Monde

À Shanghai, une femme s'est confinée dans une cabine téléphonique pendant un mois

Temps de lecture : 2 min

Ce triste exemple illustre le sort des travailleurs immigrés en Chine face à la politique «zéro Covid» du gouvernement.

Le calvaire de la quinquagénaire a été dévoilé par le biais de photos prises par un habitant de l'immeuble d'en face. | the blowup via Unsplash
Le calvaire de la quinquagénaire a été dévoilé par le biais de photos prises par un habitant de l'immeuble d'en face. | the blowup via Unsplash

Depuis près d'un mois, le monde entier reste bouche bée devant le verrouillage de nombreuses villes en Chine, comme la métropole de Shanghai dont les 26 millions d'habitants sont confinés. Soumise à ces mesures draconiennes, une bonne partie de la population chinoise est aujourd'hui à bout.

Cette colère a d'ailleurs été exacerbée par quelques incidents, comme la récente histoire d'un homme déclaré mort puis sorti vivant de son sac mortuaire. Cette fois-ci, c'est le sort d'une femme sans-abri, forcée de vivre dans une cabine téléphonique pendant près d'un mois, qui a créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux, rapporte Vice.

Selon le média américain, la femme en question est une travailleuse immigrée d'une cinquantaine d'années. Après l'annonce d'un confinement strict à Shanghai, elle aurait pris la décision de s'installer avec son chien dans cet espace exigu. Sortant occasionnellement pour promener son animal de compagnie ou pour aérer sa couverture, elle a vécu dans des conditions déplorables, mises en lumière après qu'un habitant de l'immeuble d'en face a partagé une série de photos documentant son calvaire sur les réseaux sociaux chinois.

Politique «zéro protection sociale»

Comme le souligne le média américain, cette quinquagénaire fait partie des nombreux travailleurs immigrés qui résident en Chine. Ayant pour la plupart perdu leur emploi à l'annonce du confinement, bon nombre de ces derniers ont été forcés de trouver des abris de fortune, faute de pouvoir payer un loyer.

Ces travailleurs, qui représentent tout de même un tiers de la main-d'œuvre chinoise, doivent faire face à un manque de protection sociale et à une sécurité de l'emploi quasi inexistante, commente Vice. La nouvelle vague de Covid-19 en Chine les a donc affectés plus durement que le reste de la population et des millions d'entre eux se sont retrouvés sans salaire.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«De nombreux travailleurs immigrés vivent au jour le jour et comptent sur leurs employeurs pour leur fournir un abri et de la nourriture», explique Pun Ngai, professeur à l'Université Lingnan de Hong Kong. «Avec la plupart des usines et des magasins fermés, ils sont livrés à eux-mêmes.»

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio