Sciences

Quels animaux sauvages sont les meilleurs pères?

Temps de lecture : 7 min

Plusieurs espèces sont même capables d'être d'excellents pères célibataires, voire des beaux-pères très attentionnés.

Contrairement à l'idée reçue, les tigres mâles s'avèrent être de bien meilleurs pères que les lions et tous les autres grands félins. | Dave Pape via Wikimedia Commons
Contrairement à l'idée reçue, les tigres mâles s'avèrent être de bien meilleurs pères que les lions et tous les autres grands félins. | Dave Pape via Wikimedia Commons

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent. La question du jour: «Quels animaux sauvages sont les meilleurs pères?»

La réponse de Serge Elia:

Par où dois-je commencer pour répondre à cette question? Voici cinq exemples des pères les plus affectueux du règne animal:

Le tigre

Beaucoup de gens pensent que les tigres mâles ne sont guère concernés par l'éducation de leurs petits –insinuant par là que le rôle parental n'incombe qu'aux tigresses–, mais rien n'est plus faux. En réalité, malgré son statut d'animal solitaire, le tigre mâle s'avère être un bien meilleur père que le lion et tous les autres grands félins, puisqu'il aidera volontiers sa compagne dans l'éducation et la protection des bébés, et ira jusqu'à partager ses proies avec sa famille sans se battre.

Un individu en particulier, du nom de Zalim, originaire du parc national de Ranthambore, en Inde, a élevé cela à un tout autre niveau lorsqu'il s'est occupé, seul, de deux petits devenus orphelins après la mort de leur mère. Il s'est bel et bien porté volontaire pour prendre en charge la garde des deux orphelins, puisqu'il les a élevés, nourris et protégés en tant que père célibataire, ce qui leur a donné une chance de survivre et d'atteindre l'âge adulte.

Vous êtes surpris? En juillet 2021, des forestiers travaillant dans la réserve de tigres de Panna, encore en Inde, ont croisé la route d'un autre mâle qui a fait exactement la même chose avec quatre orphelins. En effet, lui aussi a procuré à ces petits tous les soins parentaux dont ils avaient besoin, puisqu'il leur a apporté de la nourriture (ce qu'il a fait en laissant délibérément ses proies dans leur territoire), n'a jamais quitté leur chevet et leur a appris à chasser –autrement dit, ce mâle a bel et bien assumé un rôle de mère pour la portée.

Ce comportement était vraiment déroutant pour les hommes chanceux qui ont eu l'occasion d'être les témoins d'un événement aussi extraordinaire. Mais pour autant que nous le sachions, il se peut que ces situations soi-disant rares se produisent bien plus souvent qu'on ne le croit –d'autant plus que ce n'est pas parce que les gens ne voient pas ce comportement quotidiennement qu'il faut le juger inexistant.

«Les tigres ont des systèmes sociaux, des hiérarchies et des relations très complexes.»
Suyash Keshari, cinéaste animalier

Cela ne s'arrête pas là: généralement, on pense que les papas tigres ne tolèreront que les jeunes appartenant à leur propre lignée, alors qu'ils tueront tout petit engendré par un autre mâle –il est fort probable que Zalim et le mâle de Panna aient reconnu les orphelins comme leur progéniture biologique, quoique, selon les experts, ce n'est pas tout à fait certain. Mais il a en réalité été récemment établi que même les beaux-papas tigres (non apparentés aux petits) brisent volontiers ce stéréotype!

Je ne plaisante pas, le cinéaste animalier Suyash Keshari en a été le témoin direct. Il a ainsi rencontré une famille de tigres composée d'une femelle, de ses quatre petits et d'un beau-père qui ne les a pas tués, bien qu'il n'en soit pas le vrai père –ou plutôt, le nouveau mâle a réellement accepté la présence de ces jeunes sans aucune agressivité, à tel point que la famille a souvent été aperçue en train de se rassembler autour d'une proie, de parcourir le territoire ou de boire ensemble près d'un point d'eau…

À ce niveau, il s'agit d'un comportement totalement inédit, qui a pratiquement changé tout ce qu'on croyait savoir au sujet des tigres et de leur personnalité. Suyash Keshari va encore plus loin, affirmant que «tous ces cas nous ont prouvés que les tigres ont des systèmes sociaux, des hiérarchies et des relations très complexes, et nous n'en comprendrons jamais la plupart. Dans une certaine mesure, nous ne pouvons que deviner.»

Le renard du Tibet

J'ai vu cela dans moult documentaires animaliers: le renard du Tibet est un authentique père dévoué. En tant qu'animal monogame, lui et sa compagne restent ensemble tout au long de leur vie et ils se relaient régulièrement pour élever et nourrir leurs petits (appelés renardeaux), jusqu'au moment où ces derniers atteignent l'âge de 8 à 10 mois –après quoi, ils les quittent afin d'entamer une nouvelle vie.

Si la mère meurt pour une raison quelconque, le mâle n'abandonnera ni ses petits ni son rôle parental. Il continuera à fournir soins, nourriture et protection aux renardeaux en tant que père célibataire.

Le gavial

Les gavials mâles méritent le titre de pères les plus attentifs et les plus dévoués de tous les reptiles. En effet, les autres crocodiliens n'assument aucun rôle dans l'élevage et la protection des petits. D'ailleurs, les bébés crocodiles et alligators ne connaissent jamais leur vrai père... et c'est tant mieux, parce que si l'occasion se présente, un crocodile ou alligator mâle adulte n'hésite pas à tuer et dévorer tout petit qui passe à sa portée, y compris ceux qu'il a engendrés précédemment.

Un crocodile gavial porte son enfant sur son dos. Mâles et femelles s'occupent tous deux de leurs petits. | Goodfriend19 via Wikimedia Commons

Les gavials mâles, eux, prennent en charge la garde des bébés appartenant à toutes les femelles avec lesquelles ils se sont accouplés –ils portent, souvent sur leurs dos et parfois sur leurs têtes, jusqu'à une centaine de petits ou plus pour leur faire traverser la rivière en toute sécurité et les protéger de tout danger potentiel.

Et cela va plus loin: souvent, les gavials mâles s'engagent dans une pratique appelée «l'alloparentalité», qui consiste à fournir des soins parentaux à une progéniture non biologique ou non apparentée –en d'autres termes, ces crocodiliens super affectueux s'impliquent, même si les petits ne sont pas les leurs. Un comportement véritablement unique pour un reptile.

L'hippocampe

Chez les hippocampes, c'est le père qui met au monde les petits. | Betty Wills (Atsme) via Wikimedia Commons

Dans le monde des hippocampes, contrairement à ce qui est habituel chez d'autres animaux, c'est le père qui subit la grossesse au lieu de la mère –la raison en reste mystérieuse. La femelle transfère en réalité ses œufs dans la poche abdominale du mâle, lequel utilise son sperme pour les féconder alors qu'ils pénètrent dans son abdomen, avant de les incuber pendant vingt-quatre jours.

Au moment de l'accouchement, l'hippocampe mâle se livre à une série de spasmes musculaires et de contractions complètes du corps (tout comme les femmes sur le point d'accoucher dans le monde humain). Après quoi, l'abdomen s'ouvre et les nouveau-nés voient le jour.

Le crapaud buffle africain

Dès lors que l'accouplement prend fin, les crapauds buffles mâles prennent en charge la garde des têtards. Pas facile, puisqu'il s'agit de garder environ 1.000 larves saines et en vie dans de petites mares situées en bordure de plans d'eau plus grands, sous le soleil brûlant d'Afrique! C'est en effet une période on ne peut plus dangereuse, où les têtards vulnérables risquent de mourir de déshydratation à cause des températures grimpantes qui provoquent l'évaporation et l'assèchement rapides des mares.

Le crapaud buffle africain prend en charge la garde des têtards. Une tâche ardue, puisqu'il peut y en avoir 1.000 à surveiller et à aider à survivre. | Steven G. Johnson via Wikimedia Commons

Heureusement, le papa ouaouaron est dévoué et fera tout pour sauver sa progéniture. En effet, son ingéniosité et son instinct le poussent à utiliser ses puissantes pattes arrière pour creuser un canal reliant les deux mares, formant un passage dans lequel les têtards pourront nager et avoir une chance de frôler la mort. Que tout le monde acclame les papas crapauds buffles!

Les oiseaux

Les orioles de Baltimore sont parfaitement capables d'être de bons pères célibataires. | Åsa Berndtsson via Wikimedia Commons

De nombreuses espèces d'oiseaux (des manchots empereurs aux pygargues à tête blanche) sont monogames, puisqu'elles s'accouplent pour la vie, se rendent au même nid chaque année, partagent régulièrement les tâches parentales et se relaient constamment pour couver les œufs et nourrir les oisillons. Mais certaines espèces, telles que l'oriole de Baltimore, poussent les choses à l'extrême.

Ainsi, les mâles continuent à nourrir leurs oisillons pendant plusieurs jours, même après que ces petits aient quitté le nid, et ce afin de leur procurer de meilleures chances de survie. Et si la femelle commence à construire un nouveau nid bien avant que sa progéniture précédente ne soit indépendante, le père deviendra alors «super papa» et prendra soin de ses oisillons tout seul.

Les idées reçues sur les lions

Avant de terminer ma réponse, je me dois de réfuter une idée fausse à propos des lions mâles, actuellement virale sur internet, et qui consiste à dire que papa lion ferait semblant d'être blessé par les morsures de ses lionceaux, afin de les encourager à perfectionner leurs compétences en matière de chasse.

Une lionne met en garde son petit qui s'amuse avec sa queue. Car une morsure, même de lionceau, peut toujours s'avérer douloureuse. | John Storr via Wikimedia Commons

C'est entièrement faux. Les lions adultes (mâles et femelles) n'apprécient pas vraiment que les lionceaux s'amusent avec eux de cette façon, d'autant plus qu'il s'agit de jeux qui aident ces jeunes à se préparer pour ce qui ne sera un jour plus un jeu. La morsure d'un lionceau peut par ailleurs parfois s'avérer douloureuse et aucun animal n'aime être mordu, même si ce n'est qu'un jeu: quelle serait votre réaction si votre enfant jouait avec vous de la même façon? Ainsi, lorsqu'ils grognent bruyamment, les lions tentent en réalité d'effrayer leurs petits et de les dissuader de jouer, au lieu de les encourager comme le prétend le canular.

Newsletters

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les populations de tiques sont en augmentation, favorisant la propagation des maladies. À quoi est due cette situation?

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio