Monde / Culture

Cinquante ans après son interdiction, un documentaire sur la famille royale britannique réapparaît en ligne

Temps de lecture : 4 min

Considéré comme l'une des stratégies de relations publiques les plus controversées des Windsor, «Royal Family» a été interdit de diffusion pendant plusieurs décennies. Jusqu'au jour où il a mystérieusement refait surface.

La famille royale devant les caméras de l'équipe de Royal Family. | UPI / AFP
La famille royale devant les caméras de l'équipe de Royal Family. | UPI / AFP

Les mythes sont légion dans l'histoire du Royaume-Uni. L'un d'eux raconte que le 21 juin 1969 au soir, pendant quelques minutes, la ville de Londres a été affectée par une panne d'eau généralisée. En cause: un nombre trop important de personnes ayant tiré la chasse d'eau pendant la pause publicité du programme télévisé diffusé ce soir-là.

Difficile d'attester de la véracité de cette anecdote. En revanche, on sait que 22 millions de Britanniques ont effectivement allumé leur poste de télévision à l'unisson ce 21 juin pour suivre ce qui restera comme l'un des programmes les plus regardés de l'histoire du petit écran au Royaume-Uni. Non pas un épisode très attendu de Chapeau melon et bottes de cuir, ni un concert des Beatles retransmis en direct, mais le documentaire événement Royal Family diffusé sur BBC One.

La télé-réalité avant l'heure

À l'origine de l'idée d'un documentaire sur la famille royale, on trouve deux hommes. D'un côté, Lord Brabourne, producteur et accessoirement gendre de Lord Mountbatten, l'oncle du prince Philip. De l'autre, Sir William Heseltine, attaché de presse au palais de Buckingham de 1968 à 1972. Tous deux sont convaincus qu'un documentaire en immersion dans la vie quotidienne des Windsor serait une excellente idée, dans la mesure où il permettrait d'humaniser la monarchie, considérée comme de plus en plus distante.

Au lendemain de sa première diffusion, le film est plus acclamé que critiqué.

Le prince Philip, avant-gardiste notoire, est également de la partie. Surtout, les trois hommes imaginent qu'un film de ce genre serait l'occasion parfaite pour présenter au grand public Charles, le fils ainé de la reine, avant son investiture en tant que prince de Galles en juillet 1969. Le réalisateur Richard Cawston est alors désigné pour tenir les rênes du projet, et bien que certaines personnes émettent des doutes, le tournage démarre le 8 juin 1968. Il s'étalera sur un an.

Outre ses innombrables représentations de cérémonies officielles, le documentaire a l'originalité de présenter des scènes plus informelles. Il s'ouvre par exemple sur une image du prince Charles en maillot de bain, profitant d'une petite virée en ski nautique. Une autre séquence montre la reine Elizabeth acheter une glace au prince Edward dans une petite épicerie de village.

La famille royale est également filmée au cours d'un barbecue dans les jardins du château de Balmoral, ou encore en train de blaguer à table. La comparaison avec la télé-réalité est tentante, tant certains moments semblent anecdotiques. Avec du recul, là était le principal problème du film réalisé pour la «firme», surnom peu valorisant renvoyant aux techniques entrepreneuriales de la monarchie.

Garder de la distance, conserver son prestige

Au lendemain de sa première diffusion, le film est plus acclamé que critiqué. Certains expliquent avoir adoré découvrir la reine sous un nouveau jour, endossant un rôle de mère auquel ils pouvaient s'identifier. «Le film a fourni une compréhension intime de ce que sont les membres de la famille royale en tant qu'individus, sans mettre en péril leur dignité ni perdre le sens de la distance», écrivait par ailleurs The Times le jour suivant.

Or, c'est justement sur ce point –la distance– que les avis divergent: certains commentateurs estiment que le documentaire lève le voile sur une part du mystère de la monarchie qui devrait rester enfoui. D'autres saluent cette envie de se réinventer via de nouveaux moyens de communication, mais considèrent que le documentaire va complètement à l'encontre d'un des principes énumérés par le très célèbre journaliste Walter Bagehot: «Nous ne devons pas laisser la lumière du jour toucher la magie.»

«Je ne peux pas vous dire à quel point je suis heureuse de voir enfin ce documentaire!», écrit une internaute.

Autrement dit, c'est le mystère de la famille royale qui fait sa force, et c'est parce que les apparitions de ses membres sont rares qu'elles sont attendues. Un principe d'ailleurs partagé par certains membres de la firme.

«Je ne sais pas trop comment dire, mais je n'ai jamais apprécié l'idée de ce film», explique en 2012 la princesse Anne, fille de la reine Elizabeth, dans le cadre de l'exposition «The Queen: Art and Image» à la National Portrait Gallery. «J'ai toujours pensé que c'était une idée pourrie. [...] La dernière chose dont vous aviez besoin, c'était d'un accès plus important.»

Si le film est à nouveau diffusé en 1972, la famille royale se rend rapidement compte qu'il s'agit d'une erreur. Aussi, le documentaire est placé sous «Crown copyright», c'est-à-dire sous protection de la couronne. Mis à part quelques extraits rendus publics dans le cadre de documentaires ou d'expositions, Royal Family devient alors totalement inaccessible.

2021, année de la mystérieuse réapparition

Totalement inaccessible jusqu'à cette belle journée de mai 2021, au cours de laquelle les rédactions du monde anglophone ont averti leurs lecteurs que le documentaire venait de fuiter sur YouTube. Quelques petits chanceux ont donc pu le voir, voire même le télécharger, avant qu'il ne soit rapidement retiré de la plateforme pour des raisons liées aux droits d'auteur.

C'était sans compter sur d'autres internautes, qui, quelques semaines plus tard, ont une nouvelle fois ajouté le documentaire sur le site d'hébergement de vidéos. Le film est toujours disponible aujourd'hui –jusqu'à quand?– pour le plus grand bonheur de ceux qui n'avaient jamais pu le regarder, fervents admirateurs de la famille royale ou simples amoureux d'histoire.

«Je ne peux pas vous dire à quel point je suis heureuse de voir enfin ce documentaire!, écrit une internaute. J'attendais de pouvoir le regarder depuis le début des années 1990, quand j'en ai entendu parler pour la première fois.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Mais quelle est la raison de ce regain d'intérêt pour ce documentaire disparu pendant des décennies? Ce ne sont que des suppositions, mais on parie sur la très acclamée série Netflix The Crown, qui avait consacré l'épisode 4 de la saison 3 à l'histoire du documentaire, ce qui a probablement dû piquer la curiosité des téléspectateurs.

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio