Santé

Des malades du Covid présentent un déclin cognitif équivalent à vingt ans de vieillissement

Temps de lecture : 2 min

Chez certains patients hospitalisés, des altérations conséquentes des capacités de raisonnement et de traitement de l'information ont été observées.

Certains patients en soins intensifs peuvent perdre jusqu'à dix points de QI. | Mart Production via Pexels
Certains patients en soins intensifs peuvent perdre jusqu'à dix points de QI. | Mart Production via Pexels

Brouillard mental, fatigue, essoufflement... on estime aujourd'hui que 5 à 15% des personnes ayant contracté le coronavirus sont susceptibles de voir certains symptômes se prolonger dans le temps. Si ce qu'on appelle désormais «Covid long» reste encore mal connu, de plus en plus de recherches sont menées pour comprendre les mécanismes à l'origine de cette évolution des symptômes. New Scientist fait part de l'une de ces études publiée le 28 avril au sujet des dégâts cognitifs engendrés par certaines infections sévères.

Entre le mois de mars et le mois de juillet 2020, et environ six mois après l'infection initiale, une équipe de recherche de l'Université de Cambridge a soumis quarante-six patients hospitalisés des suites du Covid-19 à des tests cognitifs. Les résultats ont ensuite été comparés à ceux de près de 66.000 personnes issues de la population générale britannique.

Les scientifiques ont découvert que les patients hospitalisés avaient obtenu de bien moins bons résultats «aux tests de raisonnement analogique verbal, qui évaluent la capacité d'un individu à reconnaître les relations entre les idées et à penser méthodiquement». Leur étude a également mis en lumière un traitement de l'information plus lent chez ces patients.

Selon leurs conclusions, les personnes hospitalisées à cause du Covid-19 «peuvent perdre dix points de QI, soit l'équivalent du déclin cognitif naturel qui survient entre 50 et 70 ans».

Des dégâts cognitifs aux causes multiples

Comment expliquer des dégâts cognitifs aussi importants? D'après l'équipe de recherche, les raisons sont multiples. Une infection sévère due au Covid-19 réduirait tout d'abord l'apport sanguin vers le cerveau. «Un blocage des vaisseaux sanguins et des saignements microscopiques causés par le virus SARS-CoV-2, ainsi que des dommages déclenchés par un système immunitaire hyperactif» pourraient également être à l'origine de ce déclin cognitif.

À ceci s'ajoutent les conclusions d'études antérieures sur le Covid long qui suggèrent qu'à l'issue d'une infection sévère, le glucose est utilisé de manière moins efficace «dans la partie du cerveau responsable de l'attention, de la résolution de problèmes complexes et de la mémoire», développe New Scientist.

«Rien qu'en Angleterre, près de 40.000 personnes ont subi des soins intensifs avec le Covid-19 et beaucoup d'autres ont été très malades, mais n'ont pas été admises à l'hôpital», explique dans un communiqué Adam Hampshire, professeur en neurosciences à l'Imperial College London, à l'origine de cette nouvelle étude. «Cela signifie qu'il y a un grand nombre de personnes qui ont encore des problèmes cognitifs plusieurs mois plus tard.»

Les scientifiques soulignent cependant que des améliorations graduelles ont été observées chez certains patients hospitalisés ayant été sujets à ce genre d'altérations cognitives.

Newsletters

La dépense calorique des coureurs du Tour de France en équivalent Big Mac

La dépense calorique des coureurs du Tour de France en équivalent Big Mac

Le Tour 2022 arrive en France… Vingt-et-une étapes cette année, au cours desquelles les coureurs parcourront plus de 3.400 kilomètres. Voici l'estimation de l'incroyable quantité d'énergie qu'ils vont brûler.

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

La situation épidémique actuelle en France suscite des inquiétudes pour l'été à venir. Il est donc temps de prendre des mesures.

Ses médecins lui donnaient un an à vivre, son cancer du sein disparaît lors d'un essai clinique

Ses médecins lui donnaient un an à vivre, son cancer du sein disparaît lors d'un essai clinique

Touchée par une forme agressive de la maladie, Jasmin David s'est tournée vers un hôpital spécialisé en dernier recours.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio