Culture

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Temps de lecture : 3 min

Plus que la sympathique comédie «Coupez!», la cérémonie d'ouverture a offert un grand moment d'émotion, inscrit dans la réalité actuelle.

Le président ukrainien s'adresse aux festivaliers lors de la cérémonie d'ouverture, le 17 mai 2022. | Christophe Simon / AFP
Le président ukrainien s'adresse aux festivaliers lors de la cérémonie d'ouverture, le 17 mai 2022. | Christophe Simon / AFP

Il faut prendre la mesure du paradoxe de cette formule: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert le festival. Et, de manière remarquable, celles et ceux qui ont pris la parole sur la scène du Grand Auditorium Lumière ont, en effet, pris cette mesure.

Avoir conscience à la fois de l'importance relative, vis-à-vis des tragédies du monde contemporain, du Festival de Cannes, mais aussi de la réelle intensité et de l'exigence de ce qui s'y joue, artistiquement, culturellement, et comme chambre d'échos des enjeux actuels: cela a bien été au centre de cette très singulière cérémonie d'ouverture.

Le moment décisif a bien évidemment été l'intervention du président Zelensky depuis Kiev, intervention longue et très construite, accordant une place importante à ce que Charlie Chaplin avait réalisé face à l'hitlérisme avec Le Dictateur et à la nécessité que le cinéma tienne, aujourd'hui, toute sa place dans le combat contre les dictatures et, aussi, contre le cynisme du profit. Moment d'une intensité exceptionnelle faisant irruption dans des circonstances peu habituées à un tel niveau de conscience.

Combattant capable d'occuper de multiples terrains d'opération, le président ukrainien a très bien compris qu'il avait aussi une bataille à mener sur un terrain aussi inattendu que Cannes.

Dès lors il l'a évidemment gagnée, mais c'est le choix de le faire qui est un vrai geste stratégique. Et l'ancien acteur ne s'est pas contenté d'apparaître; il est parvenu à partager une réflexion et un espoir.

Virginie Efira, impeccable maîtresse de cérémonie. | Valery Hache / AFP

Chacun avec ses mots, Virginie Efira, hôtesse de la cérémonie, Forest Whitaker, récipiendaire d'une Palme d'or pour sa carrière, et Vincent Lindon, président du jury de cette édition, ont dit au fond la même chose.

Qu'il importe, quand la planète est menacée de catastrophes environnementales sans précédent, quand la guerre fait rage en Europe, quand les tragédies se multiplient, de ne pas laisser s'installer une impression de bulle futile et luxueuse, mais au contraire de rendre sensible combien le cinéma et la plus importante de ses célébrations ont à prendre leur part dans la réalité du monde comme il va –mal.

Il advint dès lors ce phénomène inédit de mémoire de festivalier –et celui qui écrit ces lignes a désormais quarante Cannes au compteur: la cérémonie d'ouverture, d'ordinaire passage aussi obligé que péniblement protocolaire, a été plus intense, plus émouvante, plus mémorable que le film d'ouverture qui l'a suivie.

Mécanique du gag et éloge du bricolage

Non que Coupez!, la comédie de Michel Hazanavicius, mérite un quelconque opprobre. Sous couvert de variation burlesque autour d'un film de zombie, il s'agit d'un jeu habilement mené autour des mécanismes de la fiction, des ressorts du comique, et du processus de réalisation d'un film.

La construction, à partir de la présentation dans un premier temps (quarante minutes, tout de même) d'un nanar sanguinolent et aussi stupide que moche, permet ensuite de raconter avec amusement les dessous de ce sous-produit.

Les acteurs ont dû beaucoup s'amuser à surjouer ces personnages caricaturaux, on est bien content pour eux. Mais Hazanavicius décortique avec un mélange de précision d'horloger et d'affection pour ces situations et leurs protagonistes les mécanismes du gag, et c'est tout à fait convaincant.

La famille au travail (Bérénice Bejo et Simone Hazanavicius) sur le tournage du réalisateur du clan –Romain Duris dans le film, Michel H. in real life. | Pan Distribution

Tout comme était appropriée, pour ouvrir le festival, la déclaration d'amour au cinéma qu'est finalement le film, avec un éloge appuyé de la dimension collective –en ce cas notamment familiale, et éventuellement bricolée– de ce processus.

Coupez!, qui sort dans les salles françaises ce mercredi 18 mai, est aussi plaisant que facilement oubliable. Ce qui s'est passé avant sur la grande scène du Palais des festivals l'était en revanche beaucoup moins. Aux jours qui viennent d'être à la hauteur.

Les critiques cinéma de Jean-Michel Frodon sont à retrouver dans l'émission «Affinités culturelles» de Tewfik Hakem, le samedi de 6h à 7h sur France Culture.

Coupez!

de Michel Hazanavicius

avec Romain Duris, Bérénice Bejo, Matilda Lutz, Grégory Gadebois, Finnegan Oldfield, Sébastien Chassagne

Séances

Durée: 1h50

Sortie le 18 mai 2022

Newsletters

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

En 2002, l'assassinat du DJ du groupe de hip-hop Run-DMC fut le point de départ d'une sinueuse affaire. Celle-ci semble aujourd'hui toucher à sa fin, et son issue pourrait coïncider avec l'élucidation d'un autre mystère plus ancien encore.

La faim, autant un moteur qu'une arme

La faim, autant un moteur qu'une arme

Crever la dalle, mourir d'inanition, avoir l'estomac dans les talons, claquer du bec: la sensation de faim, universelle et à la source de tant de passions humaines, est en passe de devenir une arme géopolitique entre les mains de la Russie.

Pourquoi «1984» d'Orwell cartonne dans les librairies russes

Pourquoi «1984» d'Orwell cartonne dans les librairies russes

Depuis le début de la guerre contre l'Ukraine, le roman est devenu en Russie un phénomène littéraire et un enjeu politique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio