Sciences

Plus que la chaleur, l'humidité pourrait être fatale au corps humain

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle étude scientifique aboutit à des données encore pires que les estimations théoriques actuelles.

Le corps humain supporte mieux les environnements secs que humides. | Quang Nguyen Vinh via Pexels
Le corps humain supporte mieux les environnements secs que humides. | Quang Nguyen Vinh via Pexels

Alors que le dernier rapport sur le climat du GIEC sorti il y a quelques jours lance un «terrible avertissement», une nouvelle étude scientifique ne va pas nous rassurer. Selon ce travail publié fin janvier dans le Journal of Applied Physiology, lorsque l'humidité atteint un maximum absolu, la limite de l'adaptabilité humaine se situe à 31°C, soit 4 degrés de moins que les estimations actuelles.

Le corps humain se refroidit par évaporation d'eau –la sueur par exemple–, c'est pourquoi il est important de savoir jusqu'à quel niveau d'humidité ambiante nous sommes capables de nous refroidir. Les humains supportent davantage des climats secs et chauds que des environnements humides et chauds. Si l'humidité atteint son maximum, il devient alors quasiment impossible au corps d'expulser la sueur, et donc de se refroidir.

Dans un environnement sec, la température limite de survie humaine approche les 50°C. Ce seuil a déjà été dépassé, le 10 juillet 1913 dans la fameuse Vallée de la Mort en Californie avec un record planétaire de 56,70°C. Une exposition prolongée à cette chaleur entraîne inévitablement la mort.

En revanche, dans un environnement humide, le niveau vivable est beaucoup plus bas, encore plus que ce que les scientifiques avaient estimé. À une température de 31°C, le corps subit des coups de chaleur qui –en cas d'exposition prolongée– peuvent tuer.

Les personnes âgées en danger

«En sachant quelles sont ces limites maximales de température et d'humidité, nous pouvons mieux préparer les gens –en particulier les plus vulnérables– à une vague de chaleur», explique Larry Kenney, physiologiste de l'université d'État de Pennsylvanie qui a participé à l'étude. «Nous pourrons donner la priorité aux personnes les plus malades qui ont besoin de soins, mettre en place des alertes lorsqu'une vague de chaleur arrive, ou développer un tableau qui fournit des conseils pour les différentes plages de températures et d'humidité.»

D'après les chercheurs, les changements climatiques réchauffent la planète et entraînent des évaporations d'eau excessives, rendant l'atmosphère de la Terre de plus en plus humide. Les seuils établis seront rapidement dépassés, en particulier sous les tropiques. Les climatologues soupçonnent d'ailleurs que, d'ici la fin du siècle, le Pakistan, l'Inde et certaines parties de l'Asie du Sud-Est connaîtront beaucoup plus souvent des niveaux d'humidité maximum lors de températures supérieures à 35°C.

Pour déterminer cette température limite de 31°C, les chercheurs ont recruté 24 participants en bonne santé de 18 à 34 ans. Cette cohorte jeune et en forme a été choisie pour obtenir des résultats de référence dans «le meilleur des cas». Les personnes âgées, femmes enceintes et autres populations vulnérables supportent en effet moins bien la chaleur et l'humidité.

Lors de l'étude, les participants ont avalé un minuscule appareil d'enregistrement qui mesurait leur température corporelle et transmettait les informations. Ils ont ensuite été placés dans une chambre avec des niveaux de températures et d'humidité réglables. Les participants ont été invités à faire du vélo lentement sur un vélo d'exercice stationnaire, à mesure que la température et l'humidité de la chambre augmentaient progressivement. Lorsque le corps du participant n'était plus en mesure de maintenir une température centrale, l'expérience se terminait.

Les chercheurs espèrent pouvoir continuer leurs recherches sur des personnes vulnérables, mais leurs premières données sont déjà très inquiétantes.

Newsletters

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

La situation épidémique actuelle en France suscite des inquiétudes pour l'été à venir. Il est donc temps de prendre des mesures.

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Les tiques envahissent les forêts françaises (et nous y sommes pour quelque chose)

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les populations de tiques sont en augmentation, favorisant la propagation des maladies. À quoi est due cette situation?

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio