Monde

Pillage dans la carcasse de l'avion présidentiel polonais

Temps de lecture : 2 min

Voilà une polémique dont Moscou se serait sans doute passé. Quatre militaires russes sont accusés d'avoir pillé l'avion du président polonais Lech Kaczynski, qui s'est écrasé le 10 avril dernier près de Smolensk (ouest de la Russie). Ces soldats faisaient partie de l'unité chargée de sécuriser la zone du crash.

Ils auraient volé plusieurs cartes bancaires et auraient dépensé 60.345 roubles (environ 1.600 euros) en nourriture et en alcool.

Varsovie a indiqué que l'une des cartes (la seule utilisée) appartenait à Andrzej Przewoznik, un historien polonais, qui figure parmi les 96 victimes de l'accident. C'est la veuve de Przewoznik qui a alerté le gouvernement quand elle a remarqué que de l'argent avait été retiré du compte de son mari après le 10 avril.

Dans un premier temps, le Ministère russe de l'Intérieur a refusé d'admettre les faits. Mais face aux accusations répétées des autorités polonaises, il a dû reconnaître qu'une enquête était en cours.

Le Ministère de la Défense a quant à lui assuré qu'il rembourserait la famille de Przewoznik, mais il n'a pas encore présenté d'excuses officielles. Trois des militaires russes ont déjà un casier judiciaire. Ils risquent cinq ans d'emprisonnement.

L'affaire pourrait surtout porter un coup dur à la crédibilité de la Russie, dont l'attitude irréprochable lors du drame polonais avait jusqu'à présent été saluée par Varsovie.

Les deux pays, qui entretiennent des relations houleuses, semblaient s'être rapprochés au cours des dernières semaines.

[Lire l'article sur The Moscow News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo : Cérémonie militaire de l'armée russe / Chairman of the Joint Chiefs of Staff, via Flickr CC License by

Newsletters

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Identification d'un ennemi extérieur, repli identitaire, patriotisme émotionnel... sont souvent à l'origine du déclenchement d'une guerre.

Newsletters