Monde

Netanyahou envisage d'alléger le blocus

Temps de lecture : 2 min

A la suite des critiques de la communauté internationale consécutives à l'attaque sur la flottille pro-palestinienne lundi 31 mai, et à la nouvelle selon laquelle une des neuf victimes est un Américain, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré qu'il est prêt à envisager un allégement du blocus qui empêche actuellement l'entrée de biens dans la bande de Gaza, rapporte Haaretz.

Le Premier ministre serait également ouvert à des «solutions créatives» en ce qui concerne les contrôles sur les biens qui entrent dans le territoire contrôlé par le Hamas et a «exprimé sa volonté» d'impliquer des forces internationales dans ces efforts.

Jusqu'à maintenant, Netanyahou a catégoriquement refusé de lever le blocus, qui dure depuis trois ans, notamment parce que des armes pourraient être introduites clandestinement à travers ce qu'il appelle «le port iranien de Gaza».

Mercredi 2 juin, Netanyahou avait encore annoncé à la télévision nationale que «le Hamas continue de s'armer et l'Iran continue à fournir des armes au Hamas». Il avait également dénoncé l'«hypocrisie» des condamnations de cette opération à travers le monde et promis de maintenir le blocus de l'enclave côtière palestinienne.

Le changement d'attitude de jeudi intervient alors que la Maison Blanche a annoncé que le blocus «ne peut pas continuer dans sa forme actuelle», et que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a fermement condamné l'attaque.

L'annonce est en tous cas le premier signe que Netanyahou serait prêt à faire évoluer sa position sur le blocus, mais sa signification exacte n'est pas claire, écrit le journal Ynet: «Le Premier ministre n'a pas précisé si les navires étrangers, comme le Rachel Corrie qui se dirige actuellement vers Israël, seront autorisés à rentrer dans les ports de Gaza après avoir été inspectés.» Selon Ynet, le Rachel Corrie devrait arriver en Israël dimanche 6 juin et va tenter de passer outre le blocus. A son bord notamment, la prix Nobel de la paix Mairead Maguire, 66 ans, et un ancien responsable de l'ONU, Dennis Halliday. Le gouvernement irlandais a demandé à Israël de laisser passer ce bateau, prévenant qu'il y aurait de s«conséquences très graves» si des Irlandais étaient blessés.

Dans le même temps, Ankara a confirmé que les neuf victimes du raid israélien ont toutes été tuées par balle, dont une à bout portant, après l'examen des corps restitués par Israël. Huit d'entre elles sont de nationalité turque, la neuvième est américaine d'origine turque.

[Lire les articles sur Haaretz et Ynet]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Benjamin Netanyahou Jason Reed / Reuters

À LIRE ÉGALEMENT: Rupture totale entre Israël et la Turquie ; Israël fait fi des affaires étrangères ; «Flottille de la paix»: questions sur un fiasco militaire et Le blocus israélien de Gaza est-il légal? Et nos revues de web: ce qu'en dit la presse israélienne; la presse et les blogs francophones et la presse américaine; une enquête sur quoi?

Newsletters

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Un jour, j'ai lu une citation qui m'a beaucoup marqué, raconte Frédéric Noy. Elle disait que les Occidentaux ne s'intéressaient à l'Afrique qu'à travers les gens qui meurent et non ceux qui vivent. Ça m'a donné envie de découvrir...

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

La série de Netflix est un portrait romancé du pays pendant la Régence.

La communauté juive du Royaume-Uni utilise le jour de l'Holocauste pour dénoncer la persécution des Ouïghours

La communauté juive du Royaume-Uni utilise le jour de l'Holocauste pour dénoncer la persécution des Ouïghours

Pour eux, il y a des similitudes entre ce qu’il se passerait en Chine et ce qui est arrivé dans l’Allemagne nazie dans les années 1930-1940.

Newsletters