France

Ségolène Royal rend hommage à un humaniste imaginaire

Slate.fr, mis à jour le 08.06.2010 à 10 h 07

Piégée par un internaute. Après Bernard Henry-Lévy et le faux philosophe Botul, c'est au tour de Ségolène Royal de se faire abuser par un canular littéraire. Le 10 mai, à l'occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, la présidente de la région Poitou-Charentes salue dans un post sur son blog une personnalité locale qui a refusé l'esclavage, Léon-Robert de l'Astran:

Ce capitalisme négrier dont la région porte l'empreinte eut ses dissidents: au XVIIIe siècle, Léon-Robert de L'Astran, humaniste et savant naturaliste mais également fils d'un armateur rochelais qui s'adonnait à la traite, refusa que les bateaux qu'il héritait de son père continuent de servir un trafic qu'il réprouvait.

Mais Léon-Robert de l'Astran n'existe pas. C'est Jean-Louis Mahé, bibliothécaire et historien rochellais, qui va s'en rendre compte lors qu'un étudiant vient lui demander des informations sur ce fils d'esclavagiste. «Je n'avais jamais entendu parler de ce personnage étrange, mais j'ai tout de même vérifié. J'ai fouillé partout, dans les Archives municipales, départementales. Rien. Alors j'ai compris que cela ne pouvait être qu'un canular», explique-t-il au journal Sud-Ouest.

Le bibliothécaire découvrira qu'il s'agit en fait d'une création d'un membre du Rotary Club de La Rochelle. Le personnage fictif a même sa page Wikipedia depuis janvier 2007 —depuis supprimée mais dont on retrouve quelques vestiges sur Google.

Léon Robert de L'Astran, né le 20 janvier 1767 à La Rochelle et mort le 7 avril 1861 à La Rochelle, est un naturaliste et savant qui effectua plusieurs voyages aux Amériques dont un avec La Fayette, à bord de la Frégate Hermione. Grand humaniste et fils de René-Charles de l'Astran-Rochambault-d'Hoyen, un armateur rochelais ayant fait fortune dans le commerce de fèves de cacao et de noix de kola avec la Guinée équatoriale, il s'oppose fermement à la traite des noirs et refuse que les navires dont il hérite de son père soient utilisés pour cela.

La conseillère de Ségolène Royal, Sophie Bouchet-Petersen, a envoyé un communiqué à l'AFP dans lequel elle prend la responsabilité de cette «bourde» et présente ses excuses.

Errare humanum est! (L'erreur est humaine). J'avoue être l'auteure de la référence à Léon-Robert de L'Astran, opposant à l'esclavagisme dont on aurait aimé qu'il existât, tant l'histoire était belle. Tel n'est malheureusement pas le cas.

Détail cocasse: la chaîne touristique Relais et Châteaux de France vient de créer une route gastronomique de L'Astran en hommage au personnage, dont le descriptif est très fortement inspiré de la fiche Wikipédia. Le créateur du canular assure de son côté à Sud-Ouest que le personnage existe vraiment. Ce que conteste fermement un historien local.

[Lire l'article de Sud-Ouest]

Photo: Ségolène Royal le 16 janvier 2010 à La Rochelle. REUTERS/Regis Duvignau

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte