Santé

Outre-Manche, le nombre de rhinoplasties est en chute libre

Temps de lecture : 2 min

Face à de nouvelles alternatives médicales non invasives, de plus en plus de personnes tournent le dos aux anciennes techniques de chirurgie esthétique qui laissaient parfois place aux regrets.

Au Royaume-Uni, le nombre de rhinoplasties est passé de 4.878 en 2013 à 1.330 en 2021. | engin akyurt via Unsplash
Au Royaume-Uni, le nombre de rhinoplasties est passé de 4.878 en 2013 à 1.330 en 2021. | engin akyurt via Unsplash

En pleine pandémie de Covid-19, le regain d'intérêt pour les opérations de chirurgie esthétique avait fait couler beaucoup d'encre en France et à l'étranger. En cause? Selon certains commentateurs, nous aurions passé bien trop de temps à nous regarder via nos écrans d'ordinateur, autant à remarquer nos petites imperfections. Mais si la chirurgie plastique a bien vu sa popularité croître lors des confinements, une opération en particulier n'a plus autant la cote, notamment chez nos voisins britanniques, rapporte le Guardian: la rhinoplastie.

Cette célèbre opération visant à modifier la taille ou la forme du nez ne date pas d'hier. «La plus ancienne description connue de la chirurgie plastique du nez est enregistrée dans le papyrus Edwin Smith» vers 1600 avant notre ère, commente le journal britannique. Mais malgré sa longévité impressionnante, force est de constater que la rhinoplastie ne séduit plus autant. Le nombre d'interventions de ce type a «chuté de façon régulière pendant une décennie, passant de 4.878 en 2013 à seulement 1.330 l'an dernier» au Royaume-Uni.

«Les gens ont-ils enfin réalisé que nos normes de beauté communément acceptées sont trop étroites?», questionne le Guardian. Malheureusement, pas vraiment. D'après la British Association of Aesthetic Plastic Surgeons (BAAPS, «l'association britannique des chirurgiens esthétiques»), les rhinoplasties sont toujours en sixième place des interventions plastiques les plus pratiquées chez les femmes.

Ce déclin s'explique en fait par l'arrivée de nouvelles alternatives sur le marché de la chirurgie esthétique, où innovation et profit vont de pair. Par exemple, la rhinoplastie dite «médicale», qui ne nécessite pas d'opération invasive mais simplement une injection d'acide hyaluronique sur une zone du nez que l'on souhaite re-sculpter, a le vent en poupe.

Des changements non permanents

Comme le rappelle le Guardian, la rhinoplastie a un coût: jusqu'à 7.000 livres sterling au Royaume-Uni, soit environ 8.300 euros. La chirurgie «médicale» est quant à elle disponible à des tarifs bien moins élevés, pouvant avoisiner les 300 livres sterling, soit environ 350 euros. Le Guardian précise par ailleurs que tandis que la rhinoplastie chirurgicale peut amener le ou la patiente à passer jusqu'à deux nuits à l'hôpital, une injection «prend dix minutes, et vous pouvez retourner au travail le jour même».

Toutefois, la rhinoplastie «médicale» n'a pas que des bons côtés. Tandis que les injections peuvent corriger quelques petites bosses, elles ne peuvent pas rendre un nez «plus petit». De plus, ses effets ne sont pas permanents: ils durent «entre six mois et deux ans» selon le Guardian. Ce qui a aussi des avantages, puisque «la rhinoplastie a le taux d'insatisfaction le plus élevé de toutes les procédures cosmétiques», explique Rajan Uppal, chirurgien plastique et membre de la BAAPS, au quotidien britannique.

Newsletters

Ne frottez plus votre nez lorsque vous vous mouchez

Ne frottez plus votre nez lorsque vous vous mouchez

Cela vous évitera de l'avoir tout rouge et vous protégera des agressions extérieures.

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio