Santé

Boire deux bières par jour ferait vieillir votre cerveau de dix ans

Temps de lecture : 2 min

L'alcool a des conséquences désastreuses même sur les petits buveurs.

Il suffit d'un verre de bière pour faire vieillir prématurément votre cerveau. | Ketut Subiyanto via Pexels
Il suffit d'un verre de bière pour faire vieillir prématurément votre cerveau. | Ketut Subiyanto via Pexels

Une récente étude, publiée dans la revue Nature Communication, a révélé que boire quatre unités d'alcool par jour –soit deux bières ou deux verres de vin– provoquent d'importants dommages structurels au cerveau et une perte de volume cérébral.

En effet, une équipe de l'Université de Pennsylvanie a examiné les IRM cérébrales de 36.678 patients. Elle a pu démontrer que seulement une à deux unités d'alcool consommées par jour réduiraient le volume global du cerveau et de matière grise. Les scientifiques précisent qu'une pinte, une bouteille de bière, de cidre ou un verre de vin, représentent chacun deux unités. Plus la consommation quotidienne est forte, plus les dangers pour notre cerveau sont grands.

De grandes pertes au niveau cérébral

Passer de zéro unité d'alcool quotidien à une représenterait un vieillissement du cerveau de six mois. Passer d'une unité à deux le ferait vieillir de deux ans, et ainsi de suite. Le chiffre le plus alarmant: une personne buvant quatre unités par jour pourrait subir jusqu'à dix ans de vieillissement cérébral. Et encore une fois, il ne s'agit là que de deux pintes par jour.

«Il y a des preuves que l'effet de la consommation d'alcool sur le cerveau est exponentiel», déclare Rémi Daviet, l'un des auteurs. «La consommation excessive d'alcool est pire pour le cerveau, mais nous n'avons pas encore examiné cela de près.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les scientifiques soulèvent, par ailleurs, un fait étonnant. «Le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism recommande aux femmes de ne pas consommer plus d'un verre par jour, et le double pour les hommes; soit une quantité qui dépasse le niveau de consommation associé dans notre étude à une diminution du volume cérébral», précise Henry Kranzler, chercheur en psychiatrie. Les recherches ont démontré pourtant que, peu importe le sexe, les dangers sont présents. De quoi reconsidérer sa consommation d'alcool...

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Au moins 450 enfants sont atteints d'hépatites aiguës à travers le monde. Aujourd'hui, personne ne peut encore émettre de recommandations pour protéger les plus jeunes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio