Santé

Ne frottez plus votre nez lorsque vous vous mouchez

Temps de lecture : 2 min

Cela vous évitera de l'avoir tout rouge et vous protégera des agressions extérieures.

Plus on frotte le nez avec un mouchoir, plus on enlève de cellules de peau. | Brittany Colette via Unsplash
Plus on frotte le nez avec un mouchoir, plus on enlève de cellules de peau. | Brittany Colette via Unsplash

Les premières chaleurs sont de retour, et avec elles le rhume des foins, provoquant éternuements et nez qui coule chez ceux qui en souffrent. À force de se moucher, on finit par avoir le nez tout rouge: la peau est agressée.

Pour comprendre pourquoi, il faut expliquer la structure et le fonctionnement de la peau.

Protection cutanée

La peau est l'enveloppe protectrice de notre corps. Elle contient environ 70% d'eau et est composée de plusieurs couches appelées l'hypoderme, le derme et l'épiderme (de la plus profonde à la plus superficielle).

À la surface de l'épiderme, on trouve une couche quatre fois plus fine qu'un cheveu, qui constitue un vrai bouclier de protection contre les agressions de l'extérieur (bactéries, rayons solaires…) et permet d'empêcher l'eau (contenue dans la peau) de s'évaporer. On le représente souvent comme un mur de briques très solide: les cellules de peau font office de briques et sont reliées solidement entre elles par un genre de ciment, qu'on appelle les lipides cutanés. Plus il y a de couches de cellules, plus le mur est solide.

Malheureusement, malgré la solidité de ce mur de protection, un frottement répété de mouchoirs contre la peau peut l'endommager. Plus on frotte le nez avec un mouchoir, plus on enlève de cellules de peau, c'est-à-dire des briques du mur. Ainsi, la barrière de protection est affaiblie, la peau se dessèche, les bactéries peuvent franchir le mur de protection et l'organisme se sent agressé.

Inflammation défensive

Il se défend alors en répondant par une réaction inflammatoire permettant l'élimination totale des intrus, puis la réparation de la barrière cutanée, en fabriquant de nouvelles cellules de peau. Cette inflammation est notamment associée à une augmentation du flux sanguin vers la peau abîmée: le fameux nez rouge fait son apparition. Rien de grave, néanmoins ce nez rouge peut être la cause de sensations désagréables que l'on préférerait éviter.

Pour contrer cette apparition, on peut déjà revoir sa technique de mouchage. Eh oui, se moucher, ça s'apprend! Il faut éviter de se frotter trop fort avec un mouchoir: plus on frotte, plus on abîme la barrière protectrice de la peau.

Si malgré tous vos efforts, vous avez quand même le nez du renne Rudolphe, il est possible de soigner rapidement cette irritation en appliquant de la crème hydratante dessus. La crème va créer une barrière entre la peau et l'air, et aider à la cicatrisation de la peau, c'est-à-dire à reconstruire les briques du mur de protection.

Pour éviter les problèmes de nez rouge, les scientifiques et industriels rivalisent d'inventivité dans la fabrication des mouchoirs toujours plus doux. Certains mouchoirs en papier contiennent de l'aloe vera ou de l'huile d'amande douce, toutes deux connues pour leurs propriétés apaisantes pour la peau. On trouve également des mouchoirs enrichis en vitamine E, reconnue pour ses propriétés anti-inflammatoire et hydratante.

Même si ces mouchoirs apportent plus de confort et permettent de réduire l'irritation, après cinquante mouchages, il est fort probable que votre nez finisse par être rouge quand même.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Aux États-Unis, la consommation de champignons hallucinogènes dépénalisée pour ses vertus thérapeutiques

Aux États-Unis, la consommation de champignons hallucinogènes dépénalisée pour ses vertus thérapeutiques

De la drogue récréative illicite au traitement prometteur pour la santé mentale, le statut de ces champignons magiques semble amené à évoluer.

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

Une décision confirmée en appel malgré les réticences de l'un des juges.

La pratique du sexe anal peut entraîner de nombreux problèmes de santé chez les femmes

La pratique du sexe anal peut entraîner de nombreux problèmes de santé chez les femmes

Si la sodomie est de plus en plus pratiquée, surtout par la jeune génération, on en sous-estime encore trop les risques.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio