Santé / Monde

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Temps de lecture : 2 min

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

«Le médecin a vu ma sœur pleurer et n'a rien fait pour l'aider», raconte Camille Johnson. | Bermix Studio via Unsplash
«Le médecin a vu ma sœur pleurer et n'a rien fait pour l'aider», raconte Camille Johnson. | Bermix Studio via Unsplash

Vous avez probablement déjà entendu parler des prix exorbitants du système de santé américain où une visite aux urgences pour un pansement peut vous coûter la modique somme de 629 dollars (environ 594 euros). Relayée par The Independent, une nouvelle affaire du même genre est devenue virale sur Twitter après qu'une femme répondant au nom de Camille Johnson a posté une photo des frais médicaux de sa sœur atteinte d'une «maladie rare».

À l'issue d'une visite chez le docteur pour discuter de son état de santé, la jeune femme s'est vu remettre une facture résumant les différent coûts pour une batterie de tests en tout genre. 20 dollars (environ 18 euros) pour un «examen de la vue», 15 dollars (environ 14 euros) pour un «test d'hémoglobine» et... 40 dollars (environ 37 euros) pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale».

À l'origine, cette évaluation a pour but de rendre les traitements de santé mentale accessible au plus grand nombre. Selon The Independent, ce type de test est généralement effectué dans le cadre d'«un dépistage [...] pour les signes de trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), de dépression, d'anxiété, de risque suicidaire ou de toxicomanie». Les médecins américains sont donc autorisés à facturer cet acte depuis 2015.

Toutefois, Camille Johnson affirme que sa sœur «n'a pas été évaluée, bien qu'elle ait été facturée 40 dollars». Selon ses propos recueillis par le quotidien britannique, «le médecin de l'établissement de santé [...] a vu ma sœur pleurer et n'a rien fait pour l'aider».

Un système de santé qui précarise les plus pauvres

«Ils ne l'ont pas évaluée pour la dépression ou d'autres maladies mentales, et ils n'ont pas non plus discuté de sa santé mentale avec elle, explique Camille Johnson au média britannique. Elle n'a jamais parlé à un spécialiste, n'a été référée à personne, on ne lui a rien prescrit et ils n'ont rien fait pour améliorer sa santé mentale.»

Cette affaire a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Certaines personnes ont partagé des expériences similaires, à l'image d'une internaute qui s'était apparemment vu facturer 1.900 dollars pour un test de grossesse, soit environ 1.800 euros.

Johnson précise cependant que sa petite sœur a pu être remboursée par le biais de l'assurance de son père, ce qui n'est malheureusement pas le cas de toute la population aux États-Unis. Comme le souligne France 24, des millions d'Américains doivent encore s'endetter pour avoir accès à des soins de base.

Newsletters

Médecins et laboratoires pharmaceutiques, les liaisons dangereuses

Médecins et laboratoires pharmaceutiques, les liaisons dangereuses

La crise américaine des opioïdes a mis en évidence la nécessité d'instaurer un système visant à encadrer ces rapports afin de limiter toute possibilité de collusion.

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Les uns estiment qu'il est temps de passer à autre chose, les autres qu'il faut rester sur ses gardes. Un débat qui, au-delà de son aspect scientifique, est éminemment politique.

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

La thérapie expérimentale n'a pas eu que l'effet escompté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio