Société

Votre stress en public vous rend attachant

Temps de lecture : 2 min

Les signes de stress non verbaux poussent votre auditoire à vous traiter plus chaleureusement.

Des symptômes liés au stress ont également été observés chez les primates, et auraient alors une fonction communicative. | Alexandre Pellaes via Unsplash
Des symptômes liés au stress ont également été observés chez les primates, et auraient alors une fonction communicative. | Alexandre Pellaes via Unsplash

Mains moites, palpitations, bouffées de chaleur... Si ces symptômes vous sont familiers, c'est peut-être parce qu'ils vous rappellent votre dernière présentation au travail devant votre hiérarchie. Si c'est le cas, rassurez-vous, vous êtes loin d'être la seule personne à trembler à l'idée de s'exprimer en public. Mais comme l'explique un journaliste de la BBC qui redoute particulièrement cet exercice, «le sentiment de stress en lui-même est parfaitement tolérable; ce qui me préoccupe, c'est la façon dont les autres perçoivent ma nervosité».

Pourtant, selon une nouvelle étude menée par Jamie Whitehouse, chercheur à l'Université de Nottingham Trent au Royaume-Uni, «ces préoccupations semblent être injustifiées». Le spécialiste avance que contrairement à ce que l'on croit, les signes de stress poussent souvent les membres de notre auditoire à nous traiter de manière plus chaleureuse. En cause: ces derniers seraient touchés par notre «authenticité émotionnelle».

Afin d'illustrer sa théorie, le chercheur prend l'exemple des primates, qui adoptent également des attitudes spécifiques lorsqu'ils se retrouvent dans une situation stressante. Ils peuvent ainsi se gratter nerveusement la peau. Comme le souligne le média britannique, ce type de manifestations «contribuent à lisser les interactions sociales au sein du groupe». Face à un primate ayant un statut plus élevé dans la hiérarchie, ces comportements agiraient comme des signaux qui réduiraient les risques de confrontation.

Jamie Whitehouse s'est demandé si cette théorie s'appliquait aux humains. Vingt-trois participants ont donc été soumis à un «test de stress social» au cours duquel ils ont dû passer un entretien d'embauche factice. À l'issue de cette première expérience, 133 évaluateurs ont été invités à noter les enregistrements de ces faux entretiens.

Une fonction communicative

Comme s'en doutait l'équipe de recherche, les participants ayant pour mission de noter les vidéos sont parvenus à percevoir les signes de stress de certains postulants. Mais surtout, ces perceptions ont influencé positivement les jugements des évaluateurs sur la sympathie des personnes interrogées. Autrement dit, plus les postulants montraient de signes de stress, plus ils paraissaient attachants.

«Cela nous indique que ces comportements ne sont pas seulement des sous-produits inutiles du stress, mais qu'ils ont en fait des fonctions de communication», soutient Whitehouse. Le chercheur a également remarqué que certains signaux spécifiques rendaient les interrogés d'autant plus attachants, à l'image de l'érythème pudique, plus connu sous le terme de rougissement. «Un rougissement ne peut pas être simulé facilement. Il est donc considéré comme un signe d'honnêteté qui, à son tour, vous rend plus sympathique», explique le spécialiste.

Toutefois, certains scientifiques ne semblent pas entièrement convaincus par les conclusions proposées dans l'étude de Whitehouse. Pour Leah Mayo, professeure adjointe au Centre de neurosciences sociales et affectives de l'Université de Linköping en Suède, les réactions des autres à nos signes de stress non verbaux sont avant tout liées au contexte. Dans certaines situations, les observateurs peuvent ainsi prendre les signes de stress pour de l'hostilité ou de la colère.

Newsletters

Adieu Outlook, j'ai pourtant essayé de t'aimer

Adieu Outlook, j'ai pourtant essayé de t'aimer

J'ai tenté d'abandonner Gmail mais j'y suis revenue en quatrième vitesse.

Paris Est, Paris Ouest: l'éternel clivage politique

Paris Est, Paris Ouest: l'éternel clivage politique

Cela fait cent cinquante ans que l'ouest parisien ne vote pas comme l'est. Et la gentrification de la capitale n'y a rien changé.

Au fait, c'est quoi la «moula»?

Au fait, c'est quoi la «moula»?

[L'Explication #66] Petit guide pour correctement utiliser ce mot en société.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio