Boire & manger / Sciences

Pour contrer une invasion de crabes enragés, une distillerie américaine les transforme en whisky

Temps de lecture : 2 min

Un Crab Trapper on the rocks, s'il vous plaît.

Un crabe enragé (ou crabe vert). | Adrian Scottow via Flickr
Un crabe enragé (ou crabe vert). | Adrian Scottow via Flickr

Également connu sous le nom de «crabe vert», le crabe enragé doit son sobriquet à sa réputation d'animal pour le moins vindicatif: lorsqu'il se sent menacé, il se dresse sur ses pattes, pinces vers le haut.

Aussi adaptable que vorace, cet arthropode considéré comme invasif par les organismes spécialisés est tenu responsable du déclin de certaines espèces de mollusques bivalves et de crabes. Il faut dire que chaque crabe enragé gobe une quarantaine de palourdes par jour et pond plus de 185.000 œufs par an, comme l'indique Insider.

Les crabes enragés pullulent actuellement en Nouvelle-Angleterre, région du nord-est des États-Unis englobant six États (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island et Vermont). Face à une invasion qui inquiète les locaux et les spécialistes des fonds marins, une entreprise a décidé de contre-attaquer.

Dans le New Hampshire, la distillerie Tamworth (du nom de la ville où est situé son siège) vient en effet de mettre au point un whisky à base d'infusion de crabe vert.

Délicieux envahisseurs

Nommé «Crab Trapper», le breuvage en question est composé d'un bourbon 4 ans d'âge distillé à l'aide de résidus de crabes enragés. Produire 100 litres de ce whisky nécessite «environ 40 kilogrammes de crabe, soit plus d'un millier de ces saletés», explique Steven Grasse, le propriétaire de la distillerie.

Ce dernier précise qu'un mélange de huit épices est également utilisé pour donner une saveur optimale au produit –les mêmes qui sont employées pour faire cuire les crustacés à des fins culinaires.

«Il a un chouette arrière-goût épicé», promet Steven Grasse à Insider. «De façon inattendue, certaines personnes ont même commencé à le comparer à un Fireball salé», ajoute-t-il en référence à un whisky canadien réputé pour ses notes d'épices. La bouteille de 20 centilitres de Crab Trapper se vend actuellement à 65 dollars, soit environ 62 euros.

Insider signale que plusieurs chefs, dont Jeremy Sewall, propriétaire du Row 34 à Boston (Massachusetts), intègrent ou ont intégré du crabe vert dans leur carte. Une façon plus classique de lutter contre cet animal jugé indésirable. «Les crabes verts nous envahissent, mais heureusement pour nous, ils sont délicieux», titrait le Boston Globe en 2021. Et maintenant, ils peuvent même se siroter.

Newsletters

Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

L'adresse du cossu XVIe arrondissement mise sur la simplicité et la justesse. Et aux fourneaux de l'un des derniers vrais bistrots de Paris, la cheffe Kelly Jolivet revisite les classiques avec doigté.

La faim, autant un moteur qu'une arme

La faim, autant un moteur qu'une arme

Crever la dalle, mourir d'inanition, avoir l'estomac dans les talons, claquer du bec: la sensation de faim, universelle et à la source de tant de passions humaines, est en passe de devenir une arme géopolitique entre les mains de la Russie.

Votre thé fourmille de petits morceaux d'invertébrés

Votre thé fourmille de petits morceaux d'invertébrés

Et c'est une bonne nouvelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio