faire tôt le lendemain matin.

Son avocat a remis sa lettre de démission

Or, le lendemain, ils n'ont aucune nouvelle de l'employé, malgré les appels téléphoniques et les messages WhatsApp répétés. À 11h, ils ont finalement un signe de vie: le travailleur explique qu'il s'est levé tard, s'excuse et assure qu'il se rend à la banque. C'est le dernier contact qu'ils auront avec lui. Le 2 juin, par l'intermédiaire d'un avocat, le travailleur anonyme a remis sa lettre de démission à son entreprise.

Le Consorcio Industrial de Alimentos, qui est toujours sans nouvelle de son ancien employé, a déclaré au journal Diario Financiero avoir porté plainte pour détournement de fonds.

Si les erreurs sur les bulletins de paie sont une affaire courante et qu'en cas d'un trop-perçu il peut être tentant de disparaître dans la nature, en France, mieux vaut y réfléchir à deux fois. Si l'erreur découle d'une erreur sur la convention collective, l'erreur est à la charge de l'entreprise et l'employeur est dans l'incapacité d'exiger la restitution de l'argent. En revanche, s'il ne s'agit pas d'une erreur de convention collective, l'employeur est en droit de demander un remboursement, soit avec une retenue sur salaire, soit avec une régularisation sur la prochaine fiche de paie, soit avec un remboursement complet si l'employé ne travaille plus dans l'entreprise.

Newsletters

En Martinique, les fonds européens permettront-ils de rattraper économiquement la métropole?

En Martinique, les fonds européens permettront-ils de rattraper économiquement la métropole?

Aux États-Unis, les vols annulés ou décalés sur le point d'être remboursés

Aux États-Unis, les vols annulés ou décalés sur le point d'être remboursés

Les compagnies aériennes vont devoir mettre la main au porte-monnaie pour dédommager de nombreux passagers si le projet de loi est voté.

Bataille judiciaire à venir autour de la vente aux enchères d'un NFT de Tupac

Bataille judiciaire à venir autour de la vente aux enchères d'un NFT de Tupac

Une histoire de propriété (et aussi de gros sous).

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio