Culture

Les rock stars ne sont plus très rock'n'roll

Temps de lecture : 2 min

Il est loin le temps où John Bonham des Led Zep conduisait une moto dans les couloirs de l'hôtel Continental de Los Angeles. Selon le Guardian, l'époque des chambres transformées en bordel, où la drogue circulait librement est révolue.

Clara Saffer, responsable des ventes de l'hôtel K West à Londres explique que les attentes des artistes ont changé. Aujourd'hui, ils se comportent davantage comme des hommes d'affaires.

Ce qu'ils privilégient avant tout: des rideaux occultants pour pouvoir dormir pendant la journée, pouvoir laisser la chambre le plus tard possible, et un emplacement de parking sûr. Les plus exigeants ne réservent pas de chambre s'il n'y a pas de spa. Pas très rock'n'roll donc.

Difficile même pour Clara Saffer de dresser une liste des incivilités commises par les artistes.

On a retrouvé de la drogue dans les chambres et quelqu'un a même donné un coup de pied dans un écran de télévision. Mais ça fait bien longtemps qu'une femme de chambre ne m'a pas appelée pour me dire «Venez voir cette chambre». Avant c'était souvent le cas.

Certains ont vu venir ce changement et ont su sauter sur le filon des tournées d'artistes correctement organisées. Tina Waters, employée d'une agence de voyage spécialisée déclare au Guardian:

Certains artistes sont juste satisfaits d'avoir un toit sur la tête, mais d'autres sont très méticuleux dans le choix de leur hébergement

Et d'ajouter que:

Les managers, les avocats, et autres conseillers sont plus impliqués dans les affaires des artistes, ce qui poussent ces derniers à réfléchir à deux fois avant d'avoir des comportements [déviants].

[Retrouvez l'article du Guardian ici]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Rock 'n' Roll Suicide en Barcelona/ alterna2 via Flickr CC License by

Newsletters

Programme

Programme

«Les Enfants d'Isadora» ou le cinéma qui danse

«Les Enfants d'Isadora» ou le cinéma qui danse

Autour d'un solo composé par Isadora Duncan il y a un siècle, le film de Damien Manivel déploie au présent un très bel ensemble d'émotions dont la quête de beauté illumine le quotidien.

En Chine, Macron a joué la carte du soft power

En Chine, Macron a joué la carte du soft power

Entouré de personnalités du monde artistique, le président a profité de son séjour à Shanghai puis Pékin pour concrétiser un certain nombre de partenariats entre institutions françaises et chinoises.

Newsletters