Politique

Le 24 avril, faisons ensemble le bon choix

Temps de lecture : 2 min

Il nous semble important d'appeler et de vous demander d'appeler clairement à choisir Emmanuel Macron, quel que soit votre vote au premier tour.

Ludovic Marin / POOL / AFP
Ludovic Marin / POOL / AFP

Quand il y a vingt ans, nous dûmes choisir de voter en faveur de Jacques Chirac pour faire barrage à Jean-Marie Le Pen, certains ont râlé mais peu ont hésité, sauvant ainsi la République de la menace frontiste avec un score quasi soviétique.

Peu ont hésité car grande était la sidération face à l'irruption de l'extrême droite au second tour de l'élection présidentielle, ce soir du 21 avril 2002. Et les rares abstentionnistes avaient l'assurance d'un écart suffisant entre les deux candidats annoncé par des sondages qui, pourtant, n'avaient su anticiper l'élimination de la gauche socialiste au premier tour.

Nous ne sommes plus en 2002. L'extrême droite s'invite une troisième fois au duel final pour l'Élysée. Entre lassitude et habituation, électeurs et électrices sont de moins en moins sensibles à l'électrochoc quinquennal et de plus en plus déçus par des présidents élus avec des voix venues de toutes les sensibilités politiques, mais peu soucieux d'inclure dans leur pratique du pouvoir les attentes de celles et ceux qui ont sacrifié leurs idées au suffrage barrage.

Jacques Chirac, lors de son second mandat, a ignoré le peuple de gauche dont il était redevable; Emmanuel Macron a appliqué le programme sur lequel il a fait campagne en 2017, sans maintenir ce «en même temps» pourtant à même de fédérer un électorat disparate, mu non par conviction mais par la volonté d'empêcher Marine Le Pen.

Une grande partie de l'électorat semble aujourd'hui ne plus vouloir se faire violence à un moment de l'histoire de la Ve où l'extrême droite n'a jamais été aussi proche du pouvoir. L'écart entre les deux candidats n'est pas loin d'être celui de la marge d'erreur. Impossible de se réveiller dimanche sans craindre une catastrophe à 20h.

Nous devrons sauver la démocratie libérale, le seul système à garantir de vivre dans une société libre et démocratique.

Ainsi, il nous semble important d'appeler et de vous demander d'appeler clairement à voter en faveur d'Emmanuel Macron, quel que soit votre choix au premier tour. Communistes, socialistes, écologistes, insoumis, souverainistes, trotskistes, conservateurs, libéraux, sociaux-démocrates, nous avons probablement tous et toutes des reproches à adresser au président candidat. Mais nous savons aussi que son adversaire ne nous propose qu'une voie funeste: celle de la haine, du repli sur soi, de l'exclusion de l'autre et des autres, de la fin d'acquis sociétaux fondamentaux –du mariage pour tous à l'avortement libre et gratuit– et de la proximité avec la Russie de Vladimir Poutine.

Marine Le Pen a réussi un efficace travail de dédiabolisation, au point que certains se demandent désormais si elle est toujours d'extrême droite. Mais Marine reste Le Pen. N'oublions pas l'histoire du FN, ripoliné en RN. N'oublions pas le financement par des banques russe et hongroise. N'oublions pas qui seront celles et ceux avec qui elle gouvernera en cas de victoire.

N'oublions pas, non plus, que tout président qu'il sera, Emmanuel Macron devra composer avec des contre-pouvoirs. Le 24 avril, nous devrons sauver la démocratie libérale, ce système peu enthousiasmant pour le peuple de la Révolution française, mais le seul à garantir de vivre dans une société libre et démocratique.

Et c'est une fois la démocratie libérale préservée que nos différences pourront se faire entendre, en offrant au Parlement une assemblée plus en phase avec les aspirations politiques de chacun, de chacune.

Des différences qu'il deviendra difficile de faire entendre si, le 24 avril, nous ne faisons pas collectivement le bon choix.

Les rédactions de Slate.fr

Newsletters

Éric Coquerel à la tête de la Commission des finances: à quoi faut-il s'attendre?

Éric Coquerel à la tête de la Commission des finances: à quoi faut-il s'attendre?

L'élection du député LFI à un des postes les plus stratégiques de l'Assemblée nationale ne laisse pas de marbre une partie de la sphère politique.

Mon Europe à moi: «Je souhaite que l'UE ait plus de poids en matière de diplomatie»

Mon Europe à moi: «Je souhaite que l'UE ait plus de poids en matière de diplomatie»

L'Union européenne a beau avoir un haut représentant aux affaires étrangères, elle reste peu audible sur la scène internationale.

Mon Europe à moi: «Pour que l'UE soit plus démocratique, il faudrait mieux informer les citoyens»

Mon Europe à moi: «Pour que l'UE soit plus démocratique, il faudrait mieux informer les citoyens»

On parle souvent d'un déficit démocratique de l'Union européenne. Comment réformer les institutions pour donner plus de place aux citoyens?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio