Société

Les stations-service sont-elles en route vers une mort inévitable?

Temps de lecture : 2 min

La hausse considérable de véhicules électriques est en train de remodeler notre environnement. Ces lieux vont devoir se réinventer pour espérer survivre à la grande mutation.

«80 % du marché de la vente au détail de carburant pourrait ne plus être rentable d'ici 2035», rapporte le média américain | Väinö Parjanen via Pexels.
«80 % du marché de la vente au détail de carburant pourrait ne plus être rentable d'ici 2035», rapporte le média américain | Väinö Parjanen via Pexels.

Le nombre de stations-service sur le territoire français n'a cessé de décliner d'année en année. On en comptait 40.000 en 1980, puis plus que 11.000 en 2018. Il y a douze ans, Slate.fr vous parlait déjà de cette disparition silencieuse mais considérable –causée notamment par une baisse de la consommation d'essence. On imaginait alors que ce déclin serait possiblement exacerbé par la montée en puissance des véhicules électriques dans les années 2020.

Le monde avait vu juste, rapporte Vox. Doucement mais sûrement, à la faveur de nouvelles réglementations pour agir sur le plan du climat, les véhicules électriques sont devenus légion sur nos routes. Si l'on observe une hausse considérable de la circulation de ce type de voitures dans l'Hexagone, c'est également le cas sur le sol américain. La Maison-Blanche espère que la «moitié des voitures vendues d'ici à 2030 seront électriques».

Cette mutation sociétale aura des conséquences majeures sur les stations-service, relate le média américain. Si certaines d'entre elles ont d'ores et déjà installé des bornes de rechargement pour véhicules électriques près de leurs pompes à essence –c'est d'ailleurs obligatoire en France– les propriétaires d'engins électriques tendent à charger le gros de la batterie chez eux.

Surtout, ces bornes peuvent être installées à peu près partout, c'est-à-dire dans des lieux qui ne nécessitent pas la construction de toute une station avec l'écosystème qui va avec. On en veut pour preuve la campagne Belib' à Paris, service qui «comprendra à terme 433 stations». Sans oublier le tarif dissuasif pour une recharge rapide pratiqué actuellement par certaines stations-service.

«C'est une nouvelle inquiétante si vous travaillez dans le secteur des stations-service», commente le média en ligne. D'autant plus qu'on estime que «80% du marché de la vente au détail de carburant pourrait ne plus être rentable d'ici à 2035». Si la demande en essence décline, alors les stations qui en vendent pourraient devenir obsolètes.

Le besoin urgent de se réinventer

«Si ces entreprises veulent survivre, elles doivent commencer à se réinventer dans un monde qui va au-delà du gaz», avance Vox. L'une des solutions consisterait à installer des bornes de niveau 3, à la fois puissantes et rapides, qui pourraient alors attirer les conducteurs. Mais pour bon nombre de professionnels, le ratio prix-bénéfice n'est que trop peu intéressant, une borne coûtant à elle seule –sans le prix de l'installation– des dizaines de milliers de dollars.

D'autant plus que comme l'indique Vox, «les données recueillies par le département de l'Énergie des États-Unis dévoilent [...] qu'il y a actuellement plus de chargeurs publics situés dans les hôtels et les auberges, les centres commerciaux et les bâtiments gouvernementaux que dans les stations-service». En cause: un plan gouvernemental de 5 milliards de dollars visant à construire plus de 500.000 bornes publiques «d'ici à la fin de la décennie».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Cette mutation semble donc signer la disparition progressive de certaines stations-service américaines. «Les nouvelles innovations rendent souvent les anciennes technologies obsolètes, explique Vox. Cela signifie que les véhicules électriques ne transforment pas seulement le type de voitures que les gens conduisent, mais aussi où ils les emmènent.»

Newsletters

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Comment se faire de nouveaux potes après deux ans de pandémie?

Comment se faire de nouveaux potes après deux ans de pandémie?

Les confinements et la distanciation physique ont affecté nos capacités d'interaction sociale, et c'est bien normal.

Concours Créatrices d'avenir: donner aux femmes le goût d'entreprendre

Concours Créatrices d'avenir: donner aux femmes le goût d'entreprendre

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio