Monde

Shoji Morimoto, le Japonais payé à ne rien faire

Temps de lecture : 2 min

Le meilleur job au monde?

Et vous, seriez-vous prêt à partager un repas avec un inconnu timide? | Elina Sazonova via Pexels
Et vous, seriez-vous prêt à partager un repas avec un inconnu timide? | Elina Sazonova via Pexels

Alors que ses valises étaient faites et qu'elle était prête à quitter Tokyo pour des raisons professionnelles, Akari Shirai a ressenti le besoin de manger une dernière fois dans son restaurant préféré, qu'elle fréquentait avec son ex-mari. Mais, ne souhaitant pas penser à son divorce tout le long du repas, cette Japonaise a décidé de louer «l'homme qui ne fait rien».

Le déjeuner a duré quarante-cinq minutes. Trois quarts d'heure durant lesquels la jeune femme de 27 ans a commandé son plat préféré et a mangé avec un homme qu'elle ne connaissait pas. Cet inconnu s'appelle Shoji Morimoto –surnommé «Rental-san», rental de l'anglais «location» et san du japonais «monsieur». Durant toute la durée du repas, il a écouté sa patronne du moment partager des souvenirs de son mariage. Il a répondu à ses questions, hoché la tête et a même souri à ses blagues. Comme le veut la description de ses missions, il n'a jamais lancé ou relancé la conversation.

«J'avais l'impression d'être avec quelqu'un, mais en même temps je n'étais pas vraiment là, pas investie dans le moment. Il existait d'une manière où je n'avais pas à être attentive à ses besoins ou à penser à lui, explique Akari Shirai. Je n'ai ressenti aucune gêne ou pression pour parler. Parfois, le silence régnait.»

Pendant des années, «louer» des gens au Japon consistait à convier à toutes sortes d'événements un faux ami –que l'on rémunère– pour ne pas se sentir ou avoir l'air seul. Pourtant, depuis quatre ans, Shoji Morimoto offre ses services pour être simplement une présence qui ne fait rien. Lors de ses missions, l'homme âgé de 38 ans libère ses clients de toutes attentes sociales.

Un panel d'offres varié

Bien que son activité professionnelle semble tout à fait absurde, Shoji Morimoto est devenu connu pour ses services. Il a inspiré une série télévisée, trois livres et cartonne sur les réseaux sociaux avec ses publications virales.

Son panel d'offres est, par ailleurs, assez varié. Parmi les demandes les plus loufoques, on compte une femme qui l'a embauché pour qu'il l'accompagne signer ses papiers de divorce, un jeune homme pour qu'il reste à ses côtés lors de la rédaction de sa thèse ou, plus triste, un autre pour qu'il dise au revoir à un proche quittant la ville en train.

Niveau tarif, Shoji Morimoto facture environ 10.000 yens (75 euros) la session. La plupart du temps, ses employeurs sont des personnes qui ont besoin de parler de quelque chose d'important, mais qui ne peuvent pas se confier à leurs amis ou à leur famille. Rental-san promet d'être là, sans vous juger et loin de votre espace personnel.

Morimoto assure que ses clients ne veulent pas surcharger leurs proches avec leurs problèmes et préfèrent vider leur sac avec un inconnu. Au Japon, la location de personnes est assez commune. Vous pouvez louer des gens laids ou en surpoids pour booster votre confiance en vous, ou encore acheter les services d'un faux petit ami pour des dîners de famille.

Newsletters

Nous ne nous soucions déjà plus de la guerre en Ukraine

Nous ne nous soucions déjà plus de la guerre en Ukraine

Le pays du président Zelensky a pourtant besoin de notre attention. Et de notre soutien.

Aux États-Unis, le mur de séparation entre l'Église et l'État va-t-il céder?

Aux États-Unis, le mur de séparation entre l'Église et l'État va-t-il céder?

Les récentes décisions laissent entrevoir la possibilité pour les États fédérés d'établir une religion officielle ou de financer un culte. C'est ce que réclame America First Legal, association d'anciens officiels de Trump.

Au Nigeria, près d'une centaine de personnes ont attendu des mois la venue du Christ dans le sous-sol d'une église

Au Nigeria, près d'une centaine de personnes ont attendu des mois la venue du Christ dans le sous-sol d'une église

Finalement, c'est la police qui est venue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio