Culture

Mary Gartside, pionnière oubliée de la théorie des couleurs

Temps de lecture : 2 min

En 1805, cette artiste anglaise met au point un système chromatique révolutionnaire. Des spécialistes cherchent aujourd'hui à réattribuer à son autrice, tombée dans l'oubli, le fruit de son travail.

Mary Gartside aurait exploré une théorie similaire à celle du Traité des couleurs de Goethe, cinq ans avant lui. | Johann Wolfgang von Goethe via Wikimedia Commons
Mary Gartside aurait exploré une théorie similaire à celle du Traité des couleurs de Goethe, cinq ans avant lui. | Johann Wolfgang von Goethe via Wikimedia Commons

Les femmes tendent à être effacées de l'histoire, c'est un fait. Invisibilisées dans la littérature, elles le sont aussi dans d'autres domaines artistiques. Dans la lignée du récent mouvement visant à redonner aux femmes la place qu'elles méritent au sein des manuels d'histoire, la BBC se penche sur le récit de l'artiste anglaise Mary Gartside, une de ces figures oubliées.

En 1810, Johann Wolfgang von Goethe publie son célèbre Traité des couleurs s'opposant alors à la conception d'Isaac Newton «du spectre des couleurs qui composent la lumière blanche». Mais en 1805, soit cinq ans plus tôt, une artiste méconnue répondant au nom de Mary Gartside avait déjà exploré une théorie similaire dans son Essai sur l'ombre et la lumière, sur les couleurs et sur la composition en général (Essay on Light and Shade, on Colours and on Composition in General, en anglais). «Modestement présenté par son autrice comme un simple guide à l'attention des “dames qu'[elle a] été appelée à instruire en peinture”», la BBC défend au contraire que cet ouvrage méconnu reflète tout le génie et l'ingéniosité de l'artiste anglaise.

Dans son essai, Gartside propose une série d'images abstraites –«huit “taches” d'aquarelle»– qui ressemblent à s'y méprendre à des roses, ou encore à des préfigurations des œuvres de Georgia O'Keeffe. Mais c'est en regardant l'ouvrage d'un peu plus près que le véritable génie de l'artiste anglaise saute aux yeux. Sobrement intitulées «blanc», «jaune», «orange», «vert», «écarlate», «bleu», «mauve» et «pourpre», ces expériences présentent chaque teinte «à divers degrés de saturation, ainsi que la manière dont elles se fondent abstraitement avec les autres», explique l'historienne de l'art Alexandra Loske à la BBC.

«L'objectif de Gartside était d'illustrer les harmonies et les teintes contrastées des couleurs primaires et secondaires d'une manière plus organique, commente le média britannique. D'une façon peut-être moins scientifique que les roues chromatiques de ses célèbres ancêtres masculins.»

Une pionnière dans son domaine

«Si quelqu'un me trouve [une autrice de la théorie des couleurs antérieure à Gartside], je serai très heureuse d'en entendre parler, s'amuse Alexandra Loske. Elle est probablement la première dans le monde occidental.»

Malgré son statut de pionnière, on n'en sait que très peu sur la vie de cette artiste. Les spécialistes estiment qu'elle serait née en 1755, «peut-être à Manchester». Elle aurait par la suite «appris aux femmes à peindre l'aquarelle à Londres» puis exposé son travail au moins à trois reprises en Grande-Bretagne.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour Alexandra Loske, il est alors absolument nécessaire de rendre à César ce qui appartient à César, et donc de redonner à Mary Gartside le fruit de son travail. «Il n'existe pas d'autre exemple d'un système de couleurs qui serait aussi inventif et radical que celui de Gartside», affirme l'historienne.

Newsletters

Des kayakistes trouvent un crâne vieux de 8.000 ans dans une rivière du Minnesota

Des kayakistes trouvent un crâne vieux de 8.000 ans dans une rivière du Minnesota

Le crâne millénaire sera rendu aux autorités amérindiennes.

Comment le meurtre de Mia Zapata a tué l'innocence du grunge

Comment le meurtre de Mia Zapata a tué l'innocence du grunge

Le 7 juillet 1993, au petit matin, la chanteuse du groupe The Gits est retrouvée violée et tuée dans une ruelle de Seattle. Cette affaire longue de dix ans a provoqué une prise de conscience féministe dans la musique locale.

Le sein, chargé de sens et de sexe

Le sein, chargé de sens et de sexe

Le mot «sein» est apparu à l'écrit en 1150. Depuis, il a fait du chemin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio