Société / Monde

Trottoirs, bancs, escalators: nos villes doivent s'adapter aux personnes âgées

Temps de lecture : 2 min

Face à la hausse du vieillissement de la population européenne, les spécialistes alertent sur la nécessité de réviser les infrastructures urbaines.

On estime que d'ici à 2050, près d'un citoyen de l'UE sur trois aura plus de 65 ans. | Claudio Schwarz via Unsplash
On estime que d'ici à 2050, près d'un citoyen de l'UE sur trois aura plus de 65 ans. | Claudio Schwarz via Unsplash

En novembre 2021, l'Insee publiait de nouvelles projections quant à l'évolution de la population française d'ici à 2070. Parmi les conclusions de ce rapport, on observait une hausse importante du vieillissement démographique en France dans les cinquante prochaines années. Ce phénomène démographique ne sera par ailleurs pas cantonné à l'Hexagone, mais se répandra sur tout le continent européen. Selon les projections des Nations unies rapportées par Politico, «d'ici 2050, près d'un citoyen de l'UE sur trois appartiendra à la tranche d'âge [des plus de 65 ans]».

«La pandémie de Covid-19 a été un signal d'alarme pour les villes, car cela les a obligées à prêter attention aux personnes âgées», explique à Politico Kira Fortune, conseillère régionale du réseau Healthy Cities de l'Organisation mondiale de la santé. «Les dirigeants locaux se rendent compte qu'ils doivent travailler avec les urbanistes et réviser les politiques publiques afin que ces personnes ne soient pas laissées pour compte.»

Autrement dit, l'un des grands challenges de cette évolution démographique sera d'adapter nos métropoles au nombre croissant de citadins âgés. Cela pourra se traduire par des trottoirs plus accessibles pour limiter les cas de chutes, ou encore par l'installation d'un plus grand nombre de bancs dans les villes.

Surtout, les spécialistes alertent sur les questions de mobilité et donc d'amélioration de l'accès aux transports. Cette accessibilité peut être améliorée via l'installation d'escalators fonctionnels dans chaque station de métro, ou encore par la révision des bus et des tramways. «Les mesures qui facilitent l'accès aux transports sont essentielles pour maintenir les personnes âgées actives et engagées dans la vie publique», souligne Kira Fortune.

Parer à l'isolement des personnes âgées

Cette hausse du vieillissement de la population dans les années à venir soulève en effet une autre question: celle de l'isolement des personnes âgées, grand fléau de nos sociétés occidentales. Car au-delà d'une plus grande accessibilité des milieux urbains, garantissant par la même occasion une plus grande indépendance pour les personnes âgées, les experts soulignent également la nécessité de créer des espaces communs et des services d'aides pour les citadins âgés.

«La plupart de nos résidents âgés sont des femmes qui vivent seules, et nous sommes sensibles au fait que la solitude peut contribuer à des problèmes de santé comme la démence», explique Stefania Pascut, coordinatrice du projet Healthy Cities à Udine, en Italie. «Nous avons donc créé des structures pour nous assurer que quelqu'un surveille ces personnes et les aide à faire des courses ou à effectuer de petites réparations à la maison.»

Enfin, la pandémie de Covid-19 ayant parfois exacerbé les conflits générationnels, Politico souligne la nécessité de remettre au goût du jour les interactions entre les jeunes et les personnes âgées qui sont, selon le journal, «mutuellement bénéfiques».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Les adultes plus âgés ressentent de la joie lorsqu'ils rencontrent les jeunes, et les jeunes ont accès aux expériences et aux connaissances traditionnelles des aînés, et voient par la même occasion des exemples de personnes qui vieillissent bien», conclut Stefania Pascut.

Newsletters

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Comment se faire de nouveaux potes après deux ans de pandémie?

Comment se faire de nouveaux potes après deux ans de pandémie?

Les confinements et la distanciation physique ont affecté nos capacités d'interaction sociale, et c'est bien normal.

Concours Créatrices d'avenir: donner aux femmes le goût d'entreprendre

Concours Créatrices d'avenir: donner aux femmes le goût d'entreprendre

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio