Santé / Société

Ce qui se passe dans votre cerveau après un burnout 

Temps de lecture : 2 min

Le cortex préfrontal et l'amygdale seraient touchés.

«C'est la double peine, explique Armsten, le cortex préfrontal est plus faible, plus primitif et les circuits responsables des réponses émotionnelles comme la peur sont renforcés.» | Cup of Couple via Pexels
«C'est la double peine, explique Armsten, le cortex préfrontal est plus faible, plus primitif et les circuits responsables des réponses émotionnelles comme la peur sont renforcés.» | Cup of Couple via Pexels

Le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout se manifeste généralement par une exténuation générale, physique, psychique et émotionnelle due au trop-plein de travail ou à d’autres facteurs professionnels. Dans un contexte de pandémie où certaines professions ont été sur-sollicitées, les épuisements des travailleurs et travailleuses sont nombreux.

À l’université de Yale, la neuroscientifique Amy Arnsten étudie les effets du burnout sur le cerveau. À CNN, elle affirme que «ce genre de connaissances et perspectives peut permettre de briser le cercle vicieux de la culpabilité ressentie quand on remarque qu'on est plus irritable, agressif, moins motivé, moins optimiste».

Après un burnout, l'un des effets les plus prégnants dont parle la neuroscientifique est la diminution de la matière grise du cortex préfrontal qui sert normalement à «agir de manière appropriée, [..] à prendre des décisions complexes et à être capable de raisonner de manière synthétique et réfléchie.» En endommageant cette zone du cerveau, le burnout peut mener à des problèmes d’attention et de mémoire, rendant plus difficile l’apprentissage de nouvelles tâches. Ce n’est pas très étonnant car la science connaissait déjà les effets du stress chronique sur le cerveau.

Le burnout pourrait aussi accroître la taille de l'amygdale, une partie du cerveau responsable de la réponse «combat-fuite», «c'est la double peine, explique Armsten, le cortex préfrontal est plus faible, plus primitif et les circuits responsables des réponses émotionnelles comme la peur sont renforcés.» Cela peut donc créer une augmentation de la paranoïa.

La bonne nouvelle? Le chemin inverse est possible. Plusieurs études abondent en ce sens. Les thérapies comportementales et cognitives (ou TCC) pourraient aider à retrouver son cerveau d’avant le burnout.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Autre solution apportée par les chercheuses interrogés par CNN: «contrôler son stress». En plus de la fatigue, le burnout est souvent accompagné de perte de sens au travail, d'un sentiment d’être inefficace ou d'aliénation. Pour faire face à cela, le repos ne suffit pas car il peut accentuer l’impression d’inutilité. Dans ces cas-là, il peut être efficace de se tourner vers certaines activités: manger sainement, faire de l'exercice, méditer. Pour lutter contre le sentiment d’aliénation, il faudrait renouer avec la compassion et le sentiment d'appartenance par exemple faire du bénévolat ou aider une autre personne à accomplir quelque chose. Il faudrait aussi réussir à faire preuve de compassion avec soi-même.

Newsletters

Que faut-il savoir sur la variole du singe?

Que faut-il savoir sur la variole du singe?

Même si la prudence reste de mise, inutile de paniquer, les infections restent bénignes dans la grande majorité des cas.

Le réchauffement climatique nuit à votre sommeil

Le réchauffement climatique nuit à votre sommeil

Et avec la hausse des températures, vous allez de moins en moins dormir.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio