Tech & internet / Culture

Sur YouTube, les fans de «One Piece» suivent leurs guides à la recherche du trésor

Temps de lecture : 6 min

L'immense succès du manga «One Piece» ne se limite pas aux centaines de millions d'exemplaires vendus. Sur YouTube, de nombreux francophones vivent en décryptant les aventures du pirate Luffy et en tentant de déchiffrer les secrets de la saga.

Comme le héros Luffy, les fans du manga One Piece esquissent une multitude de théories pour découvrir à quoi ressemble le trésor derrière lequel tous les pirates courent. | Capture d'écran Mont Corvo via YouTube
Comme le héros Luffy, les fans du manga One Piece esquissent une multitude de théories pour découvrir à quoi ressemble le trésor derrière lequel tous les pirates courent. | Capture d'écran Mont Corvo via YouTube

«On se retrouve aujourd'hui pour l'analyse complète et détaillée du chapitre 1.050 de One Piece Comme à leur habitude, les YouTubeurs Kamalthero et Kytaro accueillent avec enthousiasme celles et ceux qui regardent leurs vidéos. Vêtus de leurs kimonos, ils encouragent les fans du manga One Piece à analyser l'œuvre avec eux: «Si vous pensez avoir loupé des détails importants et que vous voulez vivre avec nous la meilleure expérience One Piece possible, vous êtes au bon endroit!»

Forts de leurs 647.000 abonnés, les deux frères de la chaîne Mont Corvo peuvent s'enorgueillir d'avoir la première communauté francophone dédiée à la bande dessinée japonaise vendue à plus de 500 millions d'exemplaires dans le monde. Ils estiment même détenir le record du plus gros trafic mondial d'une chaîne YouTube dédiée à One Piece.

«En toute humilité, ce n'est pas nous, mais les Français qui permettent ce succès. Ils sont tellement fans de la culture japonaise, constate Kamalthero. Et puis, on a vu durant la “Pixel War” [une bataille durant laquelle des internautes ont collectivement créé des dessins à partir de pixels sur Reddit, ndlr] sur comment, sur internet, les Français peuvent être très impliqués et très généreux.»

Après la vague «Naruto», l'ouragan «One Piece»

Le duo est loin d'être seul à s'être lancé dans la chasse au «One Piece», trésor mystérieux que recherchent tous les pirates du manga éponyme. Au moins cinq autres chaînes YouTube françaises consacrées au parcours du pirate Luffy et de son équipage dépassent les 100.000 abonnés.

Selon Goji, numéro 3 (plus de 300.000 abonnés), cet engouement aurait véritablement commencé aux alentours de l'année 2015, avant de prendre de l'ampleur dès l'année suivante. «Auparavant, les chaînes YouTube sur le sujet n'étaient pas courantes, excepté du côté anglophone de la plateforme, qui avait déjà une communauté de viewers assez importante, rembobine-t-il. Certains cumulaient déjà plusieurs centaines de milliers de vues à cette époque!» Ces centaines de milliers de vues, Goji les atteint lui aussi aujourd'hui à chaque publication.

«Le Dok», de la chaîne ONE-PIECE-PASSION-TV, fait lui aussi partie de ce cercle des plus de 100.000 abonnés. Ce décalage avec la communauté anglophone, il l'impute à un succès parallèle: «En France, on avait pris du retard au démarrage, car il a fallu attendre que la vague Naruto passe.» Ce quarantenaire se décrit volontiers comme l'un des plus vieux du game, tant par son âge que par ses débuts sur la plateforme vidéo, remontant à 2015.

Avec un peu d'amertume, il se souvient que lors de son déménagement du Canada à la France en 2016, il a vu différentes chaînes monter très vite, quand lui pâtissait du fait de moins publier. «Il y avait une forme de rivalité, admet-il. Quand je voyais le succès des autres, j'essayais de les attaquer un peu. Maintenant, je me soucie beaucoup moins du nombre de vues que je peux accumuler.»

Des communautés qui se recoupent

Le duo de Mont Corvo a récemment été à l'origine d'un débat enflammé concernant un classement des personnages les plus puissants du manga. «Parfois, certains viennent chercher la petite bête, mais nous, ça ne nous dérange pas, promet Kytaro. On préfère parler de One Piece Mais si parfois, de petites piques sont lancées, chaque YouTubeur partage en réalité une partie de sa communauté avec les autres créateurs de contenus sur One Piece.

«Je pense que tous nos abonnés sont globalement les mêmes, jauge Mush, YouTubeur lui aussi suivi par plus de 100.000 personnes sur la plateforme. Il est probable que si l'on regarde les statistiques, la plupart de mes abonnés suivent aussi Mont Corvo.» Goji nuance cependant: «Nous avons à la fois une communauté qui nous est propre, tout en ayant chacun des abonnés en commun. Car même si on traite tous du même sujet, on ne le fait pas obligatoirement de la même manière.»

La cadence infernale de Eiichirō Oda, l'auteur du manga, permet aux YouTubeurs d'eux aussi produire des contenus réguliers.

Le Dok de ONE-PIECE-PASSION-TV est le seul à penser avoir une communauté plus singulière. Plus âgé, le YouTubeur n'a pas les mêmes codes que ses cadets. Il estime donc plaire à des fans complètement différents de ceux des autres créateurs de contenus, comme «des gens de 50 ans, qui retrouvent un côté “papa”» chez lui. Un créneau qui lui a permis d'avoir une communauté suffisamment large pour vivre de sa passion.

Métier: «guide» pour les fans

Vivre grâce à son œuvre préféré, c'est aussi se qu'expérimentent Goji et les deux frères de Mont Corvo. Mush, qui s'est lancé en 2018 –soit plus tard que ses confrères–, n'a quant à lui pas encore atteint ce stade. Et c'est un choix: «Je pourrais probablement également en vivre si je mettais plus de pubs et plus de placements de produits», estime-t-il.

«Je suis encore étudiant en alternance, ce qui est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je n'ai pas le temps de faire des vidéos review [d'analyse, ndlr] sur les chapitres qui sortent, poursuit Mush. Mais c'est aussi parce que je considère que celles réalisées par les autres YouTubeurs sont déjà géniales. Je ne vois pas trop ce que je pourrais apporter de plus, donc je préfère m'attarder sur les détails de l'œuvre.» Il a ainsi décidé de se focaliser sur différents types de vidéos, comme des formats «top» autour de l'univers One Piece.

La cadence infernale de Eiichirō Oda, l'auteur du manga, permet aux YouTubeurs d'eux aussi produire des contenus réguliers, principalement des reviews des derniers chapitres. Leurs sorties resserrées –un chapitre par semaine ou toutes les deux semaines– donnent en effet aux vidéastes un contenu à analyser et à décortiquer de manière régulière.

«C'est le feuilleton de beaucoup de gens, affirme avec enthousiasme Kamalthero. La place des créateurs de vidéos, c'est de faire le lien entre toutes les actions de cette histoire très étendue. Modestement, nous sommes un peu des guides pour les fans. One Piece est tellement complexe que les lecteurs ressentent parfois le besoin de se faire rappeler des choses, pour avoir une meilleure compréhension de l'œuvre.» Ces «guides» sont d'autant plus nécessaires que les références sont nombreuses au sein de la série d'Eiichirō Oda et que le premier tome de son manga est sorti il y a vingt-cinq ans.

La recherche d'un mystérieux trésor

Le travail des YouTubeurs ne repose pas seulement sur les décryptages des derniers chapitres publiés, sur la création de «top» ou de classements des personnages, mais aussi sur la recherche de la théorie qui parviendra à expliquer ce qu'est le «One Piece».

Voilà plus de deux décennies que les milliers de pirates du manga cherchent, comme le héros Luffy, à savoir ce qui se cache derrière ce trésor –dès les premières pages, le roi des pirates incite ses compatriotes à partir à sa recherche. «Ce mystère, comme bien d'autres, explique la notoriété du manga, assure Mush. Il reste encore beaucoup de questions sans réponses. Rien que le nom de l'œuvre! On n'est pas toujours sûr de ce qu'est réellement le “One Piece”

Alors, entre YouTubeurs, c'est la course à la meilleure théorie. «Imaginez des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes se retourner le cerveau chaque semaine pour déceler tous les secrets de One Piece, pose Goji. Maintenant, essayez de faire la même chose en priant pour que vos idées n'aient pas déjà été présentées par quelqu'un plusieurs mois avant vous… C'est vite un vrai parcours du combattant pour proposer quelque chose de 100% original.» À chaque nouvelle donnée dans le manga, de nouvelles théories émergent –et une grande partie des hypothèses finissent par être désavouées.

Si les théories fleurissent autant, c'est parce que Eiichirō Oda est un spécialiste du foreshadowing: de petits indices sont semés au fil de ses dessins et trouvent parfois une explication cinq années plus tard. Mais Goji estime que l'efficacité des aficionados pour les décrypter représente tout de même un risque le mangaka: «Il sait qu'il doit faire attention, car sa communauté capte tous les détails. Son amour pour le foreshadowing et autres teasings dissimulés peut vite se retourner contre lui au vu de l'ampleur qu'a pris One Piece sur internet et sur YouTube ces dernières années.»

Ce travail millimétré d'Oda lui vaut une admiration énorme de la part des mordus du manga. Et son œuvre «surprend toujours» le Dok. «Mais je pense avoir une vision un peu plus critique que d'autres confrères malgré tout, tempère-t-il, car j'estime que tout n'est pas toujours calculé.» Si chaque détail ne doit pas être considéré comme un indice, le moindre chiffre déposé au hasard dans une case se retrouve très vite décortiqué par des centaines de YouTubeurs. C'est peut-être ici que se trouve toute la magie de One Piece: embarquer sa communauté dans cette immense chasse au trésor –un trésor dont les lecteurs, comme les personnages, ne connaissent toujours pas avec certitude ni la forme ni le contenu.

Newsletters

À quelle date aurait-il fallu arrêter d'acheter des bitcoins?

À quelle date aurait-il fallu arrêter d'acheter des bitcoins?

Un retour chronologique sur les investissements, de l'aubaine à la catastrophe.

Les groupes de jeunes gens en costard exclus des salles diffusant «Les Minions 2»

Les groupes de jeunes gens en costard exclus des salles diffusant «Les Minions 2»

Tout a commencé par un hashtag TikTok.

Adieu Outlook, j'ai pourtant essayé de t'aimer

Adieu Outlook, j'ai pourtant essayé de t'aimer

J'ai tenté d'abandonner Gmail mais j'y suis revenue en quatrième vitesse.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio