Culture

Que sont devenues les idoles des emos des 00's?

Temps de lecture : 3 min

Concerts, nouveaux albums... Les groupes qui caracolaient en tête des charts il y a une quinzaine d'années sont loin d'avoir disparus.

Tokio Hotel, l'un des groupes fétiches des ados des années 2000, a annoncé qu'il jouerait à l'Olympia en mai 2023. | Capture d'écan YouTube
Tokio Hotel, l'un des groupes fétiches des ados des années 2000, a annoncé qu'il jouerait à l'Olympia en mai 2023. | Capture d'écan YouTube

Océane a 30 ans. Quand elle était ado, elle ne jurait que par le groupe de rock américain My Chemical Romance, avec son «ambiance très sombre, ses guitares électriques, son identité visuelle gothique». Comme beaucoup, elle s'est coltinée six heures de queue pour être la mieux placée à leur concert à l'Élysée Montmartre en 2007. Élodie, elle, adorait Tokio Hotel au collège. C'était «cool», à l'époque. Surtout, elle aimait que le chanteur blond aux cheveux longs montre une volonté «de bousculer les codes des idoles masculines». Esteban, encore fan aujourd'hui d'Avril Lavigne, adorait le fait que, dans les années 2000, elle se démarquait des autres pop stars.

À l'époque, ces groupes qui cartonnaient dans les charts étaient les chefs de file des adolescent·es que l'on qualifiait un chouia d'«emos», «gothiques». Et aujourd'hui, ils sont loin d'avoir disparus: ce mois-ci, Placebo revient avec un nouvel album. Il y a un an, c'était Evanescence, Kyo ou encore Avril Lavigne. Et s'ils continuent à sortir des albums, c'est bien parce qu'ils remplissent encore des salles de concerts: un Zénith de Paris pour Avril Lavigne, c'est presque 7.000 places. Nous sommes loin des deux Bercy que Tokio Hotel faisait en 2008 mais tout de même, le groupe jouera à l'Olympia (2.000 places) en mai 2023. La tournée française de Placebo aussi se remplit bien. Mieux encore: le groupe de rock «old school» est dans le top 40 des artistes les plus diffusés sur les ondes en ce moment. Leur nouvel album est un véritable enjeu commercial. En coulisses, on nous dit aussi qu'il y a un nouvel engouement en radio pour ce type de musique.

«Tout l'enjeu de ces groupes-là est de conserver un jeune public», explique Éric Jean-Jean, journaliste musique et auteur de plusieurs ouvrages. C'est ce que confirme Élodie: si elle écoutait Tokio Hotel il y a quelques années, c'est parce que le groupe allemand correspondait parfaitement à cette période de l'adolescence où tu ne cherches qu'à t'émanciper et à t'égosiller en hurlant le refrain de «Schrei!», l'un de leur plus gros succès (oui, c'est certain, vous vous en souvenez). Océane admet qu'elle appréciait le «côté mélancolique très fort» des chansons de My Chemical Romance grâce à cette «rage» qui l'accompagnait au quotidien. Ce passage difficile de l'adolescence, Placebo l'a aussi mis en chanson en 1996 avec le titre «Teenage Angst»: «Depuis que je suis né, j'ai commencé à dépérir / Maintenant rien ne va jamais, jamais dans mon sens.»

Dans «Dead!», My Chemical Romance s'interroge: «Ne serait-ce pas formidable si nous étions morts?» Comme Billie Eilish qui évoque aujourd'hui ses pires tourments dans ses chansons, les groupes de l'époque s'adressaient à une jeunesse désabusée et remplie de «darkness». «Je viens d'avoir 42 ans et j'ai toujours la même fascination pour ce moment charnière de la vie, pour ce qu'est l'adolescence et le début de l'âge adulte», confiait le chanteur de Kyo Benoit Poher dans une interview.

Les jeunes sont passés du côté hip-hop de la force

Sauf qu'aujourd'hui, ni le rock, ni la pop emo n'ont le vent en poupe. Difficile pour les groupes de ce genre de se faire une place dans le coeur des ados, passés «du côté hip-hop de la force», rappelle Éric Jean-Jean. Les rebelles d'hier n'écoutent plus de rock mais de l'urbain. Dans leurs oreilles, ce n'est plus Limp Bizkit ou Blink-182 mais plutôt JUL et SCH. Les productions française de rap et de musiques urbaines représentent plus de la moitié des 200 meilleures ventes d'albums en 2021, selon le dernier rapport du SNEP. Dans le top 10, cinq sont des rappeurs. Surtout, ce n'est plus une surprise pour personne: le rap, le hip-hop et le RnB sont les genres musicaux numéro 1 des moins de 25 ans. «Aujourd'hui, c'est ringard de dire que tu aimes Evanescence, Kyo ou Dépêche Mode quand tu es adolescent», explique le journaliste.

Et les ados d'il y a vingt ans, qui pogotaient dans les concerts de My Chemical Romance, ont aujourd'hui bien grandi: «Quand tu étais dingue de Placebo à 15 ou 16 ans, que tu te faisais les cheveux noirs et que tu te mettais du crayon autour des yeux, aujourd'hui tu es marié, tu as deux gosses, un SUV… C'est compliqué de suivre le délire», souligne Éric Jean-Jean. Reste que certains les ont suivis. Esteban s'en moque et dit à qui veut bien l'entendre qu'il écoute constamment Avril Lavigne et que ses places pour son futur concert sont rangées dans son tiroir.

Elsa, elle, a 30 ans et déjà ses places pour le concert de Tokio Hotel à l'Olympia en mai prochain. Elle n'a jamais vraiment cessé d'écouter My Chemical Romance, Fall Out Boy ou Green Day, qui ont été omniprésents dans ses oreilles pendant ses années collège: «J'aime bien voir comment ils évoluent. Ça me fait toujours un truc d'aller à leurs concerts avec mes copines, comme avant. Ressentir cette vibration que j'avais quand j'étais plus jeune.»

Elle assume complètement d'écouter encore Tokio Hotel. Ringard, d'écouter du rock des années 2000? «Je m'en fiche complètement. Déjà à l'époque, quand tu écoutais Tokio Hotel, ce n'était pas forcément bien vu», se souvient-elle. «On se foutait de nous, on nous considérait comme des groupies.» Pas rancunière pour un sou, elle invite tout le monde à écouter leurs titres d'aujourd'hui. «Parfois, quand je mets ça à la maison sans le dire à mon mari, il me demande ce que c'est parce qu'il aime bien.» Et toc.

Newsletters

Cinq films à voir pour (bien) réfléchir avant de partir en randonnée

Cinq films à voir pour (bien) réfléchir avant de partir en randonnée

Ça ne se décide pas à la légère.

Le massacre de la Saint-Barthélemy: cartographie d'une tuerie de voisinage

Le massacre de la Saint-Barthélemy: cartographie d'une tuerie de voisinage

Hantant depuis quatre siècles et demi une mémoire nationale et un pays qui cherche à l'exorciser, le massacre de la Saint-Barthélemy mérite qu'on s'y attarde sous un nouveau jour.

Elsa Schiaparelli: grandeur, décadence et renaissance

Elsa Schiaparelli: grandeur, décadence et renaissance

La créatrice de mode italienne, pionnière dans les années 1930, fit entrer le surréalisme dans la haute couture, rager Coco Chanel et inspira des générations de designers. Non sans quelques compromissions avec le régime de Vichy.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio