Égalités / Monde

En Angleterre, des lycéennes demandent à ce que les sex-shops ne vendent plus de tenues d'écolière

Temps de lecture : 2 min

Une pétition a été lancée pour dénoncer cette pratique qui participe à la sexualisation des jeunes filles et de leur uniforme.

Des élèves portent l'uniforme obligatoire de leur école, dans les rues de Glasgow (Écosse), le 12 août 2020. | Andy Buchanan / AFP
Des élèves portent l'uniforme obligatoire de leur école, dans les rues de Glasgow (Écosse), le 12 août 2020. | Andy Buchanan / AFP

Au Royaume-Uni, une enquête indique qu'une jeune fille sur trois a déjà été harcelée alors qu'elle portait son uniforme scolaire obligatoire. Ce chiffre édifiant émane d'une étude menée par la branche britannique de l'ONG Plan International en 2018. Face aux regards appuyés, aux sifflements ou, pire, aux menaces de viol, des lycéennes du Sandbach High School (Cheshire) ont décidé d'interpeller le gouvernement britannique à ce sujet, rapporte The Independent.

Hannah (le prénom a été modifié) est une des élèves à l'initiative du projet. Elle raconte au quotidien britannique que le harcèlement de rue est monnaie courante lorsqu'elle porte son uniforme. «C'est devenu quelque chose vécu de manière hebdomadaire par moi et par de nombreuses filles, pas seulement de notre école», confie-t-elle. «J'ai même été menacée de viol en croisant des hommes sur le chemin pour rentrer chez moi.» Le quotidien précise par ailleurs que la plupart de ces jeunes filles sont encore mineures.

Soutenues par certains de leurs professeurs, les lycéennes ont donc décidé de lancer une pétition dans laquelle elles exhortent le gouvernement britannique à rendre illégales l'exposition et la vente d'uniformes scolaires dans les sex-shops. Les adolescentes demandent également à ce que ces costumes soient bannis des vidéos pornographiques.

Une sexualisation de l'uniforme

Selon elles, le harcèlement incessant qu'elles subissent découle en partie de la sexualisation de leur tenue obligatoire, présentée comme un costume sexy dans les magasins pour adultes. «Mon uniforme n'est pas un costume et je devrais être traitée comme un être humain, que ce soit lorsque je rentre chez moi à pied, lorsque je prends le bus ou simplement lorsque je me rend à l'école», soutient Hannah.

«Le fait que les uniformes que portent des enfants soient [autant présents] dans des scénarios sexuels signifie que les hommes se sentent en droit de harceler sexuellement et publiquement les enfants portant des uniformes scolaires, justement puisqu'ils sont si ouvertement sexualisés», ajoute Anna, une élève de 17 ans.

Dans leur pétition, les lycéennes soutiennent par ailleurs que la vente d'uniformes dans des sex-shops et leur utilisation en tant que costume dans des vidéos pornographiques «capitalise sur l'exploitation sexuelle des enfants et donne la priorité au profit plutôt qu'à la sécurité de millions de jeunes». Au 27 mai, la pétition avait recueilli plus de 2.900 signatures. Mais pour que le gouvernement envisage d'y répondre, elle doit être signée par 10.000 personnes.

Newsletters

Que vont devenir les fonds d'aide à l'avortement américains?

Que vont devenir les fonds d'aide à l'avortement américains?

Depuis l'abrogation de l'arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême, certains États américains appliquent à nouveau des lois antérieures à 1973. Ce qui rend difficile, voire impossible, le travail des associations et fonds aidant l'accès à l'IVG.

Quand les écoles de BTP convoitent les femmes

Quand les écoles de BTP convoitent les femmes

Au Parlement britannique, des hommes éprouvent les bouffées de chaleur de la ménopause

Au Parlement britannique, des hommes éprouvent les bouffées de chaleur de la ménopause

«Si les hommes avaient ça, on se plaindrait beaucoup», confie un député.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio