Culture

Anne, princesse de Kiev devenue reine de France

Temps de lecture : 5 min

Il y a mille ans, cette princesse a traversé l'Europe pour épouser l'un des premiers rois capétiens. Elle a tissé le premier lien historique entre la France et le monde des Slaves orientaux.

La statue de Anne de Kiev, reine de France de 1051 à 1060, place des Arènes à Senlis.  | Patrick via Flickr
La statue de Anne de Kiev, reine de France de 1051 à 1060, place des Arènes à Senlis.  | Patrick via Flickr

Philip d'Edimbourg, Felipe VI, roi d'Espagne et Philippe, roi des Belges, doivent leur prénom à leur ancêtre commune: Anne de Kiev. Cette reine des Francs a baptisé son fils Philippe, alors inconnu en Europe de l'Ouest. Ce prénom de culture grecque provient de ses terres d'origine, la Rus' de Kiev. Anne est issue de ce berceau des Slaves orientaux réunissant aujourd'hui Russes, Biélorusses et Ukrainiens.

Pour partir à sa rencontre, il faut remonter quasiment mille ans en arrière. On arrive sous le règne des premiers Capétiens, une époque obscure pour les historiens, confrontés à des archives lacunaires.

Venue des confins du monde connu

Au mitan du XIe siècle, aucun grand évènement, aucun personnage d'envergure ne ressort. C'est un trou noir de l'histoire de France. À la tête du royaume, le roi Henri Ier est faible, veuf et sans enfant. À court d'héritier, il lorgne sur une princesse qui vit aux confins de l'Europe, sur des terres lointaines et prospères.

Anne, Reyne de France | via Wikimedia Commons

Cette princesse, Anne de Kiev, appartient à l'une des plus prestigieuses familles de son temps. Son père est le grand-prince Iaroslav, à la tête de la puissante principauté des Rus', alors le plus vaste état d'Europe. Ces Slaves d'Orient sont sous l'influence culturelle des Byzantins depuis leur récente christianisation, une conversion diffusée depuis Constantinople. Au carrefour des routes commerciales, la ville de Kiev est environ dix fois plus peuplée que Londres ou Paris. Le pays des Rus' atteint alors son âge d'or.

Pas de date de naissance avérée, ni même de sa mort. Pas de tombe.
On ignore jusqu'à son visage.

Anne de Kiev quitte ses somptueuses coupoles et bulbes dorés pour traverser l'Europe jusque dans l'actuelle Île-de-France, nettement moins raffinée. Faute de terre à transmettre, elle amène avec elle de «riches présents», selon un chroniqueur. En 1051 à Reims, elle devient la seconde épouse d'Henri Ier, âgé d'une vingtaine d'années de plus qu'elle.

On ignore pourquoi Henri Ier a jeté son dévolu sur une princesse aussi éloignée mais on peut deviner que ce choix fut dicté par la sévérité de l'Église sur les liens de parenté. Par la suite, Rome se montrera beaucoup moins sourcilleuse sur les questions de consanguinité et Louis XIV pourra épouser sa cousine germaine sans surmonter le moindre veto.

Le mariage à Reims de Henri Ier roi de France et d'Anne de Kiev. Miniature extraite d'un manuscrit français référencé ci-après.| Chroniques de Saint-Denis via Wikimedia Commons

Pour revenir à Anne, la jeune femme découvre un royaume des Francs où le roi est nargué par ses propres vassaux. L'État est morcelé par la féodalité, les terres recouvertes par les forêts et les villes s'apparentent surtout à des bourgs. Paris s'est tout juste remis du siège viking du siècle précédent. Partout se construisent des églises romanes.

La toile de fond est plus nette que la vie de la nouvelle reine qui s'apparente, elle, presque à une page blanche. Pas de date de naissance avérée, ni même de sa mort. Pas de tombe. On ignore jusqu'à son visage. Il faut dire que les chroniqueurs sont restés peu loquaces: «Avec elle, le roi vivait heureusement» écrit l'un d'eux avec parcimonie. On reste sur sa faim.

D'Anne, il ne reste que des fragments. Sa signature en cyrillique au bas d'une charte et des croix qu'elle a tracées sur des documents en guise de seing. Sur ces actes, elle est désignée «reine», «mère», «A», «Agna», «Agneta» ou, le plus souvent, «Anna». À défaut de traces abondantes, on aimerait convoquer un romancier pour broder sa vie.

Veuve et remariée

Dans ce brouillard, quelques indices prêtent néanmoins à penser qu'Anne pesait. Et qu'elle ne manquait pas de personnalité. Déjà, elle a imposé un prénom issu de sa culture pour son aîné, l'héritier au trône: ce sera le futur Philippe Ier. Ensuite, le roi vient à mourir alors que son fils n'a que 7 ans: son beau-frère Baudouin V de Flandre prend les rênes du royaume. Mais ce pouvoir, il le partage avec Anne.

Statue d'Anne de Kiev, Abbaye Saint-Vincent, Senlis (Oise). | via Wikimedia Commons

Elle ouvre, en quelque sorte, la longue tradition des reines régentes. L'éducation de son fils est confiée à un pedagogus regis, là encore un terme grec alors inusité en Occident, désignant le précepteur. Et cette femme nous réserve encore des surprises.

«Pendant la période soviétique, Anne servira à la propagande du régime, mais elle devient également l'un des fers de lance du renouveau nationaliste ukrainien.»
Philippe Delorme, historien

Après la mort de son royal époux, la veuve ne reste pas seule. Elle abandonne le pouvoir et part avec un homme. Et pas avec n'importe lequel. Elle épouse Raoul IV, comte de Valois et de Crépy, un baron qui est le vassal de son propre fils. Un personnage violent, prompt à guerroyer et à rançonner. N'hésitant pas à brûler Verdun parce que l'évêque refuse de lui verser un tribut. Déjà marié, Raoul répudie son épouse pour se marier avec Anne. Cette union entre la reine douairière et ce personnage haut en couleurs fait un énorme scandale. Raoul est excommunié, même le Pape est mêlé à l'affaire.

Finalement, Anne finit par vendre ses possessions pour construire l'Abbaye Saint-Vincent autour de Senlis, l'une des villes royales sous ces premiers Capétiens itinérants. Cette ville de l'Oise entretient toujours le souvenir d'Anne. En 2004, le président ukrainien Viktor Iouchtchenko y a même inauguré une statue d'elle. On ignore où la reine est morte. Une source anonyme et postérieure affirme qu'«après la mort de Raoul, [Anne] regagna le sol natal. vingt-cinq ans après l'avoir quitté».

Anne de Kiev a-t-elle revu les coupoles dorées du Kiev de son enfance? Cela paraît assez improbable. Ce qui est certain, c'est que cette reine tombe rapidement dans un oubli à peu près total. «Il semble que, dès la fin du XIIe siècle, Philippe Auguste ne gardait plus aucun souvenir de sa trisaïeule», écrit l'historien Philippe Delorme dans sa biographie d'Anne de Kiev.

Une amitié millénaire

Par la suite, le royaume de France et la Rus' de Kiev suivront des trajectoires opposées. La puissance du premier s'affermira tandis que le second déclinera jusqu'à l'effondrement. Se morcelant en entités rivales, la principauté slave tombera sous les assauts des Mongols, menés par Batu, le petit-fils de Gengis Khan. La ville de Kiev sera détruite. La Russie, la Biélorussie et l'Ukraine, qui naîtront bien plus tard, se partagent aujourd'hui l'héritage de cette Kiev de l'an mille et de cette reine des Francs.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Pendant la période soviétique, Anne servira à la propagande du régime, mais elle devient également l'un des fers de lance du renouveau nationaliste ukrainien», rappelle Philippe Delorme dans son ouvrage. Figure disputée, Anne de Kiev est aussi l'un des ciments de ce monde «Rus'», aujourd'hui déchiré par la guerre. Cette reine représente également le lien le plus ancien unissant la France aux Slaves orientaux. À l'heure où l'on se tient aux côtés de l'Ukraine dans son malheur, il est bon de rappeler que l'amitié avec Kiev est millénaire. Grâce à Anne de Kiev.

Newsletters

Des kayakistes trouvent un crâne vieux de 8.000 ans dans une rivière du Minnesota

Des kayakistes trouvent un crâne vieux de 8.000 ans dans une rivière du Minnesota

Le crâne millénaire sera rendu aux autorités amérindiennes.

Comment le meurtre de Mia Zapata a tué l'innocence du grunge

Comment le meurtre de Mia Zapata a tué l'innocence du grunge

Le 7 juillet 1993, au petit matin, la chanteuse du groupe The Gits est retrouvée violée et tuée dans une ruelle de Seattle. Cette affaire longue de dix ans a provoqué une prise de conscience féministe dans la musique locale.

Le sein, chargé de sens et de sexe

Le sein, chargé de sens et de sexe

Le mot «sein» est apparu à l'écrit en 1150. Depuis, il a fait du chemin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio