Life

Le mystère de la disparition des serpents

Slate.fr, mis à jour le 10.06.2010 à 10 h 28

Discovery News fait état d'une étude scientifique inquiétante publiée dans la revue Biology Letters. Sur 17 populations de serpents, 11 seraient en déclin constant. Une tendance amorcée à la fin des années 1990 qui se poursuit sans montrer de signes de ralentissement. Le phénomène est d'autant plus inquiétant qu'il se produit simultanément et de la même manière dans des zones géographiquement éloignées.

Christopher Reading a dirigé cette étude au centre de l'Ecologie et de l'Hydrologie de Wallingford (Grande-Bretagne) avec neuf autres chercheurs. Pourtant, il ne parvient pas à expliquer ce déclin:

On ne connaît pas la raison de ce déclin. L'idée de notre papier est d'interpeller les autres herpétologistes (branche de l'histoire des reptiles et des amphibiens, NDLR) et les spécialistes des serpents du monde entier et de leur dire: on a constaté ça. Est-ce que vous constatez la même chose? Si oui, alors parlons-en.

Selon lui, il y a trop de coïncidences pour cela soit dû à des facteurs différents. Il doit donc y avoir un facteur commun, dont la nature reste à déterminer. D'ailleurs, l'étude relève quelques indices. Les serpents qui disparaissent ne sont pas très mobiles. Ce sont en général des prédateurs passifs. Leur capacité d'adaptation à un environnement changeant est donc moindre que celle d'espèces plus mobiles.

Faute de certitudes scientifiques, le rapport émet l'hypothèse d'un déclin lié au rechauffement climatique. En effet, les changements climatiques pourraient dégrader l'habitat de ces populations ou entraîner une disparition de leurs proies habituelles.

Rick Shine, chercheur à l'Université de Sydney en Australie, met lui en doute les conclusions de ce rapport. Il privilégie plutôt la thèse d'une simple coïncidence.

Le réchauffement climatique n'est probablement pas un véritable problème pour les reptiles. Il y a déjà tellement de bonnes études qui montrent les effets du réchauffement climatique sur les populations animales. Celle-ci n'en est pas une.

Le mystère reste donc entier. De quoi semer l'inquiétude chez les scientifiques. Et l'article de rappeler que 42% des espèces amphibiennes avaient également connu un important déclin en 2008. Les causes de ces disparitions n'ont toujours pas été élucidées à ce jour.

[Retrouvez l'article sur Discovery News]

Photo: Boomslang snake/ wwarby via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte