Politique

L'engagement de Marine Le Pen pour la cause animale, un combat pas si désintéressé

Temps de lecture : 4 min

La candidate RN, qui ne cache pas son affection pour les chats, fait de la défense des animaux l'un de ses principaux chevaux de bataille depuis des années. Un engagement que les associations animalistes estiment moins actif qu'elle ne le revendique.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, le 8 février 2020 à Saint André de Cubzac, près de Bordeaux. | Georges Gobet / AFP
La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, le 8 février 2020 à Saint André de Cubzac, près de Bordeaux. | Georges Gobet / AFP

Sous le compte «Les chats masqués», accessible à quelques centaines de privilégiés, se cache une certaine Marine Le Pen, fan assumée et inconditionnelle des félins. La candidate à la présidentielle n'hésite pas, dans sa communication, à mettre en avant sa proximité avec les animaux. Elle a même dédié l'un de ses quatorze livrets thématiques de campagne aux bêtes de tous poils. Au programme: reconnaissance constitutionnelle du statut juridique des animaux, lutte contre les fraudes aux normes françaises et européennes, renforcement des peines sanctionnant les infractions commises envers les animaux, etc.

Ses prises de parole sur le thème du bien-être animal ne sont pas rares. «Ça fait des années que je réclame la fin de l'abattage sans étourdissement, déclarait-elle au micro de France Info, le 3 mars dernier. Et là, je peux vous dire que la souffrance animale, c'est tous les jours des milliers de milliers de bêtes qui sont égorgées à vif.» Un combat de longue date certes, mais probablement intéressé. «Elle ne se positionne peut-être pas sur ce sujet pour les mêmes raisons que les défenseurs des animaux», émet Benoit Thomé, président de l'association Animal Cross, en faisant référence à l'abattage rituel halal, souvent réalisée sans étourdissement.

«À l'Assemblée nationale comme au Parlement européen, elle soutient certains amendements, mais elle ne prend pas beaucoup d'initiatives.»
Christophe Marie, porte-parole de la fondation Brigitte Bardot

Le sujet de l'abattage sans étourdissement ayant longtemps été abordé avec abondance par l'extrême droite, Christophe Marie, porte-parole de la fondation Brigitte Bardot, explique qu'il n'a pas toujours été simple de le porter politiquement: «Marine Le Pen s'est plus rapidement affichée sur cette partie-là, ce qui pouvait être un handicap pour les associations de défense animale. Dès qu'un groupe d'extrême droite s'affiche sur une thématique, ça n'est pas forcément un atout.» Depuis, d'autres candidats l'ont rejointe, dont Yannick Jadot, qui s'est dit favorable à l'interdiction de cette pratique.

Pas assez concrète

«Quand on regarde les propositions [de la candidate RN], elles peuvent être fortes», reconnaît Christophe Marie. Mais selon le porte-parole de la fondation Brigitte Bardot, la réalité est plus complexe. L'engagement de Marine Le Pen en faveur de la cause animale s'est ainsi peu reflété dans ses différents mandats. «À l'Assemblée nationale comme au Parlement européen, elle n'a jamais été très active dans la défense des animaux. Par exemple, sur le renforcement des sanctions sur les actes de cruauté de animaux, l'an dernier débattu, elle n'a pas participé au travail des parlementaires. Elle soutient certains amendements, mais elle ne prend pas beaucoup d'initiatives.»

Pour mesurer le niveau d'engagement des politiciens envers les animaux, vingt-neuf ONG de protection animale se sont regroupées autour de «Engagement animaux». Ce projet collectif permet de savoir quels candidats et candidates soutiennent vingt-deux mesures estimées urgentes. Proactive dans ses discours, Marine Le Pen obtient tout juste la moyenne, en validant 58% des mesures, comme «la lutte contre la maltraitance animale» ou le fait de «retirer de la liste des espèces chassables celles dont les populations sont en déclin ou menacées». Le site «Engagement animaux» la classe ainsi septième sur douze parmi les candidats à la présidentielle s'engageant le plus sur les mesures proposées par les ONG, derrière Nicolas Dupont-Aignan mais devant Éric Zemmour.

«Son électorat attend ça, et elle a l'air de l'avoir bien compris.»
Benoit Thomé, président de Animal Cross

La cheffe de file RN est également dans la moyenne des députés sur la plateforme «Politique & Animaux», lancée par l'association L214. Ce qui la pénalise, c'est son faible engagement autour de la régulation de la chasse, des zoos, de l'élevage et des animaux de cirque. Contactée par Slate, L214 précise que, même si son programme comprend un projet de subventions et une mesure sur les conditions d'abattage, Marien Le Pen n'a «aucune mesure d'amélioration des conditions d'élevage en France, tout au plus une volonté de ne pas importer de produits provenant de pays moins-disants».

L'association se pose également des questions sur son manque de propositions autour de la consommation de viande: «Qu'attend donc la candidate du Rassemblement national pour s'engager sur l'élevage intensif et la démocratisation de l'alimentation végétale, enjeux de santé, enjeux climatiques, de souveraineté alimentaire et de condition animale?»

À Animal Cross, Benoit Thomé insiste, lui, sur le peu d'engagements concrets par rapport à la quantité de propositions juridiques. Il résume: «Ça risque de tourner à un juridisme.» L'activiste se demande si l'origine de ce tropisme ne vient pas de l'ancienne carrière d'avocate de la candidate. «Elle a quand même des idées en la matière, donc je ne peux pas dire que c'est tout négatif», reconnaît-il.

Un intérêt… opportuniste?

86% des Français souhaiteraient que les candidats et candidates à la présidentielle d'avril 2022 présentent des mesures améliorant la condition des animaux, selon un sondage IFOP pour la fondation Brigitte Bardot publié en février. Un chiffre qui grimpe à 91% auprès des sympathisants du RN, qui sont une majorité à déclarer que les propositions des prétendant·es à l'Élysée en la matière de protection animale pourraient influencer leur vote.

Christophe Marie se félicite que, de manière générale, la prise en compte du bien-être animal a évolué ces dernières années, à la suite de l'engagement d'association de protection des animaux, d'auteurs et d'un traitement journalistique renforcé en la matière. «Le politique s'est emparé de ce sujet, les candidats sont conscients que ce n'est pas accessoire pour les citoyens.» Le porte-parole de la fondation Brigitte Bardot se méfie doublement des discours. Face au peu d'engagements pris par Emmanuel Macron en 2017 sur le sujet, il relève, surpris, que la majorité a permis certaines avancées en la matière.

À l'inverse, la communication de Marine Le Pen ne garantit pas un engagement quotidien dans l'hémicycle de la députée. Christophe Marie ajoute, pour être complet, que des élus RN, notamment au Parlement européen, se sont tout même investis dans la défense animale. «Mais comme d'autres élus ailleurs», précise-t-il.

Que ce soit par posture ou par engagement profond, embrasser la cause animale revêt un enjeu électoral loin d'être négligeable. Et il est doublement important quand on s'attarde à la sociologie de l'électorat de Marine Le Pen, historiquement populaire. «Parmi les électeurs, ceux qui ont la plus forte attente au niveau animal, on trouve les classes défavorisées, explique Benoit Thomé. Contrairement aux discours parfois véhiculés, ce n'est pas une question de bobo. L'électorat de Marine Le Pen attend ça, et elle a l'air de l'avoir bien compris.»

Newsletters

Madame Irma la Nupes

Madame Irma la Nupes

Paris Est, Paris Ouest: l'éternel clivage politique

Paris Est, Paris Ouest: l'éternel clivage politique

Cela fait cent cinquante ans que l'ouest parisien ne vote pas comme l'est. Et la gentrification de la capitale n'y a rien changé.

Féminisme-washing, écologie de façade et néonazis acceptés: bienvenue au Hellfest

Féminisme-washing, écologie de façade et néonazis acceptés: bienvenue au Hellfest

L'édition 2022, qui a mobilisé plus de 400.000 personnes, a été le théâtre d'un décalage criant entre la communication du festival et la réalité.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio