Monde

La fausse alerte, nouvelle tactique terroriste?

Temps de lecture : 2 min

C'est la devise qui règne à New York depuis le 11 septembre 2011: «See something, say something.» Si vous voyez quelque chose, prévenez la police.

Un slogan que certains groupes terroristes détourneraient à des fins pernicieuses. Leur stratégie serait la suivante: des sacs suspects seraient volontairement déposés dans des lieux publics. Ceux-ci ne contiendraient pas des bombes mais des objets innofensifs, tels que des bouteilles d'eau ou des chaussettes.

Les terroristes agiraient de la sorte pour observer les réactions: la durée d'évacuation, le temps mis par les services d'urgence pour arriver sur place et plus généralement, les moyens policiers mis en oeuvre pour répondre aux menaces potentielles. Cette tactique permettrait également d'interrompre momentanément les transports et les infrastructures publics.

Le rapport du FBI qui évoque la campagne des sacs suspect n'est pas catégorique. Mais après l'attentat raté de Times Square début mai, la police new-yorkaise a constaté une recrudescence des alertes téléphoniques.

[Lire l'article sur WABC-TV]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Terror Alert Level Purple / Kriston Lewis, via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters