Politique

Emmanuel Macron à Kiev: l'opposition critique le timing

Temps de lecture : 2 min

Certains vont jusqu'à parler d'une stratégie d'évitement de la part du président français.

En déplacement à Kiev aux côtés du chancelier allemand Olaf Scholz et du Premier ministre italien Mario Draghi, Emmanuel Macron a réitéré son soutien au président ukrainien Volodymir Zelensky ce jeudi 16 juin. Mais à quelques jours du second tour des élections législatives, cette visite «d'unité» ne laisse pas de marbre de nombreux candidats de l'opposition.

S'il était principalement question de clarifier la position de la France au sujet de la guerre en Ukraine, certains politiques accusent le chef de l'exécutif d'avoir «des arrières pensées électoralistes». D'autres parlent au contraire d'une stratégie d'évitement d'Emmanuel Macron, qui pourrait avoir d'importantes répercussions pour la majorité présidentielle ce dimanche.

En donnant priorité à l'Ukraine plutôt qu'à la campagne des législatives, Macron a-t-il ouvert une porte d'entrée pour la Nupes? Le chef de l'État pourrait-il au contraire tirer un bénéfice de son implication dans cette crise géopolitique? Quid du mélange entre politique nationale et internationale?

Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani, directeur de Slate.fr, en discutent avec leurs invités David Revault-d'Allonnes du JDD, Julie Marie-Leconte de France Info et Stéphane Vernay de Ouest-France, dans «Politique», l'émission de France 24 en partenariat avec Slate.

Newsletters

Quand les producteurs d'énergie appellent à la sobriété, il faut se poser des questions

Quand les producteurs d'énergie appellent à la sobriété, il faut se poser des questions

L'appel des dirigeants d'EDF, Engie et TotalEnergies à une sobriété d'urgence a fait beaucoup de bruit. Mais, pour qu'il ait un impact, il faut que les pouvoirs publics passent rapidement à l'action.

Madame Irma la Nupes

Madame Irma la Nupes

Paris Est, Paris Ouest: l'éternel clivage politique

Paris Est, Paris Ouest: l'éternel clivage politique

Cela fait cent cinquante ans que l'ouest parisien ne vote pas comme l'est. Et la gentrification de la capitale n'y a rien changé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio