Sciences

Plus de 5.000 nouveaux virus viennent d'être découverts dans les océans

Temps de lecture : 2 min

La plupart font partie de branches jusqu’ici inconnues. 

De telles découvertes permettent de mieux comprendre l'influence des virus sur les écosystèmes océaniques. | Cristian Palmer via Unsplash
De telles découvertes permettent de mieux comprendre l'influence des virus sur les écosystèmes océaniques. | Cristian Palmer via Unsplash

C'est une découverte majeure qui bouleverse nos connaissances sur les océans et la vie qu'ils abritent: une équipe internationale de scientifiques vient tout juste d'identifier 5.500 nouvelles espèces de virus, dont la plupart font partie de branches jusqu’ici inconnues.

Publiée le 7 avril dans la revue Science, l'étude présente les résultats de recherches qui s'appuient, entre autres, sur l'analyse de 35.000 échantillons d’eau prélevés dans les océans du monde entier lors des expéditions Tara Oceans -du nom d'un voilier français destiné à la recherche scientifique et à la défense de l'environnement. L'objectif? Comprendre le rôle des virus à ARN dans les écosystèmes marins.

Les scientifiques ont ainsi mis à jour l'existence dans l'océan de 5.500 nouvelles espèces de virus dont le matériel génétique est constitué d'ARN et, pour les cataloguer, ils ont également dû créer de nouveaux niveaux de classification. Les cinq rangs de la classification de virus à ARN existants ne suffisant pas, les scientifiques ont en effet dû imaginer cinq autres embranchements pouvant regrouper des milliers d'autres espèces: Taraviricota, Pomiviricota, Paraxenoviricota, Wamoviricota et Arctiviricota.

Des virus dangereux?

Trouver de nouveau virus dans les océans: est-ce une bonne ou mauvaise nouvelle? Une excellente nouvelle! Au total, les chercheurs considèrent que près d’un milliard de virus sont présents dans les mers, où ils jouent un rôle aussi essentiel que partiellement compris. Et de telles découvertes permettent justement de mieux comprendre leur influence sur le fonctionnement des écosystèmes océaniques.

Les virus seraient en effet des sortes de régulateurs des écosystèmes. Si un organisme se révèle par exemple trop abondant, les virus marins l’attaquent pour l’empêcher de dominer. Ils infecteraient autant les micro-organismes que la flore et la faune, mais seraient sans risque pour l’homme, précise France Inter.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Cette découverte ouvre aussi d'autres perspectives: elle pourrait permettre de mieux comprendre le rôle de ces virus marins dans l’emprisonnement du carbone par les océans. Un point crucial dans notre compréhension du changement climatique et de ses conséquences.

Newsletters

De sévères inondations au Bangladesh et en Inde font au moins 57 morts

De sévères inondations au Bangladesh et en Inde font au moins 57 morts

Près de deux millions de personnes se sont également retrouvées bloquées, et des milliers d'habitations ont été emportées par les violentes crues qui se sont abattues sur la région.

Le réchauffement climatique nuit à votre sommeil

Le réchauffement climatique nuit à votre sommeil

Et avec la hausse des températures, vous allez de moins en moins dormir.

Ultracrépidarianisme: pourquoi certaines personnes ont-elles une opinion sur tout?

Ultracrépidarianisme: pourquoi certaines personnes ont-elles une opinion sur tout?

Il est complètement ridicule de penser que votre opinion d'amateur a une quelconque valeur. D'ailleurs, voici la mienne sur ce sujet que je n'ai pas du tout étudié.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio