Parents & enfants / Sciences

Les enfants qui font la sieste apprennent-ils mieux à lire et à écrire?

Temps de lecture : 2 min

Une étude préliminaire atteste d'un lien positif entre repos diurne et capacité à faire correspondre des lettres et des sons.

Les chercheurs ont étudié les connaissances verbales de base de trente-deux enfants agés de 3 à 5 ans. | zhenzhong liu via Unsplash
Les chercheurs ont étudié les connaissances verbales de base de trente-deux enfants agés de 3 à 5 ans. | zhenzhong liu via Unsplash

Avant qu'ils n'entrent à l'école, la capacité des enfants à faire correspondre des lettres et des sons est connue pour être un indicateur de leur aptitude à la lecture et à l'écriture. À l'inverse, les enfants ayant du mal dans ce domaine courent un risque plus important d'être un jour diagnostiqués dyslexiques ou dysorthographiques.

Publiée le 29 mars dans la revue Child Development, une étude vient de se pencher sur la relation entre sommeil, développement de la mémoire et capacités de lecture et d'écriture. Menée par des chercheurs de l'Université Macquarie (Australie) et des universités britanniques d'Oxford, de York et de Sheffield sur trente-deux enfants âgés de 3 à 5 ans, elle atteste, de manière provisoire, que faire la sieste dans la journée pourrait être bénéfique dans leur apprentissage des lettres et des sons. Ces enfants étaient inscrits dans deux garderies de Sydney, qui leur faisaient régulièrement faire la sieste, sans leur dispenser formellement d'enseignement sur le nom ou le son des lettres.

Chaque enfant a été enrôlé dans sept sessions, durant 2 à 4 semaines. Tout d'abord, les scientifiques ont évalué et consigné leurs connaissances «verbales» de base. Ensuite, ils les ont entraînés à faire correspondre des lettres et des sons. Par exemple, en devant répondre à la question «Quel son fait la lettre C?» devant une image correspondante ou, pour jauger de la généralisation de telles connaissances, du dessin de deux bonhommes «Tav» et «Cav» et en devant désigner lequel des deux était /kav/.


Réinvestir les informations

Ces tests allaient être effectués une première fois après que l'enfant a fait la sieste et ensuite, à une semaine d'intervalle, sans cette période de repos. À chaque fois (avec ou sans sieste), les effets de l'exercice étaient évalués 24 heures plus tard.

Il en ressort que faire une sieste après l'apprentissage semble aider à réinvestir les informations nouvellement apprises dans une nouvelle tâche. Les chercheurs ont ainsi constaté un effet positif de la sieste sur l'apprentissage par les enfants des correspondances entre les lettres et les sons et, en particulier, sur l'utilisation de ces connaissances pour déchiffrer des mots non-familiers. Ce qui est un signe tout à fait positif de futures facilités à la lecture et l'écriture.

Outre la taille modeste de son échantillon, un défaut de l'étude est à trouver dans l'une de ses qualités: si elle a été menée en conditions réelles et non en laboratoire, histoire que les enfants soient plus à l'aise, les chercheurs n'ont pas été à même de mesurer des données objectives et susceptibles de jouer sur les résultats, comme diverses caractéristiques physiologiques du sommeil, sans même parler des variables génétiques que l'on sait aujourd'hui lourdement influer sur l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Reste que ces données sont encourageantes et, une fois répliquées et affinées dans des travaux ultérieurs, ont de quoi permettre d'optimiser encore un peu plus l'acquisition de l'alphabétisation chez les tout jeunes enfants.

Newsletters

La revanche des dragons

La revanche des dragons

Si vous aviez dit à un joueur de Dungeons & Dragons de 1980 que son loisir préféré deviendrait un jour le comble du cool dans la pop culture, il vous aurait probablement regardé avec de grands yeux. Et pourtant, ces dernières années, le premier jeu de rôle de l’histoire s’est imposé comme un des piliers de la pop culture.

Les animaux de compagnie impactent fortement le développement des enfants

Les animaux de compagnie impactent fortement le développement des enfants

Plusieurs études suggèrent que vivre avec un animal influence la santé physique, les compétences sociales et même le développement cognitif des plus jeunes.

Un bébé qui vous fixe vous juge-t-il?

Un bébé qui vous fixe vous juge-t-il?

Ce ne serait pas étonnant: le sens moral se développe dès les premiers mois de la vie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio