Sciences

Pourquoi les girafes ont-elles un long cou?

Temps de lecture : 2 min

La découverte de l'existence d'un cousin de l'animal apporte de nouveaux éléments de réponse.

En 1996, des paléontologues découvraient en Chine des crânes inhabituels et des restes de vertèbres cervicales de ce qui pourrait être un ancêtre indirect de la girafe. | Lisa H via Unsplash
En 1996, des paléontologues découvraient en Chine des crânes inhabituels et des restes de vertèbres cervicales de ce qui pourrait être un ancêtre indirect de la girafe. | Lisa H via Unsplash

Charles Darwin, célèbre naturaliste dont la théorie de l'évolution est désormais constitutive de la biologie moderne, prenait déjà les girafes au XIXe siècle comme exemple de la sélection naturelle. Selon lui, les individus de cette espèce qui avaient les plus longs cous se nourrissaient plus facilement en attrapant la nourriture sur les hautes branches. Cet avantage les aurait conduits à se reproduire davantage jusqu'à ce que le long cou devienne constitutif de l'espèce.

Seulement aujourd'hui, rapporte Smithsonian Magazine, une explication complémentaire à celle-ci a émergé. Une équipe de paléontologues et de paléobiologistes vient de publier une nouvelle étude dans le magazine Science, qui suggère que le cou allongé des girafes pourrait aussi être dû au résultat de compétitions intenses entre les individus se disputant des partenaires sexuels.

En 1996, étaient découverts en Chine des crânes inhabituels et des restes de vertèbres cervicales, qui auraient appartenu à un ancêtre indirect ou cousin des girafes. Pendant longtemps, les scientifiques ont appelé cet étrange animal «guài shòu» («bête étrange»). Ils viennent de lui attribuer un nom officiel: «Discokeryx xiezhi» et ont reconstitué ce à quoi il pouvait ressembler il y a environ 16,9 millions d'années.

Un cousin bagarreur

Le Discokeryx xiezhi vivait dans ce qui est de nos jours le nord de la Chine, et se nourrissait de plantes feuillues. Vous pouvez vous faire une idée de son apparence sur le site de Smithsonian Magazine: de la taille d'un gros mouton, il possédait un crâne très robuste et des vertèbres épaisses. Les chercheurs supposent qu'il les utilisait pour se battre; et peut-être ses articulations de la tête et du cou étaient-elles les plus solides et les plus complexes de tous les mammifères.

En le comparant aux bœufs musqués et à des types de moutons qui utilisent tous leur tête pour lutter, les scientifiques ont déduit que ce girafidé aurait probablement pu tous les battre.

Cette découverte permet de repenser les hypothèses sur la raison d'être d'un cou si allongé chez les girafes modernes. Les mâles de cette espèce n'utilisent pas vraiment leur crâne aujourd'hui pour se battre mais leur cou, dans la même perspective de compétition sexuelle que leurs cousins. Ce type d'affrontement pourrait donc être un facteur de l'évolution de leur cou.

Cela n'explique pas, cependant, si l'on considère l'hypothèse de la lutte pour les partenaires sexuels entre mâles, pourquoi les femelles ont aussi de si longs cous. C'est la raison pour laquelle les scientifiques pensent qu'il existe une multitude de facteurs explicatifs de cette évolution. Selon Rob Simmons en tout cas, biologiste et écologiste à l'Université du Cap, «si Darwin était vivant, il serait renversé par les avancées de la recherche évolutive».

Newsletters

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les populations de tiques sont en augmentation, favorisant la propagation des maladies. À quoi est due cette situation?

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio