Monde

Comment des millions d'abeilles sont mortes de faim sur le tarmac d'un aéroport

Temps de lecture : 2 min

Elles devaient être expédiées en Alaska, mais ont fini affamées et étouffées par la chaleur dans un conteneur à Atlanta.

Illustration d'abeilles. | Pixabay via Pexels
Illustration d'abeilles. | Pixabay via Pexels

C'est une véritable tragédie environnementale qui a eu lieu fin avril, aux États-Unis. Alors qu'une cargaison de cinq millions d'abeilles devait faire un long déplacement de la Californie jusqu'en Alaska, un problème logistique les a laissées à l'abandon à l'arrière brûlant d'un conteneur, sur le tarmac d'un aéroport d'Atlanta. Résultat, la plupart d'entre elles sont mortes de faim et de chaud.

Les quelques 200 caisses remplies d'abeilles étaient destinées à plus de 300 apiculteurs en Alaska, et devaient notamment aider à la pollinisation dans la région, rapporte le New York Times. Pommes, myrtilles, oranges, amandes: de nombreuses cultures du coin dépendent en effet de ces expéditions faute de pollinisateurs locaux, bien souvent décimés par l'utilisation des pesticides.

Problème, la livraison ne s'est pas passée comme prévu. Alors que la cargaison devait être directement expédiée par avion de Sacramento jusqu'à Seattle, puis jusqu'à Anchorage, en Alaska, la compagnie Delta Air Line a déclaré que le chargement ne rentrait finalement pas dans l'appareil. Les colis devaient alors transiter d'abord par Atlanta, à près de 1.500 km. À partir de là, les choses n'ont fait qu'empirer.

Privées de nourriture

Une fois arrivée à l'aéroport d'Atlanta, la cargaison n'a finalement pas pu repartir à temps. La compagnie ne pouvait pas assurer la sécurité des caisses sur la correspondance prévue et devait attendre un jour de plus, au grand dam de Mme McElrea, la propriétaire et vendeuse des abeilles. Cette dernière s'est tout de même assurée que ses insectes étaient placés au frais dans une glacière, pour éviter qu'ils n'aient trop chaud. Du moins pour un temps.

Peu de temps après, la compagnie a prévenu la vendeuse que les abeilles avaient finalement été placées sur le tarmac, en dehors de la glacière, pour éviter que certaines ne s'échappent. Avec près de 30 degrés au thermomètre, Mme McElrea a senti le drame arriver et a contacté une association présente dans la région pour venir vérifier que les abeilles allaient bien. Sur place, l'association a surtout constaté les dégâts.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Entassées sur elles-mêmes, des millions d'abeilles étaient mortes. À cause de la chaleur étouffante, mais aussi de la faim. Leurs caisses étaient en effet placées à l'envers, ce qui les avait empêché d'accéder à leur nourriture. Les quelques survivantes ont finalement été données à des associations locales.

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio