Sciences

Un mystérieux signal répété nous parvient depuis une galaxie lointaine

Temps de lecture : 2 min

Émis par des sources non identifiées, il mérite une attention particulière.

Il y aurait plusieurs mécanismes capables de produire ces étranges ondes. | Vincentiu Solomon via Unsplash
Il y aurait plusieurs mécanismes capables de produire ces étranges ondes. | Vincentiu Solomon via Unsplash

Si vous n'êtes pas passionné d'astronomie ou d'astrophysique, il y a peu de chances pour que vous ayez déjà entendu parler des sursauts radio rapides ou FRB (pour fast radio bursts). Ces phénomènes mystérieux méritent pourtant une attention particulière: ce sont des sortes de flashs, plus exactement des sursauts d'ondes radio d'une durée de quelques millisecondes, très intenses et surtout, émis par des sources non identifiées dans le cosmos.

Découverts pour la première fois en 2007 par l'astronome Duncan Lorimer, ils ont été repérés quelques dizaines de fois par des radiotélescopes aux quatre coins du monde.

Selon le magazine scientifique ScienceAlert, une nouvelle étude pourrait avoir identifié la nature d'une source de FRB.

Cette source, détectée pour la première fois en 2019 et nommée «FRB 190520B», crache régulièrement des rafales de sursauts radio rapides. Des astronomes ont pu analyser des informations sur leur provenance dans l'univers qui suggèrent qu'il y aurait plusieurs mécanismes différents capables de produire ces étranges ondes.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...

La plupart du temps, les FRB viennent d'autres galaxies (seule une source a été repérée dans la nôtre, la Voie lactée) et ils sont extrêmement brillants, libérant autant d'énergie en un instant que 500 millions de soleils.

Aussi, habituellement, ils ne sont détectés qu'une seule fois, ce qui les rend tout autant difficiles à tracer et étudier qu'impossibles à prédire. Seulement trois sources ont été repérées plus d'une fois.

Les signaux détectés dans la Voie lactée provenaient d'une étoile morte appelée «magnétar», indiquant qu'au moins certains FRB sont causés par des éruptions de magnétars.

Kshitij Aggarwal, astrophysicien à l'Université de Virginie-Occidentale, s'est posé la question suivante: «Les signaux qui se répètent sont-ils différents de ceux que l'on ne détecte qu'une seule fois?»

Puisque le signal de FRB 190520B se répète, des observations ont pu être menées par le radiotélescope Karl G. Jansky Very Large Array. Elles révèlent des caractéristiques intrigantes: la source se situe à la périphérie d'une très ancienne galaxie naine, à près de 4 milliards d'années-lumière. De plus, entre les forts signaux, des signaux beaucoup plus faibles ont été détectés, suggérant que les FRB proviennent d'une source radio compacte et persistante.

Si vous êtes passionné des FRB, ces caractéristiques vous seront familières: ce sont les mêmes que celles d'un autre signal à répétition: FRB 121102. Il a été le premier dont la source a pu être tracée jusqu'à la périphérie d'une galaxie naine (à 3 milliards d'années-lumière) et lui aussi est associé à une source compacte et persistante.

La découverte de FRB 190520B est donc cohérente avec une hypothèse des scientifiques: il pourrait y avoir au moins deux mécanismes responsables des FRB. Ainsi, les différentes rafales pourraient être émises soit par divers objets, soit par le même type d'objet à divers stades de son évolution.

Newsletters

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les populations de tiques sont en augmentation, favorisant la propagation des maladies. À quoi est due cette situation?

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio