Monde

Il faut tuer les oiseaux mazoutés

Slate.fr, mis à jour le 10.06.2010 à 10 h 56

Pris dans les nappes d'hydrocarbures, les oiseaux sont les premières victimes de la marée noire qui touche le Golfe du Mexique. Comme à chaque catastrophe pétrolière, les images de ces animaux agonisant à la surface de l'eau font le tour des chaînes de télévision, et s'affichent sur de grandes photos dans la presse. Mais au-delà du symbole, se pose la question du traitement qu'il faut réserver aux volatiles mazoutés. Dans le Spiegel, une biologiste allemande propose une solution radicale: au lieu d'essayer de les sauver, il vaudrait mieux les tuer.

Même si le nettoyage des oiseaux est une méthode efficace, les chances qu'ils survivent à un retour dans leur environnement naturel sont faibles, explique Sylvia Gaus, du Parc National du Wattenmeer. Selon des études sérieuses, le taux de survie à un mazoutage est inférieur à 1%. Pour cette raison, nous nous opposons au nettoyage.

Alors que la fuite causée par l'explosion de la plateforme BP Deepwater Horizon est en train d'atteindre les côtes de la Floride, on estime à plusieurs dizaines de milliers le nombre d'oiseaux menacés par les nappes de pétrole. Parmi eux, des espèces menacées, comme le pélican brun. Mais d'après la scientifique allemande, le sentimentalisme ne doit pas l'emporter:

Récupérer et soigner des oiseaux mazoutés provoque souvent un pic de stress fatal à l'animal. De plus, leur faire ingérer des solutions à base de charbon, comme le Pepto Bismol, pour contrer la toxicité du pétrole est inutile. Les volatiles risquent de mourir de toute façon, de défaillances rénales ou parce que leur foie est endommagé [...] Une fois recouvert de pétrole, un oiseau essaiera par instinct de se nettoyer, malgré le goût terrible des hydrocarbures. Et c'est celui des biologistes, pour des raisons éthiques, qui les mène vers une mort douloureuse.

Aussi extrême soit-elle, la solution préconisée par Sylvia Gaus a reçu l'appui de plusieurs de ses confrères, ainsi que celui de la WWF. Pour un porte-parole de l'association écologiste, les oiseaux mazoutés sont des oiseaux condamnés, qui ne peuvent plus être aidés.

«Nous avons atteint un point où l'euthanasie de masse est probablement l'option la plus humaine», écrit encore Maureen O'Connor dans Gawker. Nous avons tellement pourri notre planète que pour certains animaux, l'extinction serait une bénédiction», déplore-t-elle encore.

[Lire les articles sur Der Spiegel et Gawker]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Oiled Bird / marinephotobank via Flickr CC License by

A lire également: nos deux articles sur le forage en eaux profondes, ce qu'il se passe à 1.500 mètres et le bricolage post-catastrophe

A regarder: nos deux Grand Formats Poison noir et Marais noirs

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte