Monde

En Espagne, l'extrême droite se sert de la sécheresse pour faire campagne

Temps de lecture : 2 min

La question de l'eau est centrale dans les batailles politiques locales.

Dans une petite ville d'Andalousie, le parti Vox s'est emparé du sujet. | Steve Harvey via Unsplash
Dans une petite ville d'Andalousie, le parti Vox s'est emparé du sujet. | Steve Harvey via Unsplash

Le 19 juin auront lieu en Andalousie les élections régionales anticipées. Dans la commune de Los Palacios y Villafranca, traditionnellement dirigée par la gauche, les habitants se tournent petit à petit vers le parti d'extrême droite Vox. Politico s'est intéressé à la manière dont ce dernier se réapproprie à son avantage les enjeux de la sécheresse dans la région.

Le discours de Vox se veut rassurant et optimiste: la technologie et l'investissement sont les solutions face au changement climatique qui menace l'agriculture locale. En parallèle, le parti oppose les communautés les unes aux autres, illustrant bien l'adage «diviser pour mieux régner». Sont notamment pointées du doigt d'autres régions plus humides, parce qu'elles ne voudraient pas partager leur eau, alors même que la loi européenne interdit l'irrigation par l'exploitation de zones protégées. C'est le cas de Doñana, à proximité, qui est un parc national inscrit au patrimoine de l'Unesco.

Le maire de Los Palacios y Villafranca, Juan Manuel Valle Chacón est inquiet et ne s'en cache pas: «J'ai peur, le loup arrive», a-t-il déclaré. La ville compte environ 38.000 habitants. Selon les sondages, Vox pourrait bien arriver en troisième place des élections de juin et s'ils disent vrai, le président actuel de centre droit de la Junte d'Andalousie, Juan Manuel Moreno, devra faire un choix. Soit il s'alliera à l'opposition, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), soit il fera entrer au gouvernement régional l'extrême droite, ce qui n'est arrivé qu'une seule fois depuis la mort du dictateur Franco en 1975.

Le climat au cœur du débat

Dans toute l'Espagne, le manque d'humidité menace d'endommager l'agriculture. L'hiver passé fut le second plus sec et le quatrième plus chaud depuis 1961 et la sécheresse menace pour l'été à venir. En Andalousie, les niveaux d'eau sont même si bas que des villages engloutis ressurgissent. C'est dans ce contexte que l'ombre de l'extrême droite se fait de plus en plus menaçante.

José Luis Pérez Moreno est un agriculteur de 46 ans, dont la famille a emménagé dans la région en 1973. Le sécheresse a rendu son champ pratiquement inexploitable: «Pour ma part, je ne veux pas que mes enfants soient agriculteurs», explique-t-il.

La question de l'eau est centrale pour les batailles politiques locales. L'Union européenne, au début du siècle, a commencé des réformes de son programme de subventions agricoles qui aurait défavorisé les petits agriculteurs face aux grosses entreprises. Le PSOE était au pouvoir pendant une quarantaine d'années en Andalousie, avant d'être remplacé par le Parti populaire, en raison de l'inachèvement d'un projet d'irrigation parrainé par l'UE. La disparition de ce projet a laissé de nombreux agriculteurs en colère, qui tiennent le PSOE pour responsable des pertes économiques engendrées. «Personne ne défend nos intérêts», déclare Juan Diego Gavira, l'un d'entre eux.

C'est en profitant de cette brèche que Vox (connu notamment pour avoir obtenu le soutien de Marine Le Pen et durci les frontières espagnoles) a commencé à capter le vote rural. Le parti a ciblé les agriculteurs grâce à des promesses d'investissements et de renouvellement, dont celle de débloquer de l'eau pour la région.

Dans la ville, les plus âgés s'inquiètent beaucoup du retour de l'extrême droite. Ils savent que certains jeunes déclarent que leurs problèmes n'arriveraient pas si Franco était encore là, alors même qu'ils n'ont jamais connu la dictature. Le parti Vox, particulièrement communicatif sur TikTok, veut notamment abroger une loi sur la violence domestique sous prétexte qu'elle discrimine les hommes.

Juan Manuel Valle Chacón aime illustrer les changements politiques actuels, en partie dus à la sécheresse, par la métaphore suivante: «Quand quelqu'un met le feu à un champ, si le vent tourne, il ne sait pas dans quelle direction iront les flammes et la fumée. Aujourd'hui, un champ est en feu.»

Newsletters

La fin du droit à l'IVG, nouvelle étape du tournant théocratique des États-Unis

La fin du droit à l'IVG, nouvelle étape du tournant théocratique des États-Unis

Après le droit à l'avortement, la droite religieuse pourrait remettre en question la contraception et le mariage pour tous.

La Cour supprime

La Cour supprime

On sait ce que donne l'urine humaine utilisée comme engrais au bout de trois ans

On sait ce que donne l'urine humaine utilisée comme engrais au bout de trois ans

Des agricultrices du Niger ont participé à une expérimentation jamais entreprise jusqu'ici afin de dévoiler les effets de cet engrais naturel sur les récoltes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio