Monde

La Birmanie cherche à se doter de l'arme nucléaire

Slate.fr, mis à jour le 04.06.2010 à 14 h 44

La Birmanie ou Myanmar a commencé à acquérir secrètement les composants clés d'un programme de fabrication d'armes nucléaires et notamment du matériel pour enrichir l'uranium affirme le Washington Post en date du 4 juin. Le quotidien cite un rapport établit par un officier dissident de l'armée birmane, le major Sai Thein Win, qui vient de fuir le pays, a visité de nombreuses installations secrètes et apporte des preuves sous forme de centaines de photographies et documents divers.

Ces preuves regroupées dans un document compilé par le groupe dissident Democratic Voice of Burma rédigé sous la supervision de Robert E. Kelley, ancien inspecteur de l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique), montrent que la junte militaire birmane a décidé d'accéder à l'arme nucléaire mais reste tout de même à des années de la fabrication d'une bombe et a encore à franchir de nombreux obstacles techniques pour y parvenir.

«Les images pourraient être fausses», explique M. Kelley, mais «il y en a tellement et elles sont corroborées par d'autres informations. Cela conduit à avoir un degré élevé de certitude sur l'existence de ce programme nucléaire birman».

Parmi les images fournies par le major, on trouve notamment les schémas techniques d'une machine utilisée pour fabriquer des barres d'uranium. Le gouvernement birman a ordonné la mise en production de cette machine. Le rapport souligne aussi que les techniciens birmans ont des difficultés à maîtriser la technologie nucléaire et notamment celle de l'enrichissement au laser.

Cité par le Washington Post, Joshua H. Pollack, spécialiste des questions d'armement nucléaire et consultant du gouvernement américain, estime que les conclusions du rapport sont crédibles. «Il est tellement facile de cacher un programme comme celui là.»

Quelques heures avant que le rapport ne soit rendu public, le Sénateur démocrate américain James Webb, qui dirige une Commission des affaires étrangères sur l'Asie du sud-est, a annoncé qu'il renonçait à un voyage prévu de longue date en Birmanie. «Tant qu'il n'y aura pas de clarifications dans cette affaire, je pense qu'il serait imprudent et potentiellement contreproductif de me rendre en Birmanie», a-t-il déclaré.

[Lire l'article sur The Washington Post]

LIRE ÉGALEMENT SUR LA BIRMANIE: La junte joue au chat et à la souris.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Soldats birmans à l'entraînement / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte