Société / Tech & internet

Les «lol» et «mdr» rendent nos communications virtuelles plus humaines

Temps de lecture : 2 min

De moins en moins utilisés pour exprimer l'hilarité, ces sigles qui s'immiscent dans nos messages seraient devenus des marqueurs d'empathie.

Ces sigles sont également sujets à de nombreuses variations sémantiques. | Wokandapix via Pixabay
Ces sigles sont également sujets à de nombreuses variations sémantiques. | Wokandapix via Pixabay

À l'instar de l'émoji qui pleure de rire, l'utilisation du «lol» («laughing out loud») s'est indéniablement ringardisée en France. Toutefois, vous faites peut-être partie de ces personnes qui ne peuvent s'empêcher d'ajouter un «mdr» à chaque message, même si vous êtes loin d'être littéralement mort de rire derrière l'écran de votre smartphone. Surtout, vous devez vous demander pourquoi les «mdr» s'immiscent presque inconsciemment dans vos SMS. Selon The Atlantic, la raison est simple: ce genre de petit sigle «rend la communication virtuelle plus humaine».

«Les nouveaux modes de communication nécessitent un nouveau vocabulaire, explique le média américain. Un calfeutrage lexical pour combler les fissures qui se forment dans le langage lorsque nous le transportons dans une nouvelle maison.» L'apparition du «lol» ou du «mdr» dans nos discussions virtuelles serait donc comparable à certaines formules présentes dans les échanges épistolaires, à l'image de «Cher Monsieur» ou de «Bien à vous».

Mais si le «lol» était à l'origine un moyen d'exprimer son hilarité –ou du moins son amusement– à son interlocuteur, il n'a aujourd'hui plus véritablement vocation à cela. Pour certains, ce sigle s'est transformé en un signe de ponctuation. Pour d'autres, à l'instar du linguiste américain John McWhorter, le «lol» a une toute autre utilité sémantique.

Son utilisation «signale une empathie de base entre les interlocuteurs, avance le spécialiste. Ce qui a commencé comme un rire s'est transformé en apaisement des tensions et en création d'un sentiment d'égalité. C'est-à-dire que “lol” ne signifie plus rien. Au contraire, il “fait quelque chose”: il véhicule une attitude.»

«Lol» n'est ni «lolllll», ni «LOL»

«“Lol” est l'une des nombreuses expressions textuelles qui transmettent des nuances dans un système où vous n'avez pas la voix et le visage pour le faire», commente le linguiste pour CNN. Aussi, ces sigles sont sujets à pléthore de variations sémantiques.

Aux côtés des «lol» et «mdr» classiques, on retrouve alors les «lollllllll» ou «mdrrrrr», où la multiplication de la lettre finale «agit comme un intensificateur» pour communiquer l'hilarité. The Atlantic prend par ailleurs un autre exemple, celui du «LOL», comparable au «MDR», dont les majuscules servent à illustrer la surprise.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le média remarque cependant que même si ces sigles ont vocation à nous permettre d'être plus expressifs au travers de nos SMS, «le langage corporel, le ton de la voix, les expressions faciales, tout cela véhicule des milliers d'années de sens humain intuitif que la communication numérique ne peut tout simplement pas transmettre».

Newsletters

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

Ultracrépidarianisme: pourquoi certaines personnes ont-elles une opinion sur tout?

Ultracrépidarianisme: pourquoi certaines personnes ont-elles une opinion sur tout?

Il est complètement ridicule de penser que votre opinion d'amateur a une quelconque valeur. D'ailleurs, voici la mienne sur ce sujet que je n'ai pas du tout étudié.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio